Enregistrer au format PDF

Dermatite de contact et irritation : deux causes de dermatoses des ouvriers des matières plastiques.

par Dr Isabelle Bossé

publié le  3 septembre 2002

Les dermatoses de cette profession peuvent être liées à une sensibilisation à divers produits chimiques, mais également à l’irritation par les fibres et poussières. Les matières plastiques peuvent être soit allergisantes, soit toxiques.

Dermatoses professionnelles chez les travailleurs de l’industrie des plastiques renforcés par fibres de verre. : Minamoto K, Nagano M, Inaoka T, Futatsuka M. dans Contact Dermatitis 2002 Jun ;46(6):339-47

Les ouvriers d’industrie des plastiques renforcés par fibres de verre (FRP) présentent un risque élevé de développer des dermatoses professionnelles en raison de l’exposition à de nombreux composés chimiques utilisés dans la fabrication des plastiques aussi bien qu’à la fibre de verre et à la poussière.

Des épidermotests ont été pratiqués chez 29 ouvriers impliqués dans des fabrications utilisant des résines polyesters insaturées, pour déterminer les causes de leurs problèmes cutanés.

Sur les 22 ouvriers rapportant des symptômes cutanés, 16 ont eu un test positif à au moins 1 produit chimique, avec 6 cas de sensibilisations multiples. 2 avaient une réaction positive pour la résine polyester insaturée, 6 au chlorure de cobalt, 5 au péroxyde de benzoyl, 4 au méthyl éthyl ketone peroxyde, 2 au para-tertiiaryl butyl cathecol, 1 au styrène et 1 au formaldéhyde.

Après avoir pris en compte leur exposition professionnelle, recensé les causes par des questionnaires, et les résultats des tests cutanés, 7 cas ont été diagnostiqués comme une allergie de contact due aux produits chimiques, 3 comme des dermatites dues à une irritation mécanique à la fibre de verre ou à la poussière, et 9 avec une dermatite de contact et une irritation mécanique. 18 sur 29 patients (62,1%) , comprenant 2 ouvriers sans histoire clinique de dermatose, étaient sensibilisés au moins à 1 produit chimique.

Le cobalt, les peroxydes, la para tertiaryl butyl catechol, et la résine polyester insaturée étaient les allergènes les plus communément retrouvés.

 Dr Isabelle Bossé

Commentaire de l'auteur :

La proportion d’ouvriers sensibilisés à au moins un allergène est importante ( > 60 %), témoignant du fort pouvoir sensibilisant de ces composants chimiques.

A cela se rajoute l’irritation mécanique par les fibres de verre et la poussière.

Cependant, exerçant dans une région où l’industrie navale est importante, le nombre de patients consultant pour des dermatoses professionnelles de ce type est très faible : il y a vraisemblablement une grande tolérance aux symptômes cutanés par ces patients.

référence :

http://www.allergique.org/article267.html


Dans la même rubrique

7 % d’allergiques au latex à l’hôpital., Dr Isabelle Bossé
Vivre à Palerme comporte sûrement plus de risques qu’ailleurs de se retrouver criblé de balles, mais pas plus ni moins de risques de se sensibiliser au latex. Les auteurs (...)
L´asthme au boulot : du travail de professionnel ou pas ?, Dr Philippe Carré
34 sujets, ayant soit un AP (n=19) soit un AET (n=15), ont eu des mesures du DEP diurnes pendant 2 semaines, à la fois au cours du travail et en dehors des périodes de travail. (...)
Cultiver les fleurs, un vrai bonheur : peut-être pas aussi sûr !?, Dr Alain Thillay
Il s’agit d’une étude d’origine espagnole, service de Pneumologie de l’hôpital de Badalona. D’emblée, on regrette le petit nombre de sujets recrutés, trente neuf horticulteurs (...)
Les « professionnelles » du latex devraient se méfier, d’abord ça gratte et puis on tousse !!, Dr Stéphane Guez
Dans ce travail les auteurs rapportent leur expérience du diagnostic d’asthme professionnel au latex chez des agents hospitaliers. Le test de provocation bronchique n’est pas (...)
Exposition aux isocyanates : ne vous fiez pas aux apparences., Dr Philippe Carré
Dans cette population réduite, seuls 59 % des patients suspects d’asthme professionnel ont eu une confirmation directe par un test d’inhalation spécifique positif. Mais cinq (...)