En images
Corticoïdes inhalés et croissance : faut pas pousser !

Corticoïdes inhalés et croissance : faut pas pousser !


L’influence des corticoïdes inhalés sur la croissance pubertaire et la taille finale chez les enfants asthmatiques. : Chiara De Leonibus1,*, Marina Attanasi1, Zane Roze2, Benedetta Martin1, Maria Loredana Marcovecchio1,3, Sabrina Di Pillo1, (...)

lire la suite

categorie asthme

L’ ;asthme est une maladie inflammatoire chronique des petites bronches qui s’accompagne ou non d’exacerbations (crises d’asthme). L’asthme est une maladie de la muqueuse bronchique se caractérisant par une obstruction des voies aériennes distales, une inflammation de ces mêmes voies et une augmentation de la réactivité des bronches à différents stimuli.

L’asthme est un état inflammatoire chronique des bronches dans lequel de nombreuses cellules jouent un rôle, en particulier mastocytes, éosinophiles et lymphocytes T (Rapport NHLB/OMS Rev.fr.Allergol., 1996, 36, 6). Notre rubrique dédiée à l’asthme.

Derniers articles asthme

0 | 6 | 12 | 18 | 24 | 30 | 36 | 42 | 48 | ... | 906
article du 11 03 2016 par Dr Philippe Carré

Corticoïdes inhalés et croissance : faut pas pousser !

Les corticoïdes inhalés (CI) sont la base du traitement de l’asthme, et les consensus proposent une progression des doses en fonction de la sévérité et du contrôle de la maladie. Mais des données discordantes suggèrent qu’ils peuvent être associés à des effets suppressifs sur la croissance. Le but principal de cette étude longitudinale était d’étudier, depuis la période pré-pubertaire jusqu’à l’obtention (...)
lire la suite 1108 lectures

article du 2 03 2016 par Dr Philippe Carré

Chez l’enfant obèse, il faut rendre au RGO ce qui est au RGO...et pas à l’asthme !

Cette étude montre que la mesure des symptômes de RGO (SRGO) par un test validé en pédiatrie : le GSAQ, est étroitement associée à des symptômes d’asthme plus importants en particulier chez les enfants obèses ; de plus, parmi ces enfants obèses, le GSAQ était associé de façon importante à la dyspnée et l’utilisation des bétamimétiques de courte action (BCA). De façon inattendue, des scores plus élevés de (...)
lire la suite 693 lectures

article du 26 02 2016 par Dr Stéphane Guez

Scoop : le patient ayant un nez a le plus souvent des sinus et même des bronches !!

Dans ce travail épidémiologique, les auteurs ont pu préciser, au sein d’une population italienne, le risque pour une rhinite allergique d’être associée à un asthme : les sinusites avec ou sans polypes représentent des cofacteurs majeurs dans l’association d’un asthme à la rhinite. Ce travail donne des chiffres qui sont souvent rapportés dans d’autres études en ce qui concerne la fréquence de la rhinite (...)
lire la suite 470 lectures

article du 10 02 2016 par Dr Stéphane Guez

Trop fort, le dermato comme le fibroscope voit les bronches à travers la peau !!

Dans ce travail prospectif portant sur une étude de cohorte de mères d’enfants suivis avant la naissance, les auteurs ont recherché les facteurs de risque de développement d’une bronchiolite sévère durant l’enfance. La DA est un facteur de risque élevé indépendant des autres facteurs de risque connus. Ce travail a surtout l’intérêt de confirmer des données sur les facteurs de risque de bronchiolite (...)
lire la suite 629 lectures

article du 5 02 2016 par Dr Stéphane Guez

Les épidémiologistes accros du sexe : les bébés sont surpris !

Les auteurs ont étudié les corrélations entre les prick-tests, les IgEs spécifiques et le fait d’avoir de l’asthme ou de sifflements bronchiques. Il y a des différences de selon l’âge et le sexe en particulier chez les garçons mais avant l’âge de 11ans. Les auteurs proposent de revoir les valeurs seuils de positivité des PT et des IgEs. Cet article pose plusieurs problèmes sur le plan méthodologique et (...)
lire la suite 552 lectures

article du 2 12 2015 par Dr Philippe Carré

Attention les acariens : les bronches réagiraient aussi quand vous chatouillez le nez !

Cette étude chinoise a évalué les modifications inflammatoires au niveau des voies aériennes supérieures et inférieures, après un test de provocation nasal (TPN) aux acariens, dans quatre groupes de 15 sujets non asthmatiques : 2 groupes ayant une rhinite allergique avec et sans hyperréactivité bronchique (HRB), et 2 groupes de sujets contrôles avec et sans sensibilisation aux acariens. L’étude montre (...)
lire la suite 1023 lectures

0 | 6 | 12 | 18 | 24 | 30 | 36 | 42 | 48 | ... | 906