Enregistrer au format PDF

Efficacité d’un nouveau traitement, non corticoïde, de la dermatite atopique.

par Dr Alain Thillay

publié le  28 août 2002

Cette étude multicentrique montre l’efficacité à long terme d’un nouveau traitement anti-inflammatoire, non stéroïde, de la dermatite atopique lorsqu’il est appliqué précocement. Il permet de limiter le nombre des poussées.

Gestion à long terme de la dermatite atopique de l’enfant à l’aide de Pimecrolimus, médicament anti-inflammatoire non stéroïdien. : Alexander Kapp, Kim Papp, Ann Bingham, Regina Fölster-Holst, Jean-Paul Ortonne, Paul C. Potter, Wayne Gulliver, Carle Paul, Stephen Molloy, Nathalie Barbier, Mark Thurston, Yves de Prost dans JACI August 2002, part 1 • Volume 110 • Number 2

- CONTEXTE. La crème de Pimecrolimus à 1%, inhibiteur spécifique des cytokines de l’inflammation non stéroïdien, est efficace dans le traitement de la dermatite atopique (DA). Dans cette étude, nous avons comparé l’application précoce de la crème de Pimecrolimus à l’application de la crème véhicule (contrôle).

- OBJECTIF. Le but de cette étude était d’estimer si le traitement précoce d’enfants atteints de dermatite atopique par le Pimecrolimus pouvait influencer les résultats à long terme par la prévention des poussées.

- METHODES. Il s’agit d’une étude contrôlée en double aveugle réunissant 251 enfants âgés de 3 à 23 mois atteints de DA randomisés 4:1, un groupe suivant le protocole Pimecrolimus (n=204) ou un protocole conventionnel (n=47). Les deux groupes utilisaient des émollients pour traiter la xérose cutanée. Les premiers symptômes de DA étaient traités soit avec la crème de Pimecrolimus pour prévenir la poussée, ou, dans le groupe contrôle, avec la crème seule. La crème seule était utilisée de manière à respecter les conditions de l’étude en aveugle. Dans l’éventualité des poussées, un corticostéroïde modéré pouvait être appliqué dans les deux groupes. L’efficacité primaire était jugé à la fin de l’enquête par l’incidence des poussées à 6 mois.

- RESULTATS. Pimecrolimus réduit significativement l’incidence des poussées comparé au traitement de contrôle, avec 67,6 % contre 30,4 % de patients comptant 6 mois sans poussée et 56,9 % contre 28,3 % comptant 12 mois sans poussée. De façon général, l’usage des corticostéroïdes est réellement moins importante dans le groupe Pimecrolimus : 63,7 % contre 34,8 % des patients n’ayant pas eu besoin de corticostéroïdes durant toute l’étude. Pimecrolimus était aussi plus efficace que le traitement standard dans le contrôle du prurit et des signes de DA. Il n’y avait pas de différence clinique significative de l’incidence des effets adverses entre les 2 groupes thérapeutiques.

- CONCLUSIONS. Le traitement à l’aide de Pimecrolimus des symptômes précoces permet de modifier significativement l’évolution de la maladie chez les enfants par réduction de l’incidence des poussées et par l’amélioration globale du contrôle de la DA. Pimecrolimus est sûr et bien toléré.

 Dr Alain Thillay

Commentaire de l'auteur :

Du nouveau dans le traitement de l’eczéma atopique, il s’agit de ces nouveaux médicaments de la famille des Macrolides, Tacrolimus et Pimecrolimus, qui ont un effet anti-inflammatoire puissant. Gros intérêt, ce ne sont pas des corticoïdes qui présentent parfois des inconvénients.

Pour l’instant, bien que commercialisé dans de nombreux pays Européens, ce médicament est encore en attente d’autorisation en France. Il n’est disponible que dans certains services hospitaliers.

Bien sûr, il reste que toute dermatite atopique doit faire l’objet d’une enquête allergologique. Ces médicaments ne sont que des traitements symptomatiques.

référence :

http://www.allergique.org/article252.html


Dans la même rubrique

Bébé danois, sensibilisation et dermatite atopique..., Dr Geneviève DEMONET
Une étude prospective de cohorte a été menée au Danemark sur 562 nouveau-nés suivis régulièrement jusqu’à l’âge de 18 mois dans le but d’évaluer la prévalence d’une sensibilisation, son (...)
Le « hot d’or » pour cette forme clinique inhabituelle de dermatite atopique., Dr Stéphane Guez
Il s’agit effectivement d’une observation inhabituelle, mais qui a un double intérêt : d’une part de savoir reconnaître et traiter cette urgence urologique, car, comme le rappellent (...)
L’eczéma, c’est la peau qui pique, docteur ?, Dr Hervé Couteaux
La variété des expressions cliniques de l’eczéma atopique tout autant que son caractère multifactoriel doivent être pris en compte dans une prise en charge bien conduite. Les (...)
Dermatite atopique : le bouc émissaire est en fait un chat !!, Dr Stéphane Guez
Dans ce travail épidémiologique, les auteurs trouvent une relation entre des mutations modifiant la filagrine et la présence d’un environnement riche en allergène du chat chez les (...)
Dermatite atopique et allergie : un duo inséparable., Dr Isabelle Bossé
L’origine ethnique, le lieu d’habitation n’ont apparemment pas d’influence sur la relation allergie /eczéma, puisqu’ils retrouvent les mêmes données que dans d’autres études (...)