Enregistrer au format PDF

Inopinées ou pas, les aggravations de la dermite atopique restent un problème !

par Dr Alain Thillay

publié le  27 avril 2003

Les patients atteints de dermatite atopique voient souvent, de manière imprévisible, leur état cutané s’aggraver. Dans cette étude, on a cherché à mettre en évidence les aliments responsables afin d’en pratiquer l’éviction.

Rôle des aliments dans les aggravations inopinées de la dermatite atopique. : Uenishi T, Sugiura H, Uehara M. Department of Dermatology, Shiga University of Medical Science, Otsu, Japan dans J Dermatol 2003 Feb ;30(2):91-7

Quoiqu’il soit bien connu que les patients atteints de dermatite atopique présentent souvent des aggravations inopinées, imprévisibles des lésions cutanées, il n’y a pas eu d’études publiées recherchant les facteurs déclenchant de ces aggravations imprévisibles.

Nous avons cherché à savoir si les aliments jouent un rôle dans ces aggravations inopinées et imprévisibles de la dermatite atopique.

Le groupe des patients incluait 195 adultes japonais souffrant d’eczéma atopique et qui avaient ce genre d’aggravation de l’état cutané.

Ces patients étaient hospitalisés et subissaient un test de provocation orale en ouvert aux aliments suspectés.

Des photographies des lésions cutanées représentatives étaient prises à l’état basal, avant et après le test.

Nous déterminions la positivité des tests de provocation en comparant ces différentes photographies.

Un à trois (moyenne : 1,7) tests de provocation positifs étaient confirmés chez 86 (44%) des 195 patients.

Les aliments les plus souvent responsables étaient le chocolat, le fromage, le café, le yoghourt et quelques aliments japonais comme le gâteau de riz gélatineux, la sauce au soja et le soja fermenté.

Les IgE spécifiques à ces aliments étaient le plus souvent négatives.

Il a été demandé aux patients de pratiquer l’éviction des aliments mis en évidence par les tests de provocation. Ils étaient ensuite suivis durant 3 mois et vus en externe. L’éviction des aliments incriminés durant ces 3 mois permettait une amélioration progressive de la maladie.

Ces résultats suggèrent que les aliments jouent un rôle important dans l’aggravation inopinée, imprévisible des lésions cutanées des patients atteints de dermatite atopique.

 Dr Alain Thillay

Commentaire de l'auteur :

Dans la population étudiée, près de la moitié des patients présentaient au moins un test de provocation alimentaire positif, c’est à dire entraînant une aggravation de leur état cutané.

Dans la grande majorité de ces tests positifs, les IgE spécifiques étaient négatives, suggérant l’absence de mécanisme IgE médié. Toutefois, il faut savoir que des tests cutanés aux aliments natifs auraient plus appropriés, les tests cutanés aux aliments natifs sont plus sensibles.

Il est donc clair que la peau de ces patients est particulièrement sensible et que la teneur des aliments en histamine ou autres amines vaso-actives ou, bien même, que le caractère histamino-libérateur, jouent un rôle dans la survenue de ces poussées.

Ne s’agissant pas d’un mécanisme spécifique, on peut concevoir qu’une simple limitation doit pouvoir suffire à limiter les dégâts.

Cette étude est très intéressante, car elle donne une réponse à ce phénomène que les parents décrivent souvent très bien, exemple : « Mon fils, fait des poussées lorsqu’il mange beaucoup de chocolat noir, alors que le chocolat au lait passe très bien ». C’est le type de propos que nous entendons tous les jours en consultation.

référence :

http://www.allergique.org/article1101.html


Dans la même rubrique

Faut-il bourrer d’huile de bourrache les patients atteints d’eczéma atopique ?, Dr Alain Thillay
Des études antérieures ont suggéré que les acides gras essentiels, tout particulièrement l’acide gamma-linolénique, pouvaient jouer un rôle dans la pathogénie de la dermatite (...)
Nouveau traitement de la dermatite atopique : les vacances aux Iles Canaries !, Dr Alain Thillay
Nous le savons, la photothérapie est utilisée en traitement d’appoint de la dermatite atopique. Ainsi, la PUVAthérapie (UVA+psoralène), UVAB thérapie et l’UVB thérapie à spectre (...)
Conférence de consensus sur la Prise en charge de la dermatite atopique de l’enfant, Dr Hervé Masson
Un nouveau bazooka thérapeutique dans la dermatite atopique sévère : gare aux dégâts collatéraux !!, Dr Stéphane Guez
Dans ce travail clinique portant sur 2 patients présentant une dermatite atopique sévère, les auteurs démontrent que la leflunomide peut être une alternative thérapeutique (...)
Les patch-tests pas populaires parmi les pédiatres allergologues ?, Dr Geneviève DEMONET
Le questionnaire ISAAC comporte des questions destinées à dépister un eczéma chez l’enfant. Peut-on se fier à la réponse à ces questions pour obtenir des données épidémiologiques sur (...)