Enregistrer au format PDF

On peut me toucher, on peut me sentir, mais on ne peut pas me manger : qui suis-je ?

par Dr Stéphane Guez

publié le  16 juillet 2003

Jusqu’où doit-on aller dans l’éviction allergénique, en particulier pour les allergies sévères comme l’arachide ? Peut-on tolérer un contact cutané ou l’inhalation de beurre de cacahuète, ou faut-il également interdire ce type de contact ? La réponse est importante pour la vie sociale de l’allergique.

Conséquences d’un contact fortuit avec du beurre de cacahuète chez des enfants ayant une allergie à l’arachide. : Steven J. Simonte, MD Songhui Ma, MD Shideh Mofidi, MS, RD, CSP Scott H. Sicherer, MD From The Elliot and Roslyn Jaffe Food Allergy Institute, Division of Allergy and Immunology, Department of Pediatrics, Mount Sinai School of Medicine, New York dans JACI July 2003 • Volume 112 • Number 1

Un contact fortuit avec la peau, ou l’inhalation de vapeur de beurre d’arachide ont été rapportés avec la crainte que cela entraînent une réaction allergique chez les enfants très sensibilisés ; mais il n’y a jamais eu d’étude systématique.

- Objectif : Les auteurs ont cherché à déterminer le risque clinique d’une exposition au beurre de cacahuète, soit lors d’une inhalation, soit lors d’un contact cutané, chez des enfants ayant une allergie à l’arachide.

- Méthode :
* Des enfants ayant une allergie significative à l’arachide (concentration récente en IgE spécifiques > 50 KUI/l ou présence d’un taux positif d’IgE spécifiques avec l’un des signes cliniques suivants : anaphylaxie, antécédents de réaction lors d’une inhalation ou d’un contact avec la peau, ou un test de provocation positif en double aveugle contre placebo avec l’arachide) ont eu une exposition randomisée en double aveugle contre placebo avec du beurre de cacahuète au moyen soit d’un contact cutané (0,2 mL pendant 1 minute), soit au moyen d’une inhalation (surface de 6.3 sur 12 au niveau de la face pendant 10 minutes).
* Le test placebo a été réalisé avec du beurre de soja mélangé à de l’histamine pour le contact, et l’odeur a été masquée par du soja, du thon et de la menthe pour l’inhalation.

- Résultats :
* 30 enfants ont eu un test (age moyen 7.7 ans, taux moyen des IgE spécifiques à l’arachide > 100 KUI/l, 13 avaient des antécédents de réaction lors d’un contact et 11 lors d’une inhalation).
* Aucun n’avaient présenté de réactions systémiques ou respiratoires.
* Erythème (3 patients), érythème sans prurit (5 patients) et réaction urticarienne (2 patients) sont apparues lors du contact cutané avec le beurre de cacahuète, au niveau de la zone d’application.
* A partir du nombre de ces patients il peut être établi avec un intervalle de confiance de 96% qu’au moins 90% d’enfants très allergiques à l’arachide n’auront pas de manifestations systémiques ou respiratoires lors d’un contact fortuit avec du beurre de cacahuète.

- Conclusion  : Le contact fortuit avec le beurre de cacahuète a de faible risque d’entraîner une réaction allergique. Ces résultats ne peuvent cependant pas être généralisés à des expositions de type cutanée ou par inhalation avec de l’arachide sous une autre forme (farine et arachide grillée).

 Dr Stéphane Guez

Commentaire de l'auteur :

Dans ce travail, les auteurs démontrent qu’un contact cutanée fortuit ou l’inhalation accidentelle de beurre d’arachide chez des enfants très allergiques à l’arachide n’entraînent pas de manifestations anaphylactiques ou respiratoires. Mais ces résultats ne s’appliquent qu’au beurre d’arachide.

Ce résultats est intéressant car il s’agit d’une étude très clinique qui cherche à répondre a une question en apparence simple mais pour laquelle il n’y avait pas actuellement de réponse claire.

Oui, s’il y a un contact cutané ou une inhalation fortuites de beurre de cacahuète, même un enfant très allergique ne présentera pas de manifestation anaphylactique ni d’accident respiratoire.

Cette réponse permet de guider utilement l’éviction et de diminuer l’angoisse inhérente à ces allergies en raison du caractère ubiquitaire de l’arachide dans l’alimentation en particulier industrielle.

référence :

http://www.allergique.org/article1373.html


Dans la même rubrique

Diagnostic de l’allergie à la viande, le doute subsiste !, Dr Alain Thillay
Les données disponibles sur le site du CICBAA, d’année en année, indiquent chez l’adulte un pourcentage qui tourne autour de 2,7% des cas d’allergies alimentaires, sans préciser la (...)
L’ambroisie a le melon depuis qu’elle a gagné la courge !, Dr Hervé Couteaux
Cette étude italienne, pilotée par Ricardo Asero, a mis en évidence que l’allergie au melon survenant chez des sujets polliniques à l’ambroisie était liée le plus souvent aux (...)
Le boulanger a mangé son pain blanc : gare aux thiorédoxines !, Dr Hervé Couteaux
Une molécule recombinante d’un nouvel allergène du blé, Tri a 25, appartenant à la famille moléculaire des thiorédoxines a été produite. La thiorédoxine du maïs, Zea m 25, affiche 74% (...)
Régime préventif de la maman parturiente dans une famille atopique. Les études et l’incompréhension, Michèle Lamirand
Les nouvelles aventures de Kiwi oui au pays moléculaire !!, Dr Stéphane Guez
Dans ce travail portant sur 237 patients allergiques au kiwi, les auteurs démontrent l’intérêt d’une étude de la sensibilisation au kiwi en allergologie moléculaire avec une nette (...)