Enregistrer au format PDF

Vasoconstricteurs sympathomimétiques : attention ça croise !

par Dr Clément FOURNIER

publié le  13 décembre 2004

En pratique allergologique, les vasoconstricteurs nasaux (sympathomimétiques) rendent bien des services. L’allergie à ces produits est rare mais possible. Cette étude s’est intéressée à la possibilité de réactions croisées entre ces molécules.

Allergie aux médicaments sympathomimétiques : étude des réactions croisées par patch tests. : Barranco R, Rodriguez A, de Barrio M, Trujillo MJ, de Frutos C, Matheu V, Tornero P, Herrero T.

Allergy Unit, Hospital General Universitario Gregorio Maranon, Madrid, Spain.

dans Am J Clin Dermatol. 2004 ;5(5):351-5.

- Introduction :

  • Les sympathomimétiques sont principalement utilisés en raison de leurs propriétés vaso-constrictives, notamment dans la congestion nasale ou comme mydriatiques.
  • Malgré cette utilisation fréquente, les réactions allergiques restent rares, en particulier lorsque le traitement est administré par voie générale.
  • Des réactions croisées doivent exister entre les dérivés des catécholamines, bien que les données sur le sujet soient contradictoires.
  • Dans cette étude, nous avons recherché l’existence de réactivité croisée entre ces médicaments par patch-test.

- Matériel et méthodes :

  • Des patch-tests étaient réalisés chez 14 patients ayant une histoire allergique à l’un de ces médicaments en utilisant les concentrations suivantes diluées dans du diméthyl sulfoxide (DMSO) :
    • 10% de phényléphrine
    • 10% de pseudoéphedrine
    • 10% et 20% d’éphedrine
    • 10% phénylpropanolamine
    • 5% fépradinol
    • 1% méthoxamine
    • 10% oxymétazoline
  • Le DMSO était utilisé comme témoin négatif

- Résultats :

  • Tous les patients sauf 1 (patient n°5) avaient des patch-tests positifs à au moins 2 des médicaments.
    • 9 patients (64.3%) avaient des sensibilisations croisées à 3 médicaments ou plus,
    • 57.1% des patients avaient des sensibilisations à 4 médicaments sympathomimétiques ou plus.
  • Les patients ayant présenté des rashs cutanés généralisés après prise orale de pseudoéphédrine avaient des réactions plus importantes et plus de sensibilisations croisées avec les autres médicaments sympathomimétiques en patch-tests que les patients ayant présenté des allergies cutanées de contact.

- Conclusion :

  • Nous en concluons qu’il existe des réactions croisées entre les divers médicaments sympathomimétiques, en particulier lorsqu’ils sont administrés par voie générale.

 Dr Clément FOURNIER

Commentaire de l'auteur :

Cette étude, bien que comportant un petit nombre de patients, nous éclaire sur l’existence de réactions croisées possibles en cas d’allergie aux sympathomimétiques.

Ces résultats incitent à être prudents en cas de réaction allergique à l’un de ces médicaments, et d’envisager des tests cutanés avant d’introduire un autre sympathomimétique à l’aveugle.

référence :

http://www.allergique.org/article2499.html


Dans la même rubrique

Vous êtes allergiques à l’iode ? Ou allergique « aux allergiques à l’iode » ? , Dr Céline Palussière
Cette étude suisse évalue l’imputabilité de l’iode dans les réactions d’hypersensibilité aux produits de contraste iodés (PCI). Deux groupes de patients sont étudiés : ceux qui ont (...)
Réactions non immédiates aux pénicillines : patch test ou pas ?, Dr Philippe Carré
Cette étude montre que les tests intradermiques ont une valeur comparable aux patch tests chez 20 patients présentant une allergie non immédiate aux pénicillines, 9 sujets sur 10 (...)
Mention d’une suspicion d’allergie médicamenteuse chez l’enfant : il faut être précis !, Dr Stéphane Guez
Voici une étude qui nous vient tout droit de la faculté de Médecine d’Ankara (Turquie) et qui comble un vide sidéral qu’est celui de la prévalence réelle de l’allergie immédiate (...)
Allergie médicamenteuse : l’allergologue doit-il travailler ou retourner en vacances ?, Dr Stéphane Guez
Dans ce travail très clinique, les auteurs rapportent leur expérience de prise en charge des histoires d’allergies médicamenteuses. La procédure consistant en un interrogatoire (...)
« Sniffer » de l’aspirine : acte diagnostic ou conduite addictive ?, Dr Stéphane Guez
Il s’agit d’un article de synthèse qui propose une explication physiopathologique commune pour expliquer les différentes facettes de la maladie de Widal, ou asthme avec (...)