Enregistrer au format PDF

Avec « césar », l’allergie alimentaire passera-t-elle ?

par Dr Alain Thillay

publié le  31 août 2003

Quelques publications soutiennent que des anomalies de la flore intestinale pourraient constituer un facteur de risque de l’apparition d’une allergie alimentaire chez le nouveau-né. Ici, ces auteurs norvégiens ont cherché à déterminer si la césarienne peut aussi être un facteur de risque significatif d’allergie alimentaire.

La césarienne est-elle un facteur de risque de l’allergie alimentaire ? : Merete Eggesbø, MD, PhDa
Grete Botten, MD, PhDb Hein Stigum, PhDa Per Nafstad, MD, PhDa Per Magnus, MD, PhDa Oslo, Norway dans JACI August 2003 • Volume 112 • Number 2

- CONTEXTE. La césarienne peut retarder la colonisation de l’intestin du nouveau-né. Un retard ou une colonisation anormale ont été proposés comme explication de l’augmentation des maladies allergiques.

- OBJECTIF. Le but de cette étude était de chercher si la césarienne et l’utilisation des antibiotiques étaient associées à l’apparition ultérieure d’une allergie alimentaire.

- METHODES.
* Dans une cohorte de 2803 enfants, nous avons récupéré de façon prospective les données à partir de rapports parentaux et du registre de naissance norvégien ; il s’agissait du mode d’accouchement, de l’utilisation d’antibiotiques chez l’enfant ou la mère.
* Les réactions à l’œuf, au poisson ou aux graines oléagineuses perçues par les parents, ainsi que les réactions à l’œuf confirmées objectivement à l’âge de 2 ans et demi, étaient retenues.

- RESULTATS.
* Parmi les enfants dont les mères étaient allergiques, la césarienne était associée à une augmentation de 7 fois du risque de réactions alimentaires (œuf, poisson, graines oléagineuses) détectées par les parents et d’une augmentation de 4 fois du risque d’allergie à l’œuf confirmée, tout cela calculé dans le cadre d’une analyse de régression logistique compte tenu des complications gravidiques, du poids de naissance, de la durée de la gestation et des facteur socio-économiques.
* Parmi les enfants dont les mères n’étaient pas allergiques, l’association était plus faible et non significative.
* L’utilisation des antibiotiques par la mère ou l’enfant n’était pas associée à une augmentation du risque d’allergie alimentaire.

- CONCLUSION. Les résultats indiquent que chez des enfants prédisposés la césarienne pourrait augmenter le risque de développement d’allergie alimentaire, ce qui irait dans le sens de la théorie affirmant que les facteurs qui interfèrent avec le processus de colonisation seraient susceptibles de jouer un rôle dans le développement de l’allergie alimentaire.

 Dr Alain Thillay

Commentaire de l'auteur :

Il s’agit d’une étude prospective de suivi d’une cohorte de nouveaux-nés. Les auteurs ont retenu les enfants nés par césarienne et ont déterminé deux groupes, un groupe dont la mère à un terrain allergique et un groupe dont la mère n’est pas allergique.

Le risque serait 7 fois plus important de retrouver des réactions, rapportées par les parents, pour la prise d’œuf, de poisson ou de graines oléagineuses. Ce risque serait 4 fois plus important d’avoir une réaction allergique authentifiée à l’œuf.

Ces auteurs suggèrent que, la césarienne étant un facteur de retard de la colonisation intestinale, pour cette raison, elle serait un facteur de risque de l’allergie alimentaire ultérieure de l’enfant.

Je trouve que cela fait beaucoup de « si » pour obtenir ce raisonnement.

De plus, il semble que la sélection des mères allergiques ait été faite par interrogatoire, ce qui est très insuffisant par risque de faux négatifs qui se retrouveraient classés dans le groupe non allergique.

En outre, un des résultats est évalué en fonction de réactions rapportées par les parents. Nous savons bien que dans ce cas les parents rapportent de vraies réactions allergiques mais aussi de fausses réactions allergiques.

Enfin, et en admettant que réellement la césarienne soit un facteur de risque d’allergie alimentaire ultérieurement chez le nouveau-né, il y a sans doute d’autres explications possibles.

Donc avant de prendre les résultats de cette étude pour argent comptant, il est nécessaire de voir d’autres études les confirmer.

référence :

http://www.allergique.org/article1478.html


Dans la même rubrique

Allergie au lait ou à l’œuf : rien ne remplace le TPO., Dr Stéphane Guez
Les auteurs ont cherché dans ce travail a montré si la positivité d’un test cutané permettait de se passer d’un dosage d’IgEs et inversement dans les suspicions d’allergie au lait de (...)
Pas de blé pour les sportifs, ça pourrait être dangereux., Dr Céline Palussière
L’anaphylaxie au blé est une entité rare mais potentiellement sévère, dont il existe des formes associées à l’effort. Le diagnostic est parfois difficile, reposant sur la clinique et (...)
Allergie à la noisette : le clinicien fait mieux que le biologiste !!, Dr Stéphane Guez
Les auteurs ont évalué les valeurs prédictives positives et négatives de différents tests allergologiques dans l’allergie à la noisette chez l’enfant, la référence étant le TPO à la (...)
Faut il réhabiliter le lait de soja chez les enfants allergiques aux protéines du lait de vache ?, Dr Dominique Marchand
Dans la mesure où 45% des enfants allergiques aux protéines du lait de vache possèdent des IgE spécifiques dirigées contre les protéines du soja, il paraît donc illogique de (...)
Point trop de soja, ça donne des allergies et ça détraque les glandes ! !, Dr Stéphane Guez
Dans ce travail rétrospectif, les auteurs rapportent un effet d’une alimentation à base de soja sur le fonctionnement thyroïdien, cette alimentation favorisant la persistance (...)