Enregistrer au format PDF

Allergie aux pénicillines : votre allergologue est performant pour le présent et le futur.

par Dr Stéphane Guez

publié le  14 avril 2002

On connaît la bonne sensibilité et spécificité des tests cutanés dans la suspicion d’allergie aux pénicillines, la sensibilité étant évaluée à 80% et la spécificité proche de 100%. La méthodologie en est bien standardisée, avec réalisation de pricks et d’IDR à diverses dilutions avec le déterminant majeur et le mélange de déterminants mineurs de la pénicilline, prick à l’amoxicilline et à la pénicilline suspecte. Cependant des auteurs font état d’une resensibilisation possible, la première réintroduction se passant bien mais la suivante entraînant des manifestations cliniques avec une repositivation des tests cutanés. Cette resensibilisation serait évaluée à 9 - 12 % ; mais qu’en est-il vraiment ?

Absence de resensibilisation aux pénicillines chez des patients ayant une histoire d’allergie aux pénicillines et recevant de façon répétée des séries de traitements par de pénicillines.
Solensky R, Earl HS, Gruchalla RS. dans Arch Intern Med 2002 Apr 8 ;162(7):822-6

Plus de 10% de la population fait état d’une allergie à la pénicilline, mais plus de 80% de ces personnes n’ont pas d’IgE spécifiques vis-à-vis des pénicillines. Un test cutané négatif aux pénicillines est suffisamment spécifique pour identifier les patients qui peuvent reprendre finalement cet antibiotique, mais la réponse est valable au moment de la réalisation des tests et pour une seule réintroduction. Est-ce que toutes les administrations ultérieures de pénicillines seront bien tolérée ?
- Objectifs : déterminer le % de resensibilisation aux pénicillines de patients adultes ayant une histoire d’allergie à la pénicilline, après avoir reçu des séries de traitements par des pénicillines par voie orale.
- Méthodes : des patients adultes avec une histoire d’allergie à la pénicilline compatible avec un mécanisme IgE dépendant, ont été recruté et ont reçu 3 séries de 10 jours de pénicilline V (250mg, 3 fois/j) à condition que les tests cutanés successifs avant chaque reprise d’antibiotiques soient négatifs.
- Résultats : Parmi les 53 patients ayant initialement des tests cutanés négatifs, 46 ont pu terminer le protocole, et chacun de ces patients a donc toléré les 3 séries de traitement par pénicillines avec à chaque fois des tests cutanés qui sont restés négatifs. Aucun patient n’a eu un test négatif devenant positif, traduisant donc un risque de resensibilisation quasiment nul (2,1% pour un intervalle de confiance de 95%).
- Conclusion : les patients adultes ayant une histoire d’allergie à la pénicilline mais avec des tests cutanés négatifs, n’ont pas de risque de resensibilisation après avoir reçu 3 séries de traitement pénicilline par voie orale. Un test cutané négatif ayant donc une valeur prédictive négative à long terme, tous les patients suspects d’allergie à la pénicilline doivent être testés pour ne pas recourir inutilement à des traitements antibiotiques alternatifs.

 Dr Stéphane Guez

Commentaire de l'auteur :

L’approche de l’allergie aux pénicillines est très performante. Cela doit conduire à prescrire ces molécules en première intention en pathologie infectieuse dans la mesure où les tests allergologiques avec les autres familles d’antibiotiques sont beaucoup moins performants.

référence :

http://www.allergique.org/article50.html


Dans la même rubrique

Allergie aux curares : les femmes paient le plus lourd tribut !, Dr Alain Thillay
Les réactions allergiques aux anesthésiques sont certes rares mais potentiellement graves pouvant mettre en jeu le pronostic vital. Cette étude épidémiologique française effectuée (...)
Pricks, patchs et IDR chez les corticoïdes…, Dr Geneviève DEMONET
L’allergie de contact aux corticoïdes topiques survient chez 0,2 à 5% des patients testés par patch-tests alors que l’hypersensibilité immédiate aux corticoïdes est beaucoup plus (...)
Curares et sirop antitussifs : tous concernés !, Dr Hervé Couteaux
L’exposition à la pholcodine (par ingestion de médicaments en contenant) est un facteur de risque pour la survenue d’allergie aux curares. Il est probable que d’autres (...)
Traiter le mal par le mal ?, Dr Cécilia Nocent
Cette étude turque parue dans Allergy s’intéresse à l’efficacité d’une désensibilisation ou induction de tolérance à l’aspirine chez des patients qui présentent une pathologie (...)
Sainte aspirine, mère de tous les maux, sauvez nos asthmatiques !, Dr Stéphane Guez
Cet étude conclue donc au bénéfice d’un traitement par aspirine au long cours chez les patients présentant une maladie de Widal. Il faut cependant préciser, pour éviter toute (...)