Un extrait d’œuf hydrolysé sans danger et efficace : le plus difficile est d’hydrolyser la poule !!

mercredi 11 mai 2016 par Dr Stéphane Guez824 visites

Accueil du site > Allergènes > Alimentaires > Un extrait d’œuf hydrolysé sans danger et efficace : le plus difficile est (...)

Un extrait d’œuf hydrolysé sans danger et efficace : le plus difficile est d’hydrolyser la poule !!

Un extrait d’œuf hydrolysé sans danger et efficace : le plus difficile est d’hydrolyser la poule !!

mercredi 11 mai 2016, par Dr Stéphane Guez

Immunothérapie orale avec extraits d’œuf hydrolysé à faible allergénicité chez des enfants allergiques à l’œuf. : Stavroula Giavi1,†, Yvonne M. Vissers2,†, Antonella Muraro3, Roger Lauener4,5, Anastasios P. Konstantinopoulos1, Annick Mercenier2, Antoine Wermeille2, Francesca Lazzarotto3, Remo Frei6,7, Roberta Bonaguro3, Selina Summermatter5, Sophie Nutten2 andNikolaos G. Papadopoulos1,8,*
DOI : 10.1111/all.12905

dans Vol. 71 Issue 6
Allergy

- Introduction :

  • Un problème majeur de l’immunothérapie orale dans l’allergie alimentaire est le risque des effets secondaires sévères.
  • Les auteurs ont étudié la sécurité et l’efficacité d’une préparation d’œuf à faible allergénicité (HydE) dans une étude en double aveugle randomisée et contrôlée chez des enfants allergiques à l’œuf.

- Matériel et Méthode :

  • Dans une étude multicentrique 29 patients allergiques à l’œuf (âge : 1 à 5.5 ans) ont reçu de façon quotidienne pendant 6 mois 9g d’HydE ou un placebo dans une étude randomisée et en l’aveugle.
  • La sécurité a été évaluée par un test de provocation orale évaluant la tolérance à l’HydE au début de l’étude, et l’efficacité par un test de provocation orale ouvert à la fin de l’étude.
  • Parallèlement, les modifications de l’activation des basophiles et l’évaluation des taux d’IgE et d’IgG4 ont été étudiés.

- Résultats :

  • Tous les patients allergiques à l’œuf, randomisés pour l’HydE (n= 15), ont toléré la dose totale au premier jour puis la dose d’entretien dès le début à la maison.
  • Aucune différence statistiquement significative n’a été observée sur le résultat du test oral de fin de l’étude (36% et 21% ont un test oral négatif respectivement dans le groupe traité et dans le groupe sous placebo).
  • Les taux d’IgG4 spécifiques augmentent alors que les basophiles CD203C+ et CD63+ diminuent de façon significative dans le groupe traité par rapport au groupe placebo.

- Conclusions :

  • L’HydE peut être considérée comme un produit de faible allergénicité et sans danger d’utilisation chez les enfants allergiques à l’œuf.
  • Bien que non significatif, l’administration de HydE pendant 6 mois augmente numériquement la proportion de patients qui sont devenus tolérants à l’œuf.
  • L’HydE induit une modification de la réponse immune vers une meilleure tolérance.
  • Un traitement sur une plus longue période et/ou des doses plus fortes pourraient améliorer le devenir clinique et doivent donc être évalués.

Les auteurs ont étudié l’intérêt d’une préparation hydrolysée d’œufs dans l’immunothérapie orale d’enfants allergiques à l’œuf. Ils démontrent la sécurité d’administration de ces extraits. Si l’évaluation finale n’est pas significative, il y a un plus grand nombre d’enfants devenus tolérants dans le groupe traité.

Ce travail de nos amis grecs est très intéressant et ouvre des perspectives cliniques encourageantes.

L’immunothérapie reste actuellement le seul traitement qui peut modifier la réponse immune et guérir d’une allergie. Dans le cadre de l’allergie alimentaire l’immunothérapie orale est donc le seul traitement curatif possible mais avec les dangers d’une réaction anaphylactique. Un extrait efficace sur le plan immunologique mais sans risque de réaction IgE serait donc l’idéal. Mais la limite est que, en perdant l’allergénicité, on ne perde également l’acquisition d’une tolérance aux épitopes en cause.

Les résultats sont encourageants puisque l’extrait est bien toléré, et surtout il induit des modifications biologiques immunologiques qui vont dans le sens d’une bonne efficacité immunologique. Si le résultat n’est pas statistiquement significatif sur le plan clinique, c’est probablement parce qu’il y a une perte naturelle de l’allergie à l’œuf dans le groupe placebo.

Ce travail est donc une étude préliminaire qui doit être confrontée à une nouvelle étude portant sur un plus grand nombre de patients et probablement avec des âges différents. Il s’agit donc d’une affaire à suivre.

Réagir

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.