Enregistrer au format PDF

ISS ça marche et c’est moins grave que l’ISF !

par Dr Alain Thillay

publié le  20 avril 2004

A nouveau une étude contre placebo qui concerne l’immunothérapie spécifique sublinguale (ISS) aux acariens domestiques. Les résultats confirment ceux des études précédentes. Il restera à déterminer les doses les plus efficaces chez le plus grand nombre de patients.

Rhinite allergique aux acariens domestiques : évaluation de l’efficacité de l’immunothérapie spécifique sublinguale. : A. B. Tonnel1, A. Scherpereel1, B. Douay2, B. Mellin2, D. Leprince2, N. Goldstein2, P. Delecluse2, C. Andre3

1Service de Pneumologie et Immuno-Allergologie, CHRU, Lille 2NORFORCAL, Lille ; 3Département Scientifique et Médical, Stallergènes S.A., Antony, France

dans Allergy 59 (5), 491-497

- CONTEXTE
L’efficacité et la sécurité d’emploi de l’immunothérapie spécifique sublinguale (ISS) chez les patients atteints de rhinite allergique aux acariens domestiques restent controversées.

- METHODES

  • Après le recours à une housse de matelas anti-acariens, les patients étaient seulement inclus dans l’étude lorsque le score symptomatique cumulatif sur une période de 15 jours était supérieur à 70 sur un total possible de 168.
  • Trente-deux patients étaient sélectionnés parmi 120 et étaient randomisés pour recevoir une ISS sur 2 ans : 17 recevaient un placebo et 15 un extrait allergénique Dermatophagoides pteronyssinus et D. farinae 50/50.

- RESULTATS

  • Des différences significatives entre les deux groupes étaient observées après un an et persistaient à la fin de la seconde année pour le score total de la rhinite (P<0,02), le score de l’obstruction nasale (P<0,01) et le score du prurit nasal (P<0,01).
  • La réactivité cutanée aux acariens domestiques était significativement réduite dans le groupe thérapeutique (P<0,03).
  • Pas de différence statistique observée entre les deux groupes pour ce qui concerne le score médicamenteux, mais une consommation médicamenteuse basse était observée chez tous les patients.
  • Aucune réaction systémique ou sérieuse n’a été rapportée.

- CONCLUSION

  • Cette étude montre la supériorité du traitement actif contre le placebo, évaluée sur des critères d’efficacité (score de la rhinite) ou objectifs (réactivité cutanée).
  • La forme comprimé de cette ISS représenteraient un progrès en terme d’acceptabilité par le patient.

 Dr Alain Thillay

Commentaire de l'auteur :

Les auteurs français de cette étude sont un peu durs dans l’introduction de leur étude en écrivant que l’efficacité de l’ISS reste controversée.

Il suffit de lire toutes les études publiées sur ce sujet, par exemple lors du congrès de Vancouver en septembre dernier et tout récemment lors du dernier congrès de l’AAAAI à San Francisco, qui vont toutes dans le même sens et confirment l’efficacité de cette voie de l’immunothérapie spécifique.

A San Francisco, il y a eu même une étude qui comparait une ISS à fortes doses à une désensibilisation sous-cutanée et démontrait clairement la supériorité de l’ISS sur la voie injectable.

Mais enfin, les conclusions confirment bien la supériorité de l’ISS comparativement au placebo.

A noter, que le nombre de patients recrutés pour cette étude est relativement faible, ce genre d’étude mériterait des échantillons plus grands pour être encore plus convaincant.

référence :

http://www.allergique.org/article2090.html


Dans la même rubrique

Désensibilisation par voie injectable aux acariens : toujours plus haut, toujours plus fort !!, Dr Stéphane Guez
Dans ce travail, les auteurs démontrent la bonne tolérance d’une immunothérapie réalisée avec un vaccin modifié de D. Pter, et prescrit selon un protocole de doses très fortes, 100 (...)
La désensibilisation : mise au point en 2004, Dr Stéphane Guez
Les allergiques aux pollens de Graminées seront-ils patchés ?!, Dr Alain Thillay
Qui croyait l’immunothérapie spécifique limitée à deux voies, l’injectable sous-cutanée et la sublinguale ? Qui croyait que l’avenir de cette immunothérapie ne viendrait que de (...)
Le stress , facteur aggravant de la dermatite atopique : mythe ou réalité ?, Dr Isabelle Bossé
Donc le stress peut être responsable de l’aggravation des dermatites atopiques : les deux systèmes endocrines en cause, étant l’un diminué (axe Hypohyse-Hypothalamus-Surrénales), (...)
La désensibilisation à la soupe américaine, ça marche !, Dr Alain Thillay
Il s’agit d’une étude américaine de suivi après coup. Les auteurs ont à nouveau exploré, à l’âge adulte, des patients suivis durant l’enfance et ayant reçu une immunothérapie spécifique (...)