Enregistrer au format PDF

Comment prédire la morbidité de l’asthme gravidique ?

par Dr Alain Thillay

publié le  30 août 2003

L’asthme durant la grossesse reste toujours un problème pour le médecin. De fait, Il est intéressant de pouvoir dégager des facteurs prédictifs simples à rechercher (clinique, spirométrie) pour améliorer la prise en charge de l’asthme durant l’évolution de la grossesse. C’est tout le propos de cette étude.

La morbidité de l’asthme gravidique peut-elle être prédite par la classification de la sévérité ? : Michael Schatz, MD, MSa Mitchell P. Dombrowski, MDb
Robert Wise, MDc Elizabeth A. Thom, PhDd Mark Landon, MDe
William Mabie, MDf Roger B. Newman, MDg John C. Hauth, MDh
Marshall Lindheimer, MDi Steven N. Caritis, MDj Kenneth J. Leveno, MDk Paul Meis, MDl Menachem Miodovnik, MDm Ronald J. Wapner, MDn Richard H. Paul, MDo Michael W. Varner, MDp
Mary Jo O’Sullivan, MDq Gary R. Thurnau, MDr Deborah Conway, MDs Donald McNellis, MDt San Diego and Los Angeles, Calif, Detroit, Mich, Baltimore and Bethesda, Md, Washington, DC, Columbus and Cincinnati, Ohio, Memphis, Tenn, Charleston, SC, Birmingham, Ala, Chicago, Ill, Pittsburgh and Philadelphia, Pa, Dallas and San Antonio, Tex, Winston-Salem, NC, Salt Lake City, Utah, Miami, Fla, and Oklahoma City, Okla dans JACI August 2003 • Volume 112 • Number 2

- CONTEXTE. En 1993, le Groupe de Travail du Programme d’Éducation Nationale de l’Asthme gravidique (National Asthma Education Program Working Groupe on Asthma and Pregancy) définissait la sévérité de l’asthme de la manière suivante, léger, modéré ou sévère sur la base de la symptomatologie et de la spirométrie, mais aucune étude n’a évalué la relation entre ce système de classification et la morbidité de l’asthme ultérieure durant la grossesse.

- OBJECTIF. L’objectif de cette étude était d’évaluer la relation entre la classification de la sévérité de l’asthme gravidique et les exacerbations gestationnelles.

- METHODES. La sévérité de l’asthme était définie en accord avec la classification de 1993, ajustée pour inclure le recours aux médicaments, dans un échantillon de 1739 femmes enceintes asthmatiques volontaires qui étaient à moins de 26 semaines de grossesse.

- RESULTATS.
* La classification initiale de l’asthme (léger, modéré, ou sévère) était significativement en relation avec la morbidité ultérieure de l’asthme gravidique (hospitalisations, consultations non-programmées, recours aux corticostéroïdes et symptômes asthmatiques lors du travail et de la délivrance).
* Les exacerbations durant la grossesse apparaissaient chez
** 12,6% des patientes initialement classées comme asthme léger,
** 25,7% des patientes classées comme asthme modéré
** et 51,9% des patientes classées comme asthme sévère.
* La morbidité de l’asthme était similaire quelque soit la classification de l’asthme, qu’il soit modéré ou sévère, en considérant la clinique, la spirométrie ou le recours aux médicaments.
* Trente pour cent des patientes initialement classées asthme léger étaient reclassées en asthme modéré à sévère durant la grossesse, et 23% de celles initialement classées modéré à sévère étaient reclassées comme asthme léger pendant la grossesse ; la morbidité de l’asthme chez ces patientes était donc modifiée.

- CONCLUSION. La classification de la sévérité de l’asthme du « National Asthma Education Program Working Group on Asthma and Pregnancy » adaptée pour inclure l’usage des médicaments, est prédictive de la morbidité ultérieure de l’asthme gravidique.

 Dr Alain Thillay

Commentaire de l'auteur :

En clair, ce travail américain démontre que la classification de la sévérité de l’asthme établi par un groupe de travail national en 93 est bien prédictive de la morbidité de l’asthme durant la grossesse.

On peut noter aussi que visiblement certains asthmes sont modifiés en amélioration ou en aggravation lors de la grossesse.

C’est ce qui nous fait dire souvent à nos patientes asthmatiques qui débutent une grossesse, -elles posent très souvent la question-, que l’asthme va rester stable, va s’aggraver ou au contraire s’améliorer.

L’enseignement qu’inspire cette publication, c’est que nous devons nous évertuer à équilibrer l’asthme avant le début de la grossesse.

référence :

http://www.allergique.org/article1473.html


Dans la même rubrique

Quand les lymphocytes TH17 sont en haut de l’affiche !, Dr Philippe Carré
Cet article important est une revue très bien documentée sur le rôle des cellules TH17 dans la pathogénie de l’asthme. On savait que les lymphocytes helper CD4+ incluaient à la (...)
O Eosinophilia entends-tu siffler les petits enfants ?!, Dr Alain Thillay
Voici une étude française simple (Groupe Hospitalier Trousseau-La Roche Guyon) qui permet de prédire le devenir des bébés siffleurs. Des études antérieures nous ont déjà bien tracé (...)
Qui se mouche aujourd’hui toussera demain..., Dr Geneviève DEMONET
Cette étude épidémiologique a retrouvé une relation significative entre rhinite et risque de développement ultérieur de toux chez l’adulte. Elle confirme donc l’impression (...)
Bien vieillir avec son asthme., Dr Alain Thillay
Cette étude tente de répondre à la question suivante : quels sont les critères qui permettent d’évaluer la diminution de la fonction respiratoire dans le temps chez l’asthmatique ? (...)
Indiana Jones asthmatiques : danger., Dr Alain Thillay
Je trouve que les résultats de cette étude sont alarmants. Quasiment 43 % de ces asthmatiques ont eu des crises, environ 20 % ont vu leur asthme se détériorer, 16 % faire la pire (...)