Enregistrer au format PDF

Allergie médicamenteuse : le TTLFBM est le MTDA !

par Dr Stéphane Guez

publié le  19 novembre 2007

(le TTL fait au bon moment est le meilleur test de l’allergologue).
L’allergie médicamenteuse reste compliquée à explorer avec des résultats qui sont parfois difficiles à interpréter sur le plan cutané. Un test biologique serait donc utile. Est-ce que le test de transformation lymphocytaire pourrait être intéressant dans le diagnostic de l’agent causal lors d’une réaction après prise de médicaments ?

Intérêt de test de transformation lymphocytaire (TTL) dans le diagnostic d’allergie médicamenteuse : importance du délai et de la nature de l’éruption cutanée. : Y. Kano, K. Hirahara, Y. Mitsuyama, R. Takahashi, T. Shiohara

Department of Dermatology, Kyorin University School of Medicine, Tokyo, Japan

dans Allergy
Volume 62 Issue 12 Page 1439-1444, December 2007

- Introduction :

  • Le TTL est un test simple et reproductible permettant d’évaluer in vitro l’activation des cellules T spécifiques dirigées contre des médicaments.
  • Cependant, il y a de nombreux protocoles concernant aussi bien le moment de réalisation de ce test que l’influence du traitement prescrit.

- Objectif de l’étude :

  • Il a été de définir le moment exact de réalisation du TTL par rapport à la réaction médicamenteuse afin de déterminer l’agent causal, lors de divers manifestations, en particulier cutanée lors d’une prise de médicament.

- Matériel et méthode :

  • Le TTL a été réalisé à différents moments lors de l’évolution de 3 types de réactions cutanées :
    • maculo-papulaire
    • Stevens-Johnson (SJ) et nécrose toxique épidermique
    • syndrome d’hypersensibilité médicamenteuse, rush et éosinophilie avec manifestations cliniques (DIHS/DRESS).

- Résultats :

  • Des tests TTL positifs sont obtenus lorsque les tests sont réalisés à la phase aigue mais pas une fois cette phase passée chez les patients présentant un rash maculo- papulaire et un SJ ou une nécrose épidermique.
  • Les TTL sont positifs à la guérison du DIHS/DRESS mais pas lors de la phase aigue, indépendamment d’un traitement par prednisolone systémique.

- Conclusion :

  • Le TTL est une méthode fiable pour déterminer l’agent médicamenteux en cause, lorsqu’il est réalisé au bon moment en fonction de la réaction cutanée médicamenteuse.
  • Le TTL pourrait être réalisé dans la semaine après le début d’un rash cutané chez les patients avec une éruption maculo-papuleuse et un SJ ou une nécrose épidermique, et entre 5 et 8 semaines après l’éruption chez les patients ayant présenté un DIHS/DRESS.

 Dr Stéphane Guez

Commentaire de l'auteur :

Les auteurs démontrent dans ce travail que le TTL permet de porter un diagnostic fiable pour reconnaître le médicament en cause dans une réaction cutanée à des médicaments.

Mais selon la nature de l’éruption le TTL doit se faire soit dans la première semaine, soit 5 à 8 semaines après la réaction toxidermique.

Périodiquement le TTL, vieux serpent de mer des laboratoires d’allergo-immunologie ,refait son apparition.

Généralement il retourne rapidement dans la profondeur de ces mêmes laboratoires en raison de la difficulté de réalisation de ce test qui reste difficile à standardiser, dépend très étroitement du savoir faire du biologiste et s’avère très chronophage donc cher et lourd à réaliser en routine.

Pour cet auteur il pourrait cependant être fiable à condition d’être réalisé la première semaine s’il s’agit d’un rash maculaire ou d’une réaction grave de type SJ ou Lyell.

Par contre il doit être fait 5 à 8 semaines après l’incident dans tous les autres cas.

Il faut d’autres études pour venir étayer ces résultats, mais il est vrai qu’un test biologique fiable dans l’allergie médicamenteuse serait le bienvenu.

référence :

http://www.allergique.org/article3471.html


Dans la même rubrique

Les vacances d’Aspirine la coquine en Pologne., Dr Stéphane Guez
La prévalence de l’asthme à l’aspirine dans une population générale adulte d’asthmatiques en Pologne, serait de 4.3% (5.4% par rapport à la population générale), ce qui est la moitié (...)
Mais à quoi bon faire des tests de réintroduction médicamenteuse ?, Dr Céline Palussière
Le bilan allergologique d’une réaction indésirable médicamenteuse nécessite dans de nombreux cas un test de réintroduction, en milieu hospitalier. Ces tests ne sont pas dénués de (...)
S’il vous plait les enfants, arrêtez de rougir sous antibiotiques…, Dr Céline Palussière
Les auteurs de cette étude américaine ont étudié le nombre de bilans allergologiques (tests cutanés et/ou test de réintroduction) pour les pénicillines, chez 96 enfants ayant (...)
En allergologie, l’avenir est à la provocation. Pour les AINS., Dr Stéphane Guez
Dans ce travail portant sur un suivi prospectif de patients ayant présenté des réactions évocatrices d’une hypersensibilité aux AINS, les auteurs ont étudié l’intérêt du test de (...)
L’aspirine fait vomir le globule de l’asthmatique : H’eTe jure c’est vrai !!, Dr Stéphane Guez
Dans ce travail, les auteurs démontrent que des patients, ayant une intolérance à l’aspirine, peuvent être identifiés en fonction du taux de production de 15-HETE par leurs cellules (...)