Enregistrer au format PDF

Rhinite allergique à 4 ans, eczémateux à 10 ans !

par Dr Alain Thillay

publié le  11 juillet 2003

Il est incontestable que l’eczéma de l’enfant est une pathologie courante. Les auteurs de cette étude se sont attachés à en préciser la prévalence, les caractéristiques et surtout les facteurs de risque. La sélection a rassemblé une grande cohorte de 1456 enfants tous âgés de 10 ans.

Prévalence, caractéristiques et facteurs de risque précoce de l’eczéma chez des enfants âgés de 10 ans. : Ramesh Kurukulaaratchy, Monica Fenn, Sharon Matthews and S. Hasan Arshad The David Hide Asthma & Allergy Research Centre, St. Mary’s Hospital, Isle of Wight, United Kingdom dans Pediatric Allergy and Immunology 14 (3), 178-183

- CONTEXTE. L’eczéma est une pathologie infantile commune mais sa nature et son importance chez les grands enfants restent peu clairs.

- METHODES.
* Dans une étude de cohorte de naissance (n=1456) nous avons recherché la prévalence et les caractéristiques de l’eczéma parmi des enfants âgés de 10 ans.
* A cet âge 1373 (94%) enfants complétaient des questionnaires ISAAC, 1043 (72%) subissaient des tests cutanés de l’allergie immédiate et 953 (65%) une série d’IgE spécifiques des aéroallergènes classiques.

- RESULTATS.
* A l’âge de 10 ans la prévalence de l’eczéma était toujours de 41% et pour les eczémas en cours celle-ci était de 13,7% (caractérisés par la persistance d’un rash prurigineux et d’un eczéma).
* La plupart des eczémas (71%) avaient débuté avant l’âge de 4 ans, mais étaient associés à une plus faible morbidité à 10 ans.
* Parmi les enfants chez lesquels l’eczéma avait été diagnostiqué à l’âge de 4 ans, 56,3% avaient de l’eczéma à l’âge de 10 ans.
* L’atopie (tests cutanés positifs) et les autres états allergiques étaient associés à l’eczéma actif (p<0,001).
* L’analyse des facteurs de risque de l’eczéma actif a permis d’identifier comme significatifs :
** l’atopie (p=0,01),
** la rhinite (p=0,04)
** et l’allergie alimentaire (p=0,01) à l’âge de 4 ans,
** plus l’asthme maternel (p=0,03).
* La rhinite diagnostiquée à l’âge de 4 ans se révèle être un facteur prédictif de la persistance de la maladie.

- CONCLUSION. L’eczéma n’est pas simplement un état transitoire de l’enfance mais un problème répandu à l’âge de 10 ans qui correspond souvent à sa persistance depuis la petite enfance. L’atopie est le facteur de risque majeur de l’eczéma.

 Dr Alain Thillay

Commentaire de l'auteur :

Voilà une étude simple qui confirme bien ce que tout Allergologue praticien constate tous les jours.

D’abord, à l’âge de 10 ans, la prévalence de l’eczéma reste de 41%, la prévalence d’un eczéma actif de 13,7%.

Si certes, il existe un eczéma persistant à 10 ans, il est moins actif qu’à 4 ans.

Ensuite, le facteur de risque majeur de souffrir d’eczéma à l’âge de 10 ans est d’avoir subi auparavant une quelconque manifestation de l’atopie, mieux, une rhinite allergique diagnostiquée à 4 ans est un facteur prédictif de la persistance de l’eczéma à 10 ans.

Tout cela cadre bien avec le vécu au jour le jour de l’Allergologue.

Il rappelle qu’il faut savoir prendre en charge globalement le jeune patient atopique et de ne pas oublier d’examiner la peau. Et bien sûr, en cas de constat de la présence d’un eczéma de ne pas oublier de pratiquer un bilan allergologique alimentaire voire des tests épicutanés à la recherche d’une pathologie de contact particulièrement en cas d’atteinte inhabituelle sur le plan topographique.

référence :

http://www.allergique.org/article1352.html


Dans la même rubrique

Les petits fermiers du Wisconsin seront moins asthmatiques., Dr Isabelle Bossé
Les enfants élevés en ferme sont moins asthmatiques, mais pas moins allergiques que ceux élevés à la campagne. Plus l’exposition allergénique est précoce, plus l’effet est (...)
L’Allergologie clinicienne : un vrai métier !, Dr Alain Thillay
Les résultats de cette étude sont d’une éclatante démonstration. Il n’y a pas à l’évidence de biomarqueur prédictif du devenir allergique d’un enfant. Particulièrement, rien ne ressort (...)
Comment un fœtus devrait choisir sa mère pour limiter son risque de développer une atopie, Dr Cécilia Nocent
Il s’agit d’une étude chinoise étonnante ayant pour but de montrer que l’augmentation des pathologies atopiques chez les enfants n’est pas linéaire dans la population générale. (...)
Votre enfant réclame un chien ? Cédez, c’est bon pour la prévention de l’allergie à l’œuf !, Dr Céline Palussière
Voilà une étude qui commençait bien : un large échantillon de nourrissons (plus de 5000 initialement !), une étude de cohorte, une méthodologie rigoureuse... Pour en revenir aux (...)
La chasse aux acariens protège-t-elle de l’allergie ?, Dr Alain Thillay
Il s’agit ici d’une étude prospective qui a permis de suivre 694 nouveau-nés durant un an. Elle montre que des mesures simples comme l’utilisation de housses de matelas (...)