Que manger lorsque l’on est allergique au blé ?

mercredi 4 mai 2005 par Dr Alain Thillay11690 visites

Accueil du site > Allergènes > Alimentaires > Que manger lorsque l’on est allergique au blé ?

Que manger lorsque l’on est allergique au blé ?

Que manger lorsque l’on est allergique au blé ?

mercredi 4 mai 2005, par Dr Alain Thillay

Cette étude iranienne a pour but de rechercher quelle est la meilleure céréale de substitution chez les allergiques au blé. Les auteurs ont effectué cette recherche parmi les céréales disponibles dans leur pays, ce sont, outre le blé, le maïs, l’orge et le riz. Cette étude présente un grand intérêt pratique applicable à l’allergologie praticienne.

Quelle céréale substitutive est souhaitable chez des enfants allergiques au blé ? : Zahra Pourpak1, Mehrnaz Mesdaghi1, Mahboubeh Mansouri1, Anoushiravan Kazemnejad2, Shahram Beiraghi Toosi3 and Abolhasan Farhoudi1

1Immunology, Asthma and Allergy Research Institute, Tehran University of Medical Sciences, Tehran, 2Department of Biostatistics, School of Medicine, Tarbiat Modarres University, Tehran, 3Food Science and Technology Research Group, Institute of Eghbal, Iranian Academic Center for Education, Culture and Research (ACECR), Mashhad Branch, Mashhad, I.R. Iran

dans Pediatric Allergy and Immunology 16 (3), 262-266

- Contexte

  • Le blé est l’un des principaux trophallergènes.
  • Le blé est parmi les céréales le plus largement utilisé, il existe de plus un grand nombre de réactions croisées entre ces céréales.

- Objectifs

  • Le but de cette étude est d’évaluer l’ensemble des réactions croisées entre céréales et de trouver le meilleur substitut du blé.

- Méthode

  • Dix-huit patients ayant une réaction de type I prouvée au blé ont été enrôlés dans l’étude.
  • Nous avons effectué les mesures du taux des IgE spécifiques et les tests cutanés des différentes farines de céréales (blé, orge, avoine, seigle, riz et maïs) et du son.
  • De plus, des tests de provocation orale en ouvert ont été pratiqués à l’aide des céréales disponibles et faisant partie des céréales traditionnelles en Iran (blé, maïs, riz et orge).

- Résultats

  • Les tests cutanés étaient positifs chez 44,4% des patients pour l’orge, 94,5% pour le blé et 44 à 77% pour les autres céréales.
  • Les IgE spécifiques sériques étaient présentes pour le blé et l’orge, il existait une corrélation entre les concentrations d’IgE spécifiques du blé et de l’orge (r=0,773 et p<0,01).
  • Les IgE spécifiques sériques du maïs ont été mesurées chez 10 patients, elles étaient positives chez six d’entre eux.
  • Parmi ces patients, 55,5% étaient positifs au test de provocation à l’orge, mais tous les tests de provocation au riz et au maïs étaient négatifs.

- Conclusions

  • Les meilleurs substituts du blé chez les allergiques au blé sont le riz et le maïs.
  • Compte tenu de la corrélation des IgE spécifiques sériques du blé et de l’orge, il doit exister une réaction croisée importante, ainsi l’orge n’est pas un bon substitut du blé et la consommation d’orge nécessite un test de provocation prudent.
  • Prenant considération de la concordance des tests cutanés positifs à la farine de blé et au son de blé, l’éviction des deux est nécessaire chez les patients allergiques au blé.

Cette étude iranienne montre clairement que le maïs et le riz sont les deux céréales qui n’entraîneraient pas de réaction, déterminée par test de provocation orale ouvert, même si, chez certains de ces patients allergiques au blé, il a été mis en évidence des tests cutanés positifs et/ou des IgE sériques spécifiques à ces deux céréales.

Ainsi, riz et maïs sont à recommander en substitution du blé après test de provocation orale.

Par contre, la corrélation des forts taux d’IgE spécifiques du blé et de l’orge suggère une importante présomption de réaction croisée entre ces deux céréales ce que semble confirmer le fait que plus de la moitié de ces patients aient un test de provocation orale à l’orge positif.

Par conséquent, l’orge est déconseillée comme céréale substitutive du blé, et, si il y a nécessité de pratiquer un test de provocation orale à cette céréale, il faudra être prudent devant le risque réactif.

Enfin, dernier résultat important, le caractère allergénique du grain de blé semble aussi porté par le son de blé. Il faudra donc se méfier de pains spéciaux préparer à l’aide de farine de céréales de substitution mais enrichis avec du son de blé dans le but d’améliorer la texture.

De mémoire, il me semble que les résultats de cette étude confirment ceux de travaux antérieurs.
Pour ma part, dans ma pratique, j’ai constaté les mêmes résultats. Il reste qu’il est difficile d’établir un régime sans blé.

En conclusion, en cas d’allergie au blé, on préférera le riz ou le maïs.

Vos commentaires

  • Le 14 janvier à 15:16, par Birgit Rault En réponse à : Que manger lorsque l’on est allergique au blé ?

    Qu’est-ce qu il reste à manger pour moi ?
    Intolérance moyenne au
    Mais, blé, orge, levure de bière et le blanc d’œuf...,,
    Dans les pains de seigle ils mettent du blé , dans le pain d’épautre ( c’est du blé) il reste que le petit épeautre et le riz
    Ça va être dur.....