Enregistrer au format PDF

La prédiction de l’évolution d’un asthme ne se fait pas dans le marc de café !

par Dr Alain Thillay

publié le  2 août 2003

Une fois un asthme diagnostiqué, il faut mettre en place le traitement le plus adapté à son degré de sévérité. Ici, ces auteurs français ont cherché à mettre en exergue les facteurs prédictifs de la sévérité et du contrôle d’asthmes récemment diagnostiqués.
Un article qui apporte beaucoup dans la pratique quotidienne de l’asthmologie.

Facteurs prédictifs de la sévérité et du degré de contrôle des symptômes de l’asthme dans une cohorte de patients adultes récemment diagnostiqués. (Etude A.S.M.A) : Segala C, Soussan D, Priol G, Lepage T, Martinat Y, Rogeaux Y, Touron D, Neukirch F. SEPIA-Sante, bureau d’etudes en Epidemiologie et Biostatistiques. sepia@sepia-sante.com dans Rev Mal Respir. 2003 Apr ;20(2 Pt 1):191-9

- INTRODUCTION. Le but de cette étude de cohorte était de décrire l’évolution de l’asthme récemment diagnostiqué (<12 mois) et d’en identifier les facteurs prédictifs. Ce papier décrit l’évolution d’une cohorte d’adultes et des facteurs en relation avec la sévérité de l’asthme et son contrôle.

- METHODES.
* En 1995, 251 Pneumologues français ont recruté 347 adultes asthmatiques (les sujets présentant un asthme sévère étaient exclus).
* Les 220 patients éligibles étaient examinés tous les 4 mois sur une période de 3 ans.
* Les données (caractéristiques socio-démographiques, histoire de l’asthme, résultats des tests cutanés de l’allergie immédiate, résultats des tests respiratoires, traitement, compliance au traitement, infections respiratoires, changements du mode de vie, environnement et évènements majeurs de la vie) étaient collectées au moyen de questionnaires détaillés standardisés complétés par le médecin.
* La sévérité de l’asthme évaluée un an après l’inclusion, le contrôle de l’asthme évalué lors de chaque consultation dans le deuxième et la troisième année de suivi, étaient définis en accord avec les directives internationales.

- RESULTATS.
* Le statut clinique de ces patients, de manière générale, s’améliorait rapidement.
* La sévérité de l’asthme était étroitement corrélée avec l’allergie, avec des antécédents d’asthme infantile et avec une sensibilisation aux aéroallergènes domestiques.
* En ajustement avec la sévérité et un mauvais contrôle de l’asthme, étaient associés une mauvaise compliance, des infections respiratoires et, dans une moindre mesure, la présence d’animaux dans l’habitat.

- CONCLUSIONS. Cette étude de cohorte met en lumière l’association de la sévérité de l’asthme avec l’allergie, et, un mauvais contrôle de l’asthme avec une mauvaise compliance et les infections respiratoires.

 Dr Alain Thillay

Commentaire de l'auteur :

Cette étude montre que la sévérité d’un asthme récemment diagnostiqué est en corrélation avec un terrain allergique et des antécédents d’asthme infantile.

Ce constat confirme ces deux facteurs de risque de la sévérité d’un asthme sur lesquels de nombreuses études épidémiologiques récentes avaient déjà attiré notre attention.

Cela rappelle l’importance de la prise en charge précoce du jeune asthmatique, sachant que, chez l’enfant, l’allergie est alors présente dans 80% des cas, prise en charge précoce tant du point de vue du traitement anti-inflammatoire des voies respiratoires mais aussi du point du vue de l’immunothérapie spécifique si justifiée.

D’autre part, l’étude suggère un lien entre mauvais contrôle de l’asthme et un déficit de compliance ainsi que les infections respiratoires.

C’est la confirmation d’un constat de tous les jours. Un asthme pris en charge de façon adaptée et dont le patient respecte le traitement, est un asthme qui sera vite amélioré. Par contre, les asthmes dont le traitement n’est pas suivi correctement aboutit au mauvais contrôle.

C’est vraiment dommage car nous disposons d’un arsenal thérapeutique important qui nous permet de faire face à presque toutes les éventualités.

référence :

http://www.allergique.org/article1405.html


Dans la même rubrique

Encore une étude qui met les parents fumeurs au banc des accusés, Dr Isabelle Bossé
La technique de mesure des résistances par interruption est simple, non invasive, facile à réaliser à tout âge et donne des résultats fiables. Ceux ci ont été étudiés, dans ce (...)
Corticostéroïdes inhalés dans la BPCO : (méta) régression ou pas ?, Dr Philippe Carré
Les auteurs ont analysé 11 essais contrôlés randomisés publiés entre 1988 et 2008, incluant 8164 patients atteints de BPCO, évaluant l’efficacité des CSI versus placebo dans la (...)
HTA gravidique et prise de bêta-mimétiques : un lien québé…quoi ?, Dr Geneviève DEMONET
Une étude cas-témoins nichée a été menée au Québec sur 3505 femmes asthmatiques avec un total de 4593 grossesses en 10 ans. L’utilisation de β-mimétiques inhalés de courte durée (...)
Les spécialistes de l’asthme sont évalués : combien vont être recalés ?, Dr Stéphane Guez
Dans ce travail, les auteurs démontrent que, dans 2 centres américains de prise en charge de patients asthmatiques, il est effectivement remis aux patients un protocole écrit à (...)
Si les fabricants de corticoides inhalés aiment bien le VRS, ils ont tort !, Dr Clément FOURNIER
Cette grosse étude de cohorte s’est intéressée à la relation entre VRS et asthme. Les auteurs ont comparé la consommation future de médicaments anti-asthmatiques d’enfants ayant été (...)