Enregistrer au format PDF

La fée Créola traque les nourrissons siffleurs.

par Dr Philippe Carré

publié le  15 avril 2004

L’asthme est associé à une hypersécrétion glandulaire induisant une expectoration caractéristique qui peut être utilisée facilement comme marqueur d’inflammation. Les corps de Créola en sont un des témoins et cette étude a évalué si leur présence chez des nourrissons siffleurs pouvait prédire la survenue ultérieure d’un asthme.

La présence de corps de Créola chez les enfants siffleurs prédit le développement d’un asthme. : Yumi Yamada, Shigemi Yoshihara and Osamu Arisaka

Department of Pediatrics, Dokkyo University School of Medicine, Mibu, Tochigi Japan

dans Pediatric Allergy and Immunology 15 (2), 159-162.

- Contexte. On a montré que les corps de Créola (CC) étaient présents de façon spécifique dans les expectorations d’adultes asthmatiques et utiles cliniquement dans l’estimation de l’hyperréactivité bronchique, de façon corrélée aux niveaux de protéine cationique éosinophile de l’expectoration.

- But de l’étude.

  • Évaluer si les CC peuvent être détectés dans l’expectoration d’enfants siffleurs, et leur signification clinique dans le développement de l’asthme.

- Méthodes.

  • 23 nourrissons siffleurs, âgés en moyenne de 5.3 mois, ont été évalués.
  • La présence de CC dans l’expectoration était déterminée par la coloration de Papanicolaou.
  • Les enfants étaient divisés en deux groupes : CC+ et CC-.
  • De plus, a été étudiée la relation entre la présence de CC et les scores de symptômes d’asthme survenant pendant une période d’un mois après l’évaluation initiale.

- Résultats.

  • 1) Les CC ont été dépistés chez 15 des 23 (65%) enfants siffleurs ;
  • 2) les scores de symptômes d’asthme étaient significativement plus élevés dans le groupe CC+ que dans le groupe CC- (p< 0.001) ;
  • 3) chez les enfants présentant leur premier épisode de sifflements, les scores de symptômes d’asthme étaient aussi significativement plus élevés dans le groupe CC+ (p< 0.05).
  • De plus, l’asthme infantile était diagnostiqué pendant les deux années qui suivaient chez 12 (80%) des enfants du groupe CC+, mais aucun du groupe CC-.

- Conclusion. Cette étude suggère que les CC découverts dans l’expectoration d’enfants siffleurs peuvent être utilisés pour identifier l’évolution vers un asthme infantile ultérieur.

 Dr Philippe Carré

Commentaire de l'auteur :

La présence de corps de Créola était significativement retrouvée chez 2/3 des nourrissons siffleurs et les scores de symptômes d’asthme étaient plus élevés chez eux, qu’ils en soient à leur premier épisode de sifflements ou à plusieurs.

De façon plus caractéristique, 80% des enfants CC+ développaient un asthme dans les deux années suivantes, et aucun dans le groupe CC-.

La corrélation, dans les expectorations, entre les CC et le niveau de la protéine cationique éosinophile, connue comme un marqueur fiable de l’inflammation bronchique, confirme que les CC peuvent représenter un marqueur d’inflammation et donc d’hyperréactivité bronchique chez la majorité des enfants siffleurs, et servir de témoin du risque de développement ultérieur d’un asthme, permettant de mettre en place des mesures préventives.

La pertinence de cette donnée doit être confirmée dans des cohortes plus importantes, de même que sa faisabilité en pratique quotidienne chez les enfants siffleurs ; s’agit-il d’un marqueur plus intéressant que la protéine cationique ?

référence :

http://www.allergique.org/article2078.html


Dans la même rubrique

Asthme et pollution : tout le monde n’est pas d’accord., Dr Philippe Carré
Cette étude confirme que les parents connaissent mal les différents facteurs prédisposant à l’asthme, en dehors de la pollution automobile, ce qui reflète certainement l’efficacité (...)
Les asthmatiques résistent à tout, même à l’insuline., Dr Philippe Carré
Cette étude espagnole a étudié, chez 153 sujets âgés de 4 à 15 ans, le rapport entre le degré de résistance à l’insuline mesurée par l’indice HOMA et l’existence d’un asthme chez des (...)
Asthme et prématurité, les premiers ne sont pas les derniers..., Dr Christian Debavelaere
Il s’agit d’une méta-analyse à partir de la base de donnée de medline. Après avoir expliqué que la méthodologie pouvait influer sur la conclusion de telle ou telle étude, le résultat (...)
Toujours serrer la main d’un asthmatique, ça lui dilate les bronches ! !, Dr Stéphane Guez
17 patients ont été testés, certes à plusieurs reprises, mais il faudrait confirmer ces résultats sur une série plus importante de patients, et en fonction des différents degrés de (...)
Adhésion au traitement de l’asthme aux États-Unis : peu importe l’origine ethnique pourvu que l’on ait les moyens., Dr Alain Thillay
Il s’agit d’une étude comportementale de cohorte qui, à mon sens, est assez amusante. Nous voyons là, chez nos amis américains, ce souci permanent de tenir compte des origines (...)