Enregistrer au format PDF

Traiter la crise d’asthme sévère avec du magnésium ?

par Dr Alain Thillay

publié le  12 juillet 2003

Les propriétés myorelaxantes du magnésium sont bien connues, elles s’appliquent même à la musculature bronchique. Alors, pourquoi ne pas se servir d’une solution de magnésium comme vecteur de la nébulisation du Salbutamol ? Existerait-il un meilleur effet bronchodilatateur dans ces conditions ? C’est l’objet de cette étude.

Utilisation d’une solution isotonique de sulfate de magnésium en nébulisation comme adjuvant du Salbutamol dans le traitement d’adultes atteints d’asthme sévère : essai contrôlé, randomisé contre placebo. : Hughes R, Goldkorn A, Masoli M, Weatherall M, Burgess C, Beasley R. Green Lane Hospital, Auckland, New Zealand dans Lancet. 2003 Jun 21 ;361(9375):2114-7.

- CONTEXTE.
* L’administration de magnésium intraveineux est susceptible de procurer une bronchodilatation dans le traitement de l’asthme sévère, cependant ses effets par nébulisation sont incertains.
* Nous avons cherché à évaluer l’efficacité d’une solution isotonique de sulfate de magnésium comme adjuvant de nébulisation de Salbutamol dans le traitement des attaques d’asthme sévères.

- METHODES.
* Nous avons enrôlé 52 patients atteints d’exacerbation sévère d’asthme s’étant présentés au service des urgences de deux hôpitaux en Nouvelle-Zélande.
* L’exacerbation sévère était définie ainsi : VEMS inférieur à 50% de la valeur prédite 30 minutes après l’administration de 2,5 mg de Salbutamol via nébulisation.
* Dans cet essai contrôlé, randomisé, en double aveugle contre placebo, les patients recevaient 2,5 mg de Salbutamol mélangés soit avec 2,5 ml d’une solution isotonique de sulfate de magnésium ou d’une solution salée isotonique à 3 reprises à 30 minutes d’intervalle.
* La première mesure du VEMS s’effectuait à 90 minutes.

- RESULTATS.
* Nos constatations à 90 minutes montraient une différence significative de la moyenne des VEMS : 1,96 L dans le groupe magnésium et 1,55 L dans le groupe salé.
* La différence de la moyenne du VEMS entre ces deux groupes s’établissait à 0,37 L.

- CONCLUSION. L’utilisation d’une solution isotonique de magnésium comme adjuvant du Salbutamol en nébulisation amplifie la réponse bronchodilatatrice dans le traitement de l’asthme sévère.

 Dr Alain Thillay

Commentaire de l'auteur :

Il s’agit d’une étude randomisée, contrôlée, en double aveugle contre placebo qui certes concerne un effectif relativement faible, 52 patients, mais qui a été pratiquée par des médecins de Nouvelle-Zélande. On peut penser qu’ils savent de quoi il parle lorsqu’il s’agit d’asthme, en effet, la Nouvelle-Zélande est l’un des pays où la prévalence de l’asthme est la plus élevée au monde.

Clairement, significativement, les résultats sont là, la nébulisation du Salbutamol est plus bronchodilatatrice si on utilise comme vecteur une solution isotonique de magnésium.

Il est vrai que si d’autres études venaient confirmer ces données, il n’est pas très difficile de modifier les protocoles de réanimation de l’asthme dans tous les services d’urgence du monde, et sans doute, à un coût faible.

Alors pourquoi s’en passer ?

référence :

http://www.allergique.org/article1359.html


Dans la même rubrique

Immunothérapie : le bonheur n’est plus dans les prés mais dans les éprouvettes !!, Dr Stéphane Guez
Les auteurs ont étudié les effets d’une immunothérapie dans l’allergie au pollen de bouleau avec un recombinant, un extrait naturel et un extrait purifié. Après 2 ans de (...)
Le Furosémide protège du bronchospasme., Dr Alain Thillay
Ici, comme l’écrit l’auteur en conclusion, l’intérêt du Furosémide dans la protection du bronchospasme, n’est pas tant thérapeutique que didactique de la physiologie des muqueuses (...)
Bonne pratique en immunothérapie injectable : aucune pitié pour un bras qui gonfle !!, Dr Stéphane Guez
Dans ce travail clinique rétrospectif réalisé dans un centre unique d’allergologie, les auteurs ont démontré qu’une réaction locale lors de l’injection de désensibilisation ne permet (...)
La corticothérapie inhalée chez l’enfant est-elle ad hoc ?, Dr Philippe Carré
L’interprétation des résultats des études évaluant la croissance linéaire dans l’asthme de l’enfance est difficile en raison des effets compétitifs sur la croissance liés au non (...)
Corticostéroïdes inhalés chez l’enfant asthmatiques, ça reste dans l’axe., Dr Alain Thillay
Cette étude présente l’intérêt d’évaluer les paramètres hormonaux de l’ axe hypothalamo-hypophyso-surrénalien avant et après une période thérapeutique de corticostéroïdes inhalés chez (...)