Enregistrer au format PDF

Urticaire au froid : attention chaud devant !

par Dr Alain Thillay

publié le  16 avril 2004

L’urticaire au froid reste une pathologie mystérieuse. Elle atteint préférentiellement le sujet jeune et peut être responsable de réactions sévères de type anaphylactoïde. Toutefois, les données concernant l’enfant restent assez pauvres. C’est tout l’objet de cette étude.

Caractéristiques cliniques, y compris l’anaphylaxie, chez des enfants atteints d’urticaire au froid. : Alangari AA, Twarog FJ, Shih MC, Schneider LC.

Department of Medicine, Division of Immunology, Children’s Hospital, Boston, Massachusetts 02115, USA

dans Pediatrics. 2004 Apr ;113(4):e313-7

- OBJECTIF
Mettre en évidence les caractéristiques de l’urticaire au froid chez l’enfant, particulièrement pour ce qui concerne les réactions systémiques car peu de données sont disponibles en pédiatrie.

- METHODOLOGIE

  • Établir la revue de 30 enfants âgés de moins de 18 ans qui avaient été évalués dans les 3 dernières années au « Children’s Hospital Allergy Program » de Boston, Etats-Unis et dans le cadre de consultations allergologiques privées.
  • Les données collectées étaient les suivantes : démographie, diagnostic et traitement.
  • Un interrogatoire téléphonique des patients et/ou de leurs parents a été pratiqué afin d’obtenir les données évolutives.

- RESULTATS

  • Nos données montraient que l’âge moyen et l’âge médian (âge qui permet de diviser la population en deux, 50% ayant eu de l’urticaire, 50% indemnes) d’apparition était approximativement de 7 ans.
  • Aucune étiologie n’a été retrouvée.
  • Un patient sur trois a subi des réactions anaphylactoïdes.
  • Ces réactions n’étaient pas prédictibles par les variables disponibles.
  • Les patients ayant eu un test au glaçon négatif à 10 minutes avaient des symptômes similaires et répondaient aux antihistaminiques comme les patients ayant eu un test au glaçon positif.
  • De plus, notre groupe de patients atteints d’urticaire au froid souffrait de façon très nette d’un haut taux d’asthme (46,7%) et de rhinite allergique (50%).
  • Le taux d’antécédent de manifestations d’atopie était même élevé (89,3%).

- CONCLUSIONS

  • L’urticaire au froid peut survenir chez les enfants et peut être associée à des réactions anaphylactoïdes).
  • Dans notre série, aucune étiologie n’a été retrouvée.
  • Tous les patients atteints d’urticaire au froid ainsi que leurs parents devraient être prévenus du risque anaphylactoïde et devraient détenir de l’adrénaline auto-injectable.

 Dr Alain Thillay

Commentaire de l'auteur :

Cette étude est très intéressante.

Classiquement l’urticaire au froid ne connaît pas d’étiologie précise jusqu’à présent.

Le diagnostic est anamnestique, attention à ne pas confondre avec l’urticaire aquagénique, mais aussi clinique par le test au glaçon, un glaçon est posé sur la face antérieure de l’avant-bras et doit reproduire l’urticaire dans les quatre minutes.
Pour cela, je m’étonne de la limite de temps que se donnent les auteurs qui mettent la limite à 10 minutes.

Autre élément quelque peu dérangeant de cette étude, c’est la prévalence élevée des manifestations de l’atopie retrouvée ainsi que celle des antécédents familiaux atopiques.

Est-ce à dire que l’atopie, sans être l’élément étiologique dominant, serait un facteur favorisant ?

Non, il existe probablement un biais de recrutement.

Le fait de recruter dans une population pédiatrique, qui consulte en service d’Allergologie, génère sans doute une sur-représentation des patients atteints de maladies inflammatoires IgE médiées.

Encore faudra-t-il, dans une telle population, faire la part de l’allergie alimentaire qui pourrait s’exprimer, par exemple, dans le cadre d’un co-facteur tel l’effort physique qui peut très bien s’opérer en plein froid, cela expliquerait les patients suspects d’urticaire au froid qui ont un test au glaçon négatif à 10 minutes.

On ne peut qu’être d’accord pour la prescription d’adrénaline auto-injectable (stylo auto-injecteur ANAPEN) chez les patients souffrant d’urticaire au froid.
Par contre, en prescrire de façon systématique chez les parents, n’ayant jamais eu le moindre soupçon d’urticaire au froid, paraît relever plus d’un effet « parapluie » exagéré.

Pour le lecteur intéressé, il paraît obligatoire de récupérer le « full-text ».

référence :

http://www.allergique.org/article2082.html


Dans la même rubrique

Urticaire chronique idiopathique : du concept physiopathologique à l’application thérapeutique, Dr Dominique Marchand
L’urticaire chronique, avec ou sans angio-oedème, est d’origine inconnue dans la grande majorité des cas. M.W GREAVES du St John’s Institute of Dermatology, St Thomas’ (...)
La peau victime des luttes intestinales du système immunitaire !!, Dr Stéphane Guez
Dans ce travail, les auteurs ont étudié la pertinence de l’association entre urticaire chronique et maladie coeliaque. La comparaison avec une population témoin confirme que (...)
Comme en économie, il ne faut pas laisser s’installer trop profondément le déficit en C1 inhibiteur ou alors le corriger avant d’envisager de nouvelles dépenses., Dr Stéphane Guez
Dans ce travail portant sur l’intérêt du traitement prophylactique à court terme avant un geste médico-chirurgical pour prévenir un angioedème chez des patients avec un angioedème (...)
HAE : C1-INH-stop-efficace-stop-IMPACT-stop. Pour comprendre faut lire…, Dr Stéphane Guez
Dans ce travail, les auteurs ont extraits les données pédiatriques de 2 études portant sur l’efficacité du concentré de C1-INH dans les crises aigues d’angioedèmes chez des patients (...)
Ça gratte où ça fait mal dans la tête !, Dr Alain Thillay
Au sein des publications concernant l’urticaire chronique idiopathique, une grande part traite de sa relation avec le stress psychologique. Par contre, peu de travaux rendent (...)