Plumes ou synthétique : la guerre des oreillers continue.

dimanche 24 novembre 2002 par Dr Isabelle Bossé28898 visites

Accueil du site > Allergènes > Aériens > Acariens > Plumes ou synthétique : la guerre des oreillers continue.

Plumes ou synthétique : la guerre des oreillers continue.

Plumes ou synthétique : la guerre des oreillers continue.

dimanche 24 novembre 2002, par Dr Isabelle Bossé

Cette étude a comparé les taux d’allergènes principaux et d’endotoxines dans des oreillers de plumes et en synthétique provenant de mêmes lits. Des différences significatives existent dans les deux cas, reste à savoir si les endotoxines ont plus ou moins d’effet néfaste sur les maladies allergiques respiratoires que les allergènes domestiques.

Endotoxines d’oreillers synthétiques et en plumes. : Karen Hall, BMLSc
Julian Crane, FRACP, FRCP Rob Siebers, FNZIMLS, FNZIC
Wellington Asthma Research Group Wellington School of Medicine and Health Sciences PO Box 7343, Wellington South
Wellington New Zealand
dans JACI November 2002, part 1 • Volume 110 • Number 5

Un certain nombre d’études ont montré que les quantités d’allergènes de chien, de chat et d’acariens retrouvées dans les oreillers synthétiques étaient significativement plus élevées que celles retrouvées dans les oreillers de plumes. Ceci pourrait jouer un rôle chez les patients asthmatiques allergiques, en raison de la proximité de l’oreiller avec les voies aériennes pendant le sommeil, étant donné qu’il a été démontré que la sévérité de l’asthme était associée à des taux plus élevés d’allergènes d’acariens dans les literies.

L’exposition aux endotoxines , composants pro-inflammatoires de la membrane des bactéries gram -, est déterminante dans la sévérité de l’asthme chez les patients sensibilisés aux acariens. Les auteurs ont donc mesuré les endotoxines provenant d’oreillers synthétiques et en plumes.

Ils ont demandé aux membres du staff de leur institut s’ils avaient eu sur le même lit des oreillers de plumes et synthétiques pendant une période de plus de 3 mois.

8 paires, chaque paire étant composée d’un oreiller synthétique et d’un oreiller de plumes, provenant du même lit ont été étudiées. Des échantillons de poussière ont été obtenus en aspirant chaque face des oreillers pendant 1 minute avec un aspirateur Hitachi 1100 watts. La poussière collectée a été conservée à -20 ° C jusqu’au moment de l’analyse. Les échantillons ont été extraits ( 0.2 g dans 5.0 ml) dans de l’eau et mélangés pendant une heure avant une centrifugation pendant 15 minutes à 2000 G . En raison de la distribution non Gaussienne des résultats, les unités d’endotoxines ont été transformées en logarythmes et exprimées comme des moyennes géométriques. Les résultats entre oreillers synthétiques et en plumes ont été comparés par des tests appariés.

- Il n’y avait pas de différence significative entre les taux d’endotoxines, exprimés chacun en unités d’endotoxine par gramme de poussière (p= 0.31) ou par oreiller (p=0.69). Les résultats sont présentés dans le tableau suivant :

Moyenne géométrique des taux d’endotoxine dans les oreillers

Type d’oreiller EU /g EU/ oreiller
Synthétique23,158 (14,976-35,809)1,585 ( 846-2,970)
Plumes35,269 (17,057-74,442)1,403 (671-2,934)
Ratio synthétique/plumes0,78 (0,54-1,15)1,05 ( 0,93-1,20)

- Les poids moyens de poussière n’étaient pas significativement différents entre les oreillers synthétiques (71.9 mg) et les oreillers de plumes (60.6 mg).

- Il y avait une corrélation faible, cependant non significative - certainement liée à la faible taille des échantillons- entre les unités d’endotoxines provenant des oreillers synthétiques et des oreillers en plumes (r = 0.48 ; P = 0.23), suggérant que les taux d’endotoxines sont importants dans les literies, sans tenir compte de la source des échantillons.

Cette étude a montré qu’à l’inverse de ce qui est constaté avec les allergènes de l’environnement intérieur, il n’apparaît pas de grandes différences dans les taux d’endotoxines entre les oreillers synthétiques et ceux en plumes.

De nombreuses études croisées et une étude longitudinale avait montré de façon sérieuse que les matériaux utilisés dans la literie jouaient un rôle significatif dans les maladies allergiques. Les raisons à ceci pourraient être en rapport avec d’une part la mesure des taux d’allergènes, d’autre part la mesure des taux d’endotoxines.

Cependant les résultats de cette étude ne font pas état de grandes différences dans l’exposition aux endotoxines selon le type d’oreillers. Malgré tout, les taux d’endotoxines, exprimés en EU/g, étaient plus élevés dans les oreillers de plumes, mais moins de deux fois plus élevés. Au contraire, les taux de Der p1 , Fel d 1, Can f 1 étaient 7 à 8 fois plus élevés dans les oreillers synthétiques.


En conclusion , le taux d’endotoxine est à peu près équivalent entre les plumes et le synthétique, par contre le taux d’allergènes nettement supérieur dans le synthétique.

Nous avions déjà dans une précédente étude nordique constaté les mêmes résultats, pour des couettes, qui sont cependant moins en contact avec les voies respiratoires que les oreillers.

Il serait intéressant d’avoir des études équivalentes avec des oreillers recouverts de housses anti-acariens.

Vos commentaires

Réagir

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.