Enregistrer au format PDF

Cytomégalovirus et EBV : accord parfait ?

par Dr Geneviève DEMONET

publié le  22 décembre 2004

Le rôle du virus syncithial respiratoire (VRS) dans le déclenchement de l’asthme a souvent été débattu, celui du cytomégalovirus (CMV) et de l’Epstein Barr virus (EBV) beaucoup moins. Ce travail étudie la responsabilité de ces virus dans la survenue de maladies allergiques et de sensibilisations chez le petit enfant, que l’infection soit isolée (CMV ou EBV) ou associée (CMV et EBV).

Infection à cytomégalovirus et développement de maladies allergiques dans la petite enfance : interaction avec une infection à EBV ? : Sidorchuk A, Wickman M, Pershagen G, Lagarde F, Linde A

dans J Allergy Clin Immunol. 2004 Dec ;114(6):1434-40.

- Contexte

  • Une infection chronique par le cytomégalovirus et l’EBV dans la petite enfance peut affecter le système immunitaire et jouer un rôle dans le développement de l’allergie chez l’enfant.

- Objectif

  • Montrer la relation entre l’infection à cytomégalovirus et les maladies allergiques chez l’enfant, en incluant une possible interaction avec l’EBV.

- Méthodes

  • 2581 enfants âgés de 4 ans ont été enrôlés à partir d’une cohorte d’une étude prospective, menée à Stockholm, à partir de la naissance, pour évaluer les facteurs de risque de développement de l’allergie.
  • La classification des maladies allergiques s’est basée sur les réponses à un questionnaire ainsi que sur la détermination des IgE spécifiques pour les allergènes respiratoires et alimentaires communs.
  • Les IgG pour le cytomégalovirus ont été déterminés par une technique ELISA commerciale et pour l’EBV par une immunofluorescence indirecte.

- Résultats

  • Un total de 1191 enfants (46%) avaient une sérologie positive pour le cytomégalovirus.
  • Il n’y a pas eu d’association significative entre la séropositivité au cytomégalovirus et les manifestations allergiques telles qu’asthme bronchique, rhinite d’allure allergique ou dermatite atopique.
  • La séropositivité isolée au cytomégalovirus, c’est-à-dire sans séropositivité à l’EBV, était reliée à la présence d’IgE pour les allergènes respiratoires et alimentaires (odds ratio ajusté, 1.8 ; IC 95%, 1.2-2.9).
  • Un antagonisme, en ce qui concerne la sensibilisation aux allergènes respiratoires et alimentaires, entre cytomégalovirus et EBV a été suggéré (P = .05).

- Conclusion

  • Cette étude ne valide pas l’hypothèse qu’un antécédent d’infection à cytomégalovirus joue un rôle important dans la survenue d’un asthme bronchique, d’une rhinite d’allure allergique ou d’une dermatite atopique chez l’enfant.
  • Cependant, en l’absence d’infection à l’EBV, l’infection à cytomégalovirus peut être reliée à une sensibilisation aux allergènes respiratoires et alimentaires.

 Dr Geneviève DEMONET

Commentaire de l'auteur :

Aucune association n’a été mise en évidence entre la survenue d’une maladie allergique et l’infection par le cytomégalovirus ou par l’EBV qu’elle soit isolée (CMV ou EBV) ou associée (CMV et EBV).

Cependant, les enfants ayant eu une infection isolée au cytomégalovirus (séronégatifs pour l’EVB), avaient un risque plus élevé de sensibilisation aux allergènes respiratoires ou alimentaires.

Les auteurs expliquent cette particularité par une possible interaction entre les 2 virus sur le système immunitaire, le cytomégalovirus semblant favoriser la réponse immunitaire TH1 alors que l’EBV semble favoriser la réponse TH2.

L’EBV contrebalancerait donc, chez l’enfant, l’effet prédisposant à la sensibilisation allergénique du cytomégalovirus.

référence :

http://www.allergique.org/article2512.html


Dans la même rubrique

Les bébés sur vitaminés épuiseront sans doute leurs mères mais pourraient faire moins d’asthme !, Dr Stéphane Guez
Dans ce travail de compilation de données, les auteurs ont cherché s’il y avait ou non un lien entre apparition d’un asthme et taux sériques ou absorption de vitamines A, C et E. (...)
Où on lit l’avenir d’un enfant dans une boule… d’IgE spécifiques !, Dr Geneviève DEMONET
Une cohorte de naissance de 562 enfants a été suivie régulièrement pendant 6 ans avec interrogatoire, examen clinique, pratique de prick-tests cutanés et dosage d’IgE spécifiques (...)
Être atopique ou polyarthritique : il faut choisir., Dr Philippe Carré
L’équilibre des sous-populations lymphocytaires TH1 et TH2, déviée au profit des TH2 dans les maladies atopiques, l’est par contre au profit des TH1 dans la polyarthrite rhumatoïde (...)
Films poilants et amélioration des selles des sujets atteints de DA ?! LOL ! , Dr Alain Thillay
Cet article est d’origine japonaise. Il aborde le thème de la dermatite atopique sous un angle assez inattendu. En gros, qu’est-ce qu’une bonne séance de rigolade en regardant un (...)
Un bébé, un chien, un chat... Que choisir ? Le point de vue de l’allergologue. , Dr Céline Palussière
Dans cette étude italienne, plus de 20 000 enfants de 7 ans et leur famille ont répondu à un questionnaire portant sur leurs symptômes respiratoires ou cutanés potentiellement (...)