Enregistrer au format PDF

Réaction à la pénicilline : pas si fréquente.

par Dr Isabelle Bossé

publié le  23 avril 2004

Les auteurs ont utilisé une base de données gigantesque de plusieurs millions de patients traités par pénicilline pour connaître le nombre d’accidents de type allergique lors de la première prescription, pour savoir combien de fois la pénicilline était prescrite de nouveau (avec ou sans réaction préalable) et enfin combien de patients refaisaient une réaction allergique.

Prescription de pénicilline après des accidents de type allergique. : Andrea J. Apter, MD, MSca,b,c*
Judith L. Kinman, MAb Warren B. Bilker, PhDb,d Maximilian Herlimb
David J. Margolis, MD, PhDb,d,e Ebbing Lautenbach, MD, MPH, MSCEb,d,f
Sean Hennessy, PharmD, PhDb,c,d Brian L. Strom, MD, MPHb,c,d

From athe Division of Pulmonary, Allergy, and Critical Care Medicine, Department of Medicine ; bthe Center for Clinical Epidemiology and Biostatistics and Center for Education and Research on Therapeutics ; cthe Leonard Davis Institute of Health Economics ; dthe Department of Biostatistics and Epidemiology ; ethe Department of Dermatology ; and fthe Division of Infectious Diseases, Department of Medicine, University of Pennsylvania. Philadelphia, Pa USA

dans JACI April 2004 • Volume 113 • Number 4

- Objectif : les auteurs ont essayé de déterminer la fréquence de represcription de pénicilline chez des individus allergiques à la pénicilline et le risque d’une seconde réaction chez ceux qui en avaient eu une au préalable.

- Méthodes :

  • une étude de cohorte rétrospective a été menée à partir de la base de données « UK General Practice Research ».
  • Tous les patients qui avaient reçu de la pénicilline ont été identifiés.
  • Parmi cette population de base, les dossiers des patients qui avaient reçu au moins deux fois de la pénicilline dans les 60 derniers jours ont été sélectionnés et étudiés à la recherche d’une réaction de type allergique ( hypersensibilité) le jour ou dans les 30 jours après la prescription.

- Résultats :

  • au moins une prescription de pénicilline a été donnée à 3.375.162 patients.
  • Sur 6212 ( 0.18 %) des patients qui avaient eu une réaction de type allergique après la prescription initiale, 48.5 % ont eu une seconde prescription, comparativement à 59.8 % de ceux n’ayant pas eu de réaction allergique initiale ( ratio 0.81 ; 95 % IC ; 0.79-0.83).
  • deux ou plus de prescriptions de pénicilline ont concerné 2.017.957 patients.
  • 3014 ( 0.15 %) des patients ont présenté une réaction de type allergique après la première prescription, et 57 (1.89 %) d’entre aux ont eu une autre réaction après la deuxième prescription.
  • L’odd ratio non ajusté d’une réaction de type allergique après la seconde prescription pour ceux qui avaient eu une réaction après la première prescription, comparé à ceux qui n’en avaient pas eu était de 11.2 ( 95 % IC, 8.6-14.6).
  • l’ajustement des variables n’a pas d’effet notable sur les résultats.

- Conclusion :

  • le risque d’une réaction de type allergique après prise de pénicilline est nettement augmenté chez les patients ayant eu une réaction préalable, cependant la différence absolue est faible ( 1.72 %).
  • La represcription de pénicilline chez ces patients est plus fréquente que prévu.

 Dr Isabelle Bossé

Commentaire de l'auteur :

Manifestement, soit les médecins tiennent peu compte des réactions adverses à la pénicilline antérieurement, soit les patients ne le leur disent pas, car la différence de represcription est assez faible entre les deux groupes ( 11.3 %) .

On constate également que sur le nombre de traitements prescrits, peu de patients font des réactions de type allergique ( 0.15 %) , et seulement à peine 2 % d’entre eux récidivent à la deuxième prise.

On peut se demander s’il s’agissait de réactions authentiquement allergiques, ou si ces réactions ne sont pas obligatoirement reproductibles, également si des prescriptions ultérieures seront aussi bien tolérées.

référence :

http://www.allergique.org/article2097.html


Dans la même rubrique

Allergie aux bétalactamines : la solution est-elle au fond du bocal (du biologiste) ?, Dr Stéphane Guez
Dans cette étude les auteurs démontrent qu’un nouveau test in vitro, le CAST, combiné au CAST et au CAP permet d’assurer le diagnostic d’allergie aux bétalactamines avec une (...)
Faut-il interdire les anesthésies générales aux coiffeuses ?, Dr Stéphane Guez
Dans cette étude, les auteurs mettent en évidence un risque significativement très augmenté d’avoir des IgE positives contre les curares chez les sujets pratiquant les métiers de (...)
Sécurité d’emploi de la Fucidine crème : peu d’allergie de contact malgré un usage courant., Dr Alain Thillay
Cette étude est très intéressante, elle rappelle d’abord que la néomycine est très allergisante. Il faut donc bannir son emploi. Attention, on retrouve la néomycine même dans des (...)
Les Aminopénicillines peuvent réagir en retard., Dr Alain Thillay
Différents mécanismes sont impliqués dans les réactions allergiques aux Bêta-lactamines. Bien sûr, en premier lieu, la réaction IgE dépendante qui peut procurer des réactions sévères (...)
L’allergie à l’aspirine n’existe plus, elle se soigne !!, Dr Stéphane Guez
Les auteurs ont proposé un protocole souple de désensibilisation à l’aspirine par voie orale en plusieurs demi-journées sans hospitalisation, qui est à la fois efficace et sans (...)