Enregistrer au format PDF

Plus simple.

par Dr Hervé Masson

publié le  9 avril 2009

Jusqu’ici, lorsque l’on dépistait une allergie à l’œuf, la consigne était d’éviter tout contact avec l’aliment sous quelque forme que ce soit.

Eviter l’œuf même caché, lire les étiquettes, mettre en place un Projet d’Accueil Individualisé (PAI) pour l’école et les garderies… étaient le quotidien des mamans d’allergiques.

Les allergologues pensaient que le fait d’éliminer tout contact avec la moindre protéine de l’aliment incriminé permettait d’espérer la disparition de l’allergie progressivement.

A l’inverse, chaque contact avec les protéines allergisantes était susceptible d’entretenir la sensibilité de l’allergique à l’œuf.

Une récente étude australienne remet en cause ce dogme.

Les auteurs ont comparé l’évolution de l’allergie chez des enfants dont les parents ont strictement suivi l’éviction et chez des enfants qui ont parfois mangé accidentellement de l’œuf.

Vous lirez en détail cette étude sur le site, mais deux des résultats sont très intéressants.

La sévérité de l’accident initial n’influe pas sur la probabilité de disparition de l’allergie. Une réaction allergique violente au décours de l’ingestion d’œuf aurait autant de chance de guérir qu’en cas de symptômes initiaux peu importants.

La qualité de l’éviction semble ne pas avoir d’influence sur la disparition de l’allergie. Les enfants qui ont bénéficié d’un régime strict ne guériraient pas plus souvent que ceux chez qui on note des prises accidentelles d’œuf.

Bien évidemment, il ne s’agit que d’une seule étude portant uniquement sur 167 enfants australiens allergiques à l’œuf.

Elle est insuffisante pour remettre en cause ce qui a été démontré jusqu’ici et, pour l’instant, l’éviction la plus stricte possible des aliments responsables d’allergie reste la règle.

Cependant, si d’autres publications venaient confirmer celle-ci, la vie des allergiques s’en trouverait simplifiée.

 Dr Hervé Masson

référence :

http://www.allergique.org/article3789.html


Dans la même rubrique

La révolution est en marche., Dr Hervé Masson
Nos régions sont riches., Dr Hervé Masson
Angoisses., Dr Hervé Masson
Pourquoi traiter longtemps ?, Dr Hervé Masson
Sortir de la Préhistoire, Dr Philippe Auriol