Enregistrer au format PDF

Les antibiotiques seraient-ils efficaces dans le traitement de la dermatite atopique ?

par Dr Alain Thillay

publié le  5 avril 2002

Cette étude produite par une équipe de Dermatologues japonaise (Osaka) tente de démontrer les mécanismes d’action de certains antibiotiques prescrits en cas de surinfection de l’eczéma atopique.

Effet des antibiotiques sur la production de superantigènes par le Staphylocoque doré de la dermatite atopique.

Le Staphylocoque doré (SD) colonise souvent la peau des patients atteints de dermatite atopique. Il est connu que les enterotoxines staphylococciques sont des surperantigènes susceptibles d’activer les cellules T sans l’intervention de cellule présentatrice de l’antigène. Il a été suggéré que les cellules T activées relarguent diverses cytokines qui peuvent exacerber ou prolonger l’inflammation cutanée qui est associée à la dermatite atopique. Il a été établi que la réduction de la colonisation bactérienne des lésions cutanées constitue un traitement efficace de la dermatite atopique. Ainsi, l’antibiothérapie peut être une option thérapeutique de la dermatite atopique chez certains patients.
Nous avons observé in vitro les effets d’antibiotiques sur la production de superantigènes par le Staphylocoque doré afin de déterminer les mécanismes d’action de ces antibiotiques dans le traitement de la dermatite atopique. Nous avons découvert que les antibiotiques ayant un effet inhibiteur de la synthèse protéique peuvent supprimer la production des superantigènes. D’autre part, la production de superantigènes n’était pas supprimée par les antibiotiques ayant d’autres effets inhibiteurs sur la synthèse de la membrane cellulaire ou la synthèse des acides nucléiques. Le niveau de l’effet suppresseur sur la production de superantigènes par le SD varie avec le type d’antibiotique testé. D’ailleurs, nous avons montré que la réplication de l’ADN codant la production de superantigène par le SD était inhibée seulement par la Roxythromycine, macrolide de nouvelle génération.
Ces constatations évoquent que la Roxythromycine aurait un rôle sur le niveau d’expression du gène. Ces résultats suggèrent que l’effet suppressif des antibiotiques ayant la capacité d’inhibition de la synthèse de superantigènes du SD doit être utilisé largement dans le traitement de la dermatite atopique.

 Dr Alain Thillay

Commentaire de l'auteur :

Il s’agit d’une étude in-vitro mais qui est bien démonstrative concernant la Roxythromycine ayant une bonne diffusion cutanée et l’AMM pour les infections cutanées. Donc pourquoi se priver en cas de surinfections d’une dermatite atopique ? Souvent, je reçois des nourrissons présentant des eczémas atopiques extrêmement surinfectés et cela dans un état de panique des parents. Il est vrai que je traite au longs cours ce type d’infection avec des macrolides avec d’excellents résultats. Cette étude est en corrélation parfaite avec mon expérience.

référence :

http://www.allergique.org/article37.html


Dans la même rubrique

Les probiotiques sont les premiers vaccins du nourrisson, Etonnant, non ?, Dr Gérald Gay
L’intestin est le premier système de défense de l’organisme contre les agresseurs extérieurs, et il se défend avec ses tripes. Pour se protéger, il bricole deux barrages qui (...)
L’allergie sous les topiques .... c’est pas naturel !, Dr Valérie MERCIER
Les produits cosmétiques ou de toilette dérivés du monde végétal sont à la mode et sont fréquemment utilisés pour leur aspect « naturel », voire même « biologique » qui rassure les (...)
Mesdemoiselles : pour avoir de jolies mains, faites vous faire des piercings !, Dr Céline Palussière
Dans cette étude, les pratiques de près de 6000 adolescents suédois ont été étudiées, et leur association avec l’eczéma des mains a été recherchée. De plus, pour près de 4500 d’entre (...)
Sévérité de la dermatite atopique : ne regardez pas la peau, regardez les urines ! , Dr Geneviève DEMONET
Cette étude retrouve des taux de LTE4-U plus élevés chez les enfants porteurs d’une DA sévère et qui sont sensibilisés. Ceci conduit donc les auteurs a évoquer l’intérêt des (...)
La dermatite atopique ça gratte ? Oui et ça essouffle aussi !, Dr Clément FOURNIER
Cette étude montre sur un petit échantillon de population que l’existence d’une dermatite atopique augmente la probabilité d’avoir un asthme et/ou une rhinite allergique. Ce lien (...)