Enregistrer au format PDF

T’as pas froid aux bronches toi !

par Dr Philippe Carré

publié le  13 août 2003

Le froid et l’effort dans des conditions climatiques hivernales sont des facteurs reconnus d’hyperréactivité bronchique et/ou de symptômes respiratoires chez des sujets prédisposés. Les auteurs ont essayé d’en évaluer la prévalence par le biais d’un questionnaire auprès d’une population adulte vivant en climat froid.

Est-ce que vivre sous un climat froid ou faire du ski de loisir augmente le risque de maladie obstructive pulmonaire ou de symptômes ? : Kotaniemi JT, Latvala J, Lundback B, Sovijarvi A, Hassi J, Larsson K. Department of Pulmonary Medicine, Paijat-Hame Central Hospital, Lahti, Finland. jyrki.kotaniemi@phks.fi dans Int J Circumpolar Health. 2003 May ;62(2):142-57.

- Objectif. Les symptômes respiratoires et les maladies obstructives pulmonaires qui surviennent pendant l’effort ou par temps froid ont été analysés dans une grande étude par questionnaire postal auprès d’une population adulte vivant en climat froid.

- Le but de cette étude était de mesurer la prévalence d’essoufflement lors de l’effort (EE) ou par temps froid, et d’évaluer si le risque (odd ratio : OR) d’asthme, de bronchite chronique, ou d’essoufflement, pendant l’effort ou par temps froid, était affecté par le ski de randonnée de loisir, ou par le travail extérieur en climat froid.

- Résultats.
* Des 9737 personnes recrutées, 84% ont répondu ; 876 travaillaient en extérieur et 1497 étaient des skieurs de randonnée.
* Parmi les non-fumeurs, les asthmatiques avaient la prévalence la plus élevée d’EE par temps froid (78%-82%), mais les allergiques et les bronchitiques avaient aussi des taux de prévalence significativement plus élevés (22%-38% et 27%-59% respectivement) que les sujets sains (10%-19%).
* Dans toutes les catégories, la prévalence de l’EE était significativement plus élevée chez les fumeurs que chez les ex ou les non-fumeurs.
* L’analyse des facteurs de risque a montré des risques élevés de problèmes respiratoires chez ceux qui avaient une histoire familiale de maladie obstructive pulmonaire ou d’allergie.
* Les skieurs n’avaient pas un risque significativement élevé d’asthme ou de symptômes respiratoires.
* Parmi ceux qui travaillaient en extérieur, le risque d’EE par temps froid : OR :1.23 (intervalle de confiance IC :1.03-1.47) et de bronchite chronique : OR :1.77 (IC : 1.21-2.60) était plus élevé que parmi ceux qui travaillaient en intérieur.

- Conclusion. Le risque de bronchite chronique et de symptômes bronchiques était élevé chez ceux qui travaillaient en extérieur, mais pas parmi ceux qui faisaient du ski de randonnée régulier, et le risque d’asthme n’était pas significativement augmenté par l’exercice régulier ou par le fait de travailler dans un climat froid.

 Dr Philippe Carré

Commentaire de l'auteur :

Les patients qui étaient asthmatiques, allergiques ou bronchitiques, ceux qui avaient des antécédents de maladie respiratoire ou allergique familiale, et ceux qui fumaient avaient une prévalence élevée d’essoufflement à l’effort (EE) par temps froid, le taux le plus important étant retrouvé chez les asthmatiques.

Le risque était aussi plus élevé chez ceux qui travaillaient en extérieur par rapport à ceux qui travaillaient en intérieur.

Par contre, la pratique du ski de loisir ne s’accompagnait pas de symptômes plus importants.

L’apparition de symptômes respiratoires est donc reliée essentiellement au terrain individuel ou familial prédisposant.

L’exposition prolongée à des conditions extérieures de froid est aussi un facteur de risque, alors que le ski de loisir classique n’en n’est pas un.

Il semble donc que ce soit principalement les conditions de l’exposition au froid qui soient les plus importantes dans la prévalence des symptômes ; on peut rappeler à cet effet que plusieurs études ont montré que des athlètes exposés à des entraînements intensifs l’hiver, à des températures basses (comme les skieurs de fond nordiques) avaient une prévalence anormalement élevée d’hyperréactivité bronchique ; ces conditions extrêmes finissant par entraîner des altérations de la muqueuse respiratoire (abrasion de l’épithélium) favorisant la survenue de symptômes.

référence :

http://www.allergique.org/article1421.html


Dans la même rubrique

L’asthme et le pharmacien., Dr Alain Thillay
Cette étude pratiquée dans les pharmacies cherche à évaluer la qualité du management de l’asthme en ayant recours aux types de produits utilisés et l’évaluation de l’asthme par (...)
Corticoïde inhalé à dose forte et dégressive contre dose faible et constante : qui l’emporte ? , Dr Geneviève DEMONET
Deux stratégies ont été comparées chez des asthmatiques légers à modérés : la première utilisait la fluticasone à une dose de 1000 µg/j pendant 6 semaines suivie d’une baisse à 200 (...)
Asthme : ne pas se fier au patient ?, Dr Isabelle Bossé
Un quart des asthmatiques est incapable d’objectiver correctement son état d’obstruction bronchique, ce qui impliquerait un retard dans la mise en place d’un traitement d’urgence. (...)
La vitamine D au secours des enfants asthmatiques ?, Dr Philippe Carré
Il a été montré antérieurement que : la vitamine D avait des effets sur le système immun inné et adaptatif et pourrait moduler la sévérité des exacerbations d’asthme que les cellules (...)
A quel régime faut-il mettre les enfants ayant un asthme persistant léger à modéré ?, Dr Philippe Carré
Les auteurs ont mis en place, dans un groupe de 285 enfants porteurs d’un asthme persistant léger à modéré, un essai thérapeutique comparatif : le PACT. Les enfants, âgés de 6 à 14 (...)