Enregistrer au format PDF

DS sublinguale juste avant la saison de l’ambroisie : efficace ?

par Dr Geneviève DEMONET

publié le  14 décembre 2004

Plusieurs études ont montré l’efficacité de la désensibilisation sublinguale dans les pollinoses. Ce travail a été effectué au Canada sur le pollen d’ambroisie. Ont été étudiés à la fois la sécurité et l’efficacité d’un traitement débutant immédiatement avant la saison pollinique pour se poursuivre durant toute la saison de l’ambroisie.

Essai canadien sur la désensibilisation sublinguale de la rhino-conjonctivite avec allergie à l’ambroisie. : Bowen T, Greenbaum J, Charbonneau Y, Hebert J, Filderman R, Sussman G, Del Carpio J, Gold M, Keith P, Moote W, Cecchetto S, Cecchetto O, Sharp D, Broutin O, Andre C.

Department of Medicine, University of Calgary, Calgary, Alberta, Canada. tbowen@pol.net

dans Ann Allergy Asthma Immunol. 2004 Nov ;93(5):425-30

- Contexte

  • L’immunothérapie sublinguale est de plus en plus reconnue comme une alternative efficace et sans danger à l’immunothérapie spécifique parentérale.

- Objectif

  • Déterminer la sécurité et l’efficacité de l’immunothérapie sublinguale à l’extrait allergénique d’ambroisie dans la rhino conjonctivite par un traitement débutant juste avant la saison pollinique et se poursuivant tout au long de la saison pollinique de l’ambroisie.

- Méthodes

  • Cette étude randomisée, en double aveugle et contre placebo a été conduite dans 9 centres d’allergie canadiens chez des enfants et des adultes ayant une histoire documentée de rhino-conjonctivite pendant la saison de l’ambroisie.
  • Le traitement actif consistait en un extrait allergénique standardisé d’ambroisie administré sous la forme de gouttes sublinguales à doses croissantes, en commençant peu avant la saison pollinique et en poursuivant pendant la saison par des doses de maintenance quotidiennes.
  • Les critères primaires d’efficacité ont été les scores symptomatique et médicamenteux ; les critères secondaires ont inclus une évaluation globale de l’efficacité et des dosages immunologiques.

- Résultats

  • Quatre-vingt trois patients ont été inclus dans l’analyse de sûreté ; 76 patients ont été inclus dans l’analyse en intention de traiter.
  • Neuf receveurs de placebo et 1 receveur de traitement ont été retirés pour manque d’efficacité (P = .0004).
  • Neuf patients du groupe recevant le traitement ont été retirés en raison d’effets adverses, aucun n’étant sérieux (P = .003).
  • L’évaluation de l’efficacité par l’investigateur a montré que significativement plus de patients ont été améliorés et moins ont été aggravés dans le groupe recevant le traitement que dans le groupe recevant le placebo (P = .047).
  • Les taux d’IgE et d’IgG4 spécifiques de l’ambroisie se sont élevées significativement dans le groupe recevant le traitement comparativement au groupe recevant le placebo (P < .04).
  • Les éternuements et le prurit nasal se sont approchés d’une amélioration significative dans le groupe recevant le traitement comparativement au groupe recevant le placebo (P = .09 et .06 respectivement). La ville de Québec a connu des comptes polliniques très bas. En excluant la ville de Québec, une amélioration significative a été observée pour ces 2 symptômes (P = .04).

- Conclusion

  • L’immunothérapie sublinguale semble être sans danger et efficace sur la rhino-conjonctivite avec allergie à l’ambroisie même lorsqu’elle n’est débutée qu’immédiatement avant la saison pollinique.

 Dr Geneviève DEMONET

Commentaire de l'auteur :

Une étude de plus démontrant l’absence d’effets secondaires sévères de la désensibilisation pollinique (ici l’ambroisie) ainsi que son efficacité même dans un délai très bref avant la saison pollinique ...

On peut remarquer toutefois que, en fonction des critères retenus, on est parfois très près de la limite de significativité.

D’autre part, cette étude ne couvre qu’une saison pollinique. Un suivi sur plusieurs saisons serait probablement utile.

référence :

http://www.allergique.org/article2501.html


Dans la même rubrique

Une désensibilisation pour traiter la dermatite atopique ?, Dr Céline Palussière
Les indications actuelles de l’immunothérapie spécifique se limitent actuellement aux formes respiratoires de l’allergie : la rhinite et l’asthme. Les progrès en ce domaine, et (...)
Anti-leucotriènes = anti-mortalité par asthme chez les jeunes ?, Dr Stéphane Guez
Dans cette étude les auteurs démontrent que les anti-inflammatoires dans l’asthme et en particulier les anti-leucotriènes ont permis une réduction significative de la mortalité (...)
Les recommandations de traitement de l’asthme sont-elles recommandables ?, Dr Philippe Carré
Les auteurs ont réalisé une revue systématique et une méta-analyse des essais randomisés contrôlés (ERC) évaluant le risque d’exacerbation d’asthme chez des asthmatiques stables (...)
C’est pas le tout d’avoir du bouleau, il ne faut pas y être allergique !, Dr Alain Thillay
Cette étude n’est pas seulement une étude de plus qui démontre, comme tant d’autres, que l’immunothérapie spécifique est efficace, elle présente l’intérêt de recourir à des critères (...)
N’oubliez pas les bras et les jambes chez le patient BPCO !, Dr Arnaud Scherpereel
Dans ce travail intéressant et détaillé, les auteurs mettent en évidence une altération franche de la capacité maximale de travail des bras dans une population de patients (...)