Enregistrer au format PDF

Allergologues et pneumologues : deux spécialistes de l’asthme !!

par Dr Stéphane Guez

publié le  5 avril 2004

La prescription des corticoïdes inhalés représente encore la base du traitement de fond de l’asthme selon les recommandations internationales. Mais est-ce que cette prescription est suivie par tous les médecins qui s’occupent d’asthmatiques ; et y a-t-il une augmentation de la prescription des corticoïdes au fil des ans ?

Evolution dans l’utilisation des corticoïdes inhalés dans la prise en charge de l’asthme : 1994-1998. : Allen-Ramey FC, Samet JM, Rand CS, Joseph CL.

US Human Health, Outcomes Research and Management, Merck & Co., Inc., West Point, PA 19486-0004, USA. felicia_ramey@merck.com

dans Ann Epidemiol. 2004 Mar ;14(3):161-7

- Objectif de l’étude : Évaluer l’évolution de la prescription des corticoïdes inhalés (CI) dans l’asthme entre 1994 et 1998, et le profil des prescriptions selon le spécialiste prescripteur.

- Méthodologie  :

  • En partant d’une base de données, les auteurs ont sélectionnés des praticiens (n=335) en relation avec une banque de données patients et de pharmacie (n=51345) pour des patients ayant un asthme et âgés de 5 à 45 ans (n=6994).
  • Pour étudier les prescriptions durant la période d’étude, des analyses longitudinales et transversales ont été réalisées.

- Résultats :

  • Le pourcentage de médecins prescripteurs de CI durant la période étudiée est beaucoup plus important parmi les spécialistes.
  • La comparaison annuelle par groupes de spécialités médicale montre que les spécialistes pneumologues et allergologues prescrivent de façon plus importante des CI à leurs patients par rapport aux autres médecins (généralistes, internistes, pédiatres, urgentistes pédiatriques) (0.61-0.69 versus 0.31-0.39, p<0.1).
  • La plus faible proportion est observée chez les pédiatres urgentistes (0.00-0.10) et chez les pédiatres (0.17-0.27).

- Conclusions : Aucune évolution significative n’a pas été observée dans chacun des groupes prescripteurs durant ces 5 années. Une différence entre les spécialistes est évidente en ce qui concerne la prescription des CI.

 Dr Stéphane Guez

Commentaire de l'auteur :

Les auteurs ont étudié les prescriptions de corticoïdes inhalés dans l’asthme pendant 5 ans.

Si les pneumologues et les allergologues prescrivent de façon importante des CI cela n’est pas le cas de nombreux autres spécialistes en particulier les pédiatres.

Et il n’y a aucune amélioration de cette prescription durant ces 5 ans.

Ce genre d’étude est intéressant, mais les résultats ne peuvent pas être appliqués dans tous les pays. En effet, les prescriptions sont le reflet de tout un système médical, différent dans chaque pays aussi bien en ce qui concerne la formation médicale de base que la formation continue.

Ce travail montre que les pneumologues et les allergologues des Etats-Unis ont bien compris l’asthme et appliquent correctement les recommandations internationales concernant la prise en charge de la maladie asthmatique. Les autres spécialités médicales prescrivent moins de corticoïdes.

Mais ils ne sont certainement pas en première ligne pour la prise en charge de l’asthme. Il est logique de penser qu’ils laissent le soin de la mise en route d’un traitement corticoïde à un spécialiste de l’asthme. Comme il est logique de penser qu’un urgentiste va régler le problème aigu mais laisser le soin du suivi de l’affection et de la prescription qui en découle au médecin habituel du patient.

Il ne faut donc pas porter un jugement lapidaire du genre : il y a les « bons médecins » et il y a les « mauvais médecins ». Mais plutôt faire passer le message suivant : l’asthme est une maladie complexe multifactorielle, qui doit faire l’objet d’une prise en charge spécialisée même si son suivi peut ensuite être assuré par le généraliste ou le pédiatre.

Cette prise en charge spécialisée peut être réalisée aussi bien par un pneumologue qu’un allergologue, qui plus que jamais, devrait être reconnu comme un spécialiste à part entière même s’il l’est de fait pour tous ses confrères.

Enfin une critique à ce travail peut être formulée : il n’y a aucune donnée sur les caractéristiques de l’asthme des patients. Mais on sait que beaucoup d’asthme sont sur-médicalisés, avec des traitements qui n’ont pas de raison d’être poursuivis.

Des asthmes évoluent également vers la guérison par exemple lorsqu’ils sont d’origine allergique et que le patient a été désensibilisé. Continuer de prescrire un traitement de fond serait une erreur.

Ce travail finalement étudie plus le degré d’obéissance à une norme internationale, que la réflexion adaptée d’une prescription à chaque asthmatique.

référence :

http://www.allergique.org/article2059.html


Dans la même rubrique

Une bonne nouvelle pour l’industrie du disque : les médicaments anti-CD ne tuent pas les patients ! !, Dr Stéphane Guez
Dans ce travail, les auteurs montrent que l’anti-CD23 peut être utilisé sans effets indésirables notables chez l’homme, et qu’il semble efficace dans le contrôle de l’allergie chez (...)
Hypnose et allergie : une histoire à dormir debout ?, Dr Stéphane Guez
Dans cette étude, les auteurs démontrent l’intérêt de l’hypnose qui améliore 80% des patients souffrant d’un asthme persistant, de douleurs thoraciques, d’une toux chronique, d’une (...)
Désensibilisez les enfants allergiques !, Dr Isabelle Bossé
L’ITS est donc reconnue au fil de toutes ces études comme le seul traitement agissant de manière effective sur tous les paramètres cliniques et fonctionnels, mais également sur le (...)
Extraits allergéniques, allergoïdes, même combat, mais les moyens sont différents., Dr Alain Thillay
Cette étude suggère que l’efficacité d’une désensibilisation par un allergoïde provient d’une perte de certains épitopes de l’allergène qui sont spécifiques de la réponse à IgE. Il ne (...)
Soigner la conjonctivite en mettant les gouttes sous la langue !!, Dr Stéphane Guez
Les auteurs démontrent que la désensibilisation par voie sublinguale vis-à-vis des acariens chez les patients allergiques modifie de façon significative par rapport au placebo le (...)