Enregistrer au format PDF

Comment se faire un sang d’encre à propos de l’âge de survenue des premières règles...

par Dr Hervé Couteaux

publié le  9 novembre 2005

Ah ! Docteur, c’est pas étonnant qu’il soit allergique, avec toute cette pollution ! Mais non chère Madame, tout ceci n’est que la conséquence de l’âge précoce auquel vos premières règles sont apparues...Vous êtes sûr Docteur ? En tout cas, mon rédacteur en chef a trouvé des Anglais qui se sont posés la question !

L’âge maternel de ménarche n’est pas corrélé à l’asthme ou l’atopie chez les enfants prépubertaires. : A Maitra1, A Sherriff2, K Northstone2, D Strachan3 the ALSPAC Study Team, A J Henderson4

1 Department of Paediatric Medicine, Blackpool Royal Victoria Hospital, Blackpool FY3 8NR, UK
2 Avon Longitudinal Study of Parents & Children, University of Bristol, Division of Child Health, Bristol BS8 1TQ, UK
3 Community Health Sciences, St George’s Hospital Medical School, London SW17 0RE, UK
4 Department of Respiratory Medicine, Bristol Royal Hospital for Children, Bristol BS2 8BJ, UK

dans Thorax 2005 ;60:810-813

- Contexte :

  • Pendant la grossesse, les hormones sexuelles maternelles peuvent influencer en théorie le développement du système immunitaire fœtal et moduler le développement ultérieur de désordres atopiques.
  • L’amorce précoce de la ménarche a été reliée à des niveaux d’œstrogènes augmentés chez la femme adulte.
  • Cette étude a été entreprise pour examiner l’association entre un âge de ménarche précoce chez des femmes enceintes et l’asthme et le statut atopique de leurs enfants à l’âge de 7 ans.

- Méthodes :

  • L’ALSPAC (étude longitudinale des parents et des enfants d’Avon) est une étude longitudinale de cohorte dans laquelle les femmes enceintes, résidant à Avon (UK), ont été recrutées sur la base d’une date présumée de délivrance située entre le 1er Avril 1991 et le 31 Décembre 1992.
  • L’âge maternel de ménarche a été identifié par des questionnaires prénataux distribués à ces femmes.
  • L’évolution clinique des enfants a été précisée par des questionnaires remplis par les femmes elles-mêmes, incluant asthme, eczéma et rhume des foins.
  • Le statut atopique de l’enfant a été établi objectivement par des tests cutanés à un panel d’aéroallergènes communs à l’âge de 7 ans.
  • Les analyses ont été menées par régression logistique multivariables avec un éventail hétérogène de confusions possibles.

- Résultats :

  • Des données complètes ont été recueillies auprès de 5765 paires de mères-enfants.
  • La prévalence reportée à 7 ans était de :
    • 20.4% pour l’asthme.
    • 58.6% pour l’eczéma.
    • 12.1% pour le rhume des foins.
    • 20.6% pour l’atopie (définie par au moins une réponse positive aux tests cutanés, c’est-à-dire une papule supérieure à 2 mm)
  • Il n’y avait pas de différence significative dans les moyennes d’âge de ménarche entre les femmes d’enfant avec ou sans signalisation d’item à 7 ans.
  • Les odd ratios ajustés (intervalle de confiance de 95%) pour l’âge le plus tardif de ménarche (plus de 16 ans) comparés avec le groupe d’âge de ménarche le plus précoce (inférieur à 12 ans) étaient de :
    • 1.41 (1.00 à 1.99) pour l’asthme.
    • 0.98 (0.73 à 1.91) pour l’eczéma.
    • 0.95 (0.62 à 1.44) pour le rhume des foins.
    • 0.98 (0.68 à 1.42) pour l’atopie.

- Conclusions :

  • Aucune association solide n’a été retrouvée entre l’âge maternel de ménarche et l’asthme, l’eczéma, le rhume des foins ou l’atopie survenant chez les enfants dans leur petite enfance.

 Dr Hervé Couteaux

Commentaire de l'auteur :

Sur plus de 5000 couples mères-enfants, les auteurs n’ont pas retrouvé d’association significative entre l’âge de survenue de la ménarche chez la mère et le signalement d’asthme, d’eczéma, de rhume des foins ou d’atopie chez leurs enfants à l’âge de 7 ans.

L’influence des facteurs hormonaux sur l’immunité en général et l’allergie n’est pas un mythe mais une réalité complexe et mal connue. Il n’est que de constater l’influence que peut avoir une grossesse sur l’évolution de certaines affections allergiques ainsi que plusieurs études concernant le cycle menstruel.

A l’opposé, il serait certainement abusif de penser que tout événement hormonal va systématiquement avoir des conséquences dans la survenue, l’évolution ou la disparition d’affections allergiques.

« Pourquoi faire un bilan allergologique puisque ça va disparaître tout seul à la ménarche... » est un adage qui a donné de l’urticaire à une bonne moitié des allergologues.

L’âge de survenue des premières règles chez de futures mères est donc indépendant de la survenue d’affections allergiques. Un sujet de conversation en moins !...

référence :

http://www.allergique.org/article2904.html


Dans la même rubrique

Les infections dans l’enfance protègent-elles du risque allergique ?, Dr Alain Thillay
Malheureusement, cette étude ne montre absolument rien. En effet, il s’agit d’une étude de questionnaire, nous connaissons les faiblesses de ce genre d’investigation. Et ce qui (...)
Atopie et asthme : géographie variable !, Dr Geneviève DEMONET
Cette étude a confirmé que l’asthme chez l’adulte entre 20 et 44 ans pouvait être lié à une sensibilisation à un aéroallergène ordinaire dans 1/3 à 1/2 des cas. La fraction attribuable (...)
Messieurs les ministres de la santé, lorsqu’il y aura 65% d’allergiques, les antihistaminiques seront-ils remboursés à 65% ?, Dr Stéphane Guez
Dans ce travail, les auteurs déterminent une prévalence de l’atopie parmi les adolescents d’environ 30% en se basant sur des IgE spécifiques, avec une relation forte avec des (...)
Boire ou être allergique, il faut choisir. Peut-être pas !?, Dr Alain Thillay
La relation alcool et allergie reste un sujet intéressant qui revient souvent dans les publications. On sait l’alcool impliqué dans des réactions d’hypersensibilité IgE médiées ou (...)
BB veut bien TT, mais du lait pas trop salé, sinon BB très fâché !!, Dr Stéphane Guez
Dans ce travail, les auteurs ont étudié les rapports Na/K qui reflètent la perméabilité cellulaire et ont trouvé une corrélation entre un rapport élevé chez des mères atopiques et la (...)