Lorsque le patient est allergique à l’insuline, l’allergologue se « sucre » !!

dimanche 21 septembre 2003 par Dr Stéphane Guez9444 visites

Accueil du site > Allergènes > Médicaments > Lorsque le patient est allergique à l’insuline, l’allergologue se « sucre » (...)

Lorsque le patient est allergique à l’insuline, l’allergologue se « sucre » !!

Lorsque le patient est allergique à l’insuline, l’allergologue se « sucre » !!

dimanche 21 septembre 2003, par Dr Stéphane Guez

Qu’en est-il de l’allergie à l’insuline et les analogues de l’insuline peuvent-ils être allergisants ? Certes ce n’est pas un cas fréquent en pratique de ville mais un spécialiste en allergologie se doit d’avoir des réponses sur toutes les situations même rares….

Allergie à l’insuline : désensibilisation avec l’insuline-zinc cristalline et stéroïdes à doses filées. : Yokoyama H, Fukumoto S, Koyama H, Emoto M, Kitagawa Y, Nishizawa Y. Department of Metabolism, Endocrinology and Molecular Medicine, Graduate School of Medicine, Osaka City University, 1-4-3, Asahi-machi, Abeno-ku, 545-8585, Osaka, Japan dans Diabetes Res Clin Pract. 2003 Sep ;61(3):161-6

Les analogues de l’insuline, aspart et lispro, ont été considérés comme des traitements alternatifs chez les patients ayant une allergie à l’insuline, en raison d’une diminution de leur immuno-génicité. Cependant, plusieurs rapports récents montrent que aucun d’entre eux n’est complètement sans risque de provoquer des réactions allergiques.

- Objectif de l’article : Les auteurs ont présente le cas d’un patient ayant une allergie à l’insuline, non seulement l’insuline habituelle humaine, mais aussi aux analogues de l’insuline.

- Méthodologie et résultats :
* Les analogues de l’insuline, qui se dissocient rapidement de l’état de polymère à celui de monomère, induisent les réactions allergiques les plus sévères parmi les autres nombreuses insulines humaines explorées chez ce patient.
* Le test cutané à l’insuline-zinc cristalline, dont la structure tri- dimensionnelle entraîne une dissociation et une absorption retardée, est négatif en IDR. Cependant, les injections sous cutanées ont entraîné une réaction locale importante.

- Conclusion :
* Ces résultats suggèrent que la réaction allergique doit dépendre de la rapidité de la monomérisation de l’insuline et de son absorption, et qu’ainsi, le résidu immunologique de l’insuline est dissimulé lorsque l’insuline est polymérisée.
* Sur la base de tests IDR, les auteurs font l’hypothèse que l’épitope allergénique pourrait être dans ce cas présent le B30-Thr.
* Les auteurs rapportent également une méthode modifiée de désensibilisation à l’insuline-zinc cristalline avec un traitement à doses filées par prednisolone. Cela peut être un traitement simple et efficace de l’allergie à l’insuline.


Dans ce cas clinique, les auteurs démontrent qu’il existe des allergies croisées entre insuline humaine et analogues de l’insuline qui peuvent induire des réactions allergiques sévères.

C’est la dépolymérisation qui ferait apparaître le site antigénique.

Par ailleurs les auteurs ont réussi à désensibiliser le patient.

Les allergologues sont rarement confrontés aux problèmes d’allergie à l’insuline qui sont en général pris en charge par les diabétologues.

Il est important de savoir que certains patients peuvent faire une allergie aux analogues de l’insuline. L’hypothèse de l’apparition du site allergénique par dépolymérisation est séduisante dans le cas particulier de ce patient sensibilisé à l’insuline zinc.

La démarche clinique est également intéressante et montre qu’il est possible d’aller très loin dans le diagnostic précis de l’allergie en réalisant finalement une exploration très classique.

Vos commentaires

  • Le 3 mai à 13:29, par JADAOUN HADDA En réponse à : Lorsque le patient est allergique à l’insuline, l’allergologue se « sucre » !!

    Bonjour
    J’ai un diabète de type 2, suis sous insuline depuis 4 ans ,dés les première injections j’ai présentée des signes allergies d’abord cutanée : démangeaisons léger gonflement et rougeur sur tout le dos , épaules , en-dessous des siens , ensuite gonflement des lèvres quelques temps plus tard . Mon diabétologue étonner, m’a prés-crie des antihistaminiques aucuns résultats, changements d’insulines (retard et actrapid) , rien n’y fais !!!Me voila en certificat médical .
    Je suis désespérée .
    Que dois je faire ???

Réagir

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.