Enregistrer au format PDF

Céphèmes, pénèmes et réactivité croisée sans peine, amen.

par Dr Stéphane Guez

publié le  6 décembre 2010

Hypersensibilité à IGE aux céphalosporines : réactivité croisée et tolérance des pénicillines, monobactames et carbapénèmes. : Antonino Romano, Francesco Gaeta, Rocco Luigi Valluzzi, Cristiano Caruso, Gabriele Rumi, Philippe Jean Bousquet

dans The Journal of Allergy and Clinical Immunology - November 2010 (Vol. 126, Issue 5, Pages 994-999, DOI : 10.1016/j.jaci.2010.06.052)

- Introduction :

  • Il n’y a que peu d’études portant sur la réactivité croisée et la tolérance des pénicillines, aztréonam et carbapénèmes au sein d’un groupe important de patients présentant une allergie aux céphalosporines.

- Objectif de l’étude :

  • Les auteurs ont étudié la possibilité d’utiliser des pénicillines, monobactames et carbapénèmes chez des sujets allergiques aux céphalosporines et qui en avaient particulièrement besoin.

- Matériel et Méthodes :

  • Il s’agit d’une étude prospective portant sur 98 patients consécutifs qui ont présenté des réactions immédiates (jusqu’au choc anaphylactique) aux céphalosporines et qui ont eu des tests cutanés positifs pour ces médicaments.
  • Pour évaluer la réactivité croisée aux pénicillines, monobactames et carbapénèmes ainsi que la tolérance à de telles bétalactames alternatives, tous les patients ont eu :
    • des tests cutanés,
    • et un dosage des IgE spécifiques avec :
      • des pénicillines
      • aussi bien que des tests avec aztréonam, imipénème/cilastatine et méropénem.
  • Les patients avec des résultats négatifs ont eu un test de réintroduction de méropénem, imipénème/cilastatine, aztréonam et amoxicilline.

- Résultats :

  • Des résultats positifs à l’exploration allergologique ont été notés chez 25 patients (25,5%), dont 1 patient positif à toutes les molécules testées et un autre avec une positivité seulement pour l’aztréonam.
  • Un autre patient avait des résultats positifs à la fois pour la ceftazidime et aztréonam.
  • Une réaction aux céphalosporines ayant des chaines latérales similaires ou identiques avec celles de la pénicilline est un facteur prédictif de réactivité croisée avec un risque multiplié par 3 d’avoir une exploration allergologique positive avec les déterminants pénicilline.
  • Les tests de provocation avec des bétalactames alternatives ont été bien tolérés à l’exception d’une réaction urticarienne avec imipénème/cilastatine.

- Conclusion :

  • Environ 25% des patients ayant une allergie aux céphalosporines auront de résultats positifs avec les pénicillines, 3.1% avec aztréonam, 2% avec imipénème/cilastatine et 1% avec méropénème.
  • Chez ceux qui ont particulièrement besoin d’un traitement alternatif par des bétalactames, des tests cutanés avant traitement sont conseillés car des résultats négatifs indiquent une tolérance aux bétalactames concernées.

 Dr Stéphane Guez

Commentaire de l'auteur :

Ce travail prospectif a étudié les réactivités croisées aux autres bétalactames chez des patients ayant un diagnostic certain d’allergie IgE aux céphalosporines.

Il existe 25% de réaction croisées avec les pénicillines mais peu de réactions avec les autres bétalactames.

Ce travail est très intéressant pour la pratique quotidienne.

Il existe 4 sous-classes de bétalactames :

  • les pénèmes (pénicillines),
  • les carbapénèmes (imépénème-cilastatine, méropénem et ertapénem),
  • le monobactame (aztreonam)
  • et enfin le céphèmes (céphalosporines de 1°, 2° et 3° génération).

Les auteurs ont donc testé chez tous les patients allergiques aux céphèmes les autres bétalactames.

Il existe une réactivité croisée dans 25% des cas avec les pénicillines, donc inversement 75% des patients tolèrent les pénicillines.

Les autres bétalactames sont bien supportées par 95% des patients : on peut donc en première intention chez des patients authentiquement allergiques aux céphèmes, prescrire aztréonam ou imipénème-cilastatine et méropénème, soit une carbapénème ou un monobactame.

Les auteurs confirment par ailleurs que la probabilité d’avoir une réaction croisée céphèmes/pénèmes s’observe surtout lors de la sensibilisation aux céphalosporines de 1ère génération qui ont des chaînes latérales proches ou similaires des pénicillines (chaines proches : cefalotine, cefamandole et identiques : cefaclor, cefalexine, cefatrizine).

Il n’y a pas de réaction croisée avec les pénicillines pour les céphalosporines de 3° génération.

Dans tous les cas, les auteurs recommandent donc un bilan allergologique chez les patients ayant présenté une hypersensibilité immédiate aux céphalosporines pour leur prescrire une alternative thérapeutique de la famille des bétalactames.

référence :

http://www.allergique.org/article4140.html


Dans la même rubrique

Allergie médicamenteuse, 2 bilans sinon rien..., Dr Christian Debavelaere
Cet abstract est très intéressant, car il suggère qu’un bilan initial négatif chez certains patients, puisse se positiver en recontrôlant les mêmes paramètres. Comme si le fait de (...)
Latex en sous-cutané : plaidoyer pour un traitement sadomaso ou fétichisme allergologique ?, Dr Stéphane Guez
Dans ce travail, les auteurs sont parvenus à désensibiliser au latex par voie sous-cutanée 4 patients ayant des antécédents allergiques sévères au latex. Cette désensibilisation a (...)
Allergie aux bétalactamines : la solution est-elle au fond du bocal (du biologiste) ?, Dr Stéphane Guez
Dans cette étude les auteurs démontrent qu’un nouveau test in vitro, le CAST, combiné au CAST et au CAP permet d’assurer le diagnostic d’allergie aux bétalactamines avec une (...)
Allergie au paracétamol : un diagnostic hospitalier ?, Dr Stéphane Guez
L’étude clinique et allergologique de 32 patients suspects d’hypersensibilité au paracétamol, montre que les tests cutanés sont rarement positifs avec IgE spécifiques dans 18% des (...)
Olympiade des tests aux pénicillines : la Grèce, médaille d’or ! !, Dr Stéphane Guez
Dans ce travail prospectif sur 638 patients les auteurs démontrent que l’interrogatoire est fiable pour repérer les patients potentiellement allergiques aux pénicillines. (...)