Enregistrer au format PDF

Les acariens sont rétrogrades : ils n’aiment pas l’air conditionné !!

par Dr Stéphane Guez

publié le  7 septembre 2004

L’air conditionné est souvent mis en accusation par les patients qui souffrent de rhinite allergique. Mais, le confort apporté par ces appareils est indéniable surtout lors de canicule. Faut-il faire un choix entre déshydratation ou développement d’une allergie ? Heureusement non, si on en croit les résultats de ce travail.

Sensibilisation aux aéro-allergènes dans la rhinite allergique en pédiatrie à Singapour : est-ce que l’air conditionné est un facteur de risque sous les tropiques ? : Kidon MI, See Y, Goh A, Chay OM, Balakrishnan A.

Rheumatology, Immunology and Allergy Service, Department of Paediatric Medicine, KK Children’s Hospital, Singapore. mona.kidon@kkh.com.sg

dans Pediatr Allergy Immunol. 2004 Aug ;15(4):340-3

- Introduction :

  • Singapour est un exemple unique de mélange à la fois d’un environnement tropical, d’un niveau élevé d’hygiène et d’une bonne prise en charge de santé publique.

- Objectif de l’étude :

  • Il a été de déterminer la prévalence, les caractéristiques cliniques et les facteurs de risque environnementaux d’une sensibilisation spécifique aux aéro-allergènes dans une population pédiatrique souffrant de rhinite allergique.
  • Les patients sont uniquement exposés à ce type d’environnement.

- Méthodologie :

  • Il s’agit d’une étude rétrospective d’enfants ayant une rhinite allergique, ayant eu des tests cutanés aux aéro-allergènes et ayant consulté à l’hôpital des enfants entre juillet 2001 et juin 2002.

- Résultats :

  • Un total de 202 patients ont été inclus, 161 (80%) garçons, 167 (83%) chinois, age moyen de 7.6 ans (2 à 14 ans).
  • Les symptômes cliniques les plus fréquents sont :
    • la rhinorrhée aqueuse (61%),
    • l’obstruction nasale (61%),
    • les éternuements (52%),
    • le reniflement 17%, et
    • une épistaxis (12%).
  • Les résultats des tests cutanés montrent une positivité pour
    • les acariens dans 97% des cas,
    • pour les animaux domestiques : 20%,
    • moisissures : 19%,
    • pollens : 15%, et
    • kapok : 10%.
  • La sensibilisation aux moisissures est significativement plus importante dans les maisons anciennes sans air conditionné (49% versus 10% s’il y a l’air conditionné) (odd ratio : 9.4, IC95% : 3.8-22.9).
  • La poly sensibilisation (au moins 3 tests positifs ou plus) est également plus élevée dans les maisons anciennes sans air conditionné, 51% versus 14% (odd ratio 6.4, IC95% : 2.8-14.7).

- Conclusions :

  • La sensibilisation aux aéro-allergènes intérieurs est la sensibilisation la plus fréquente chez les enfants de Singapour ayant une rhinite allergique.
  • Les patients qui vivent dans des maisons anciennes sans air conditionné ont des risques plus élevés de sensibilisation aux moisissures et de polysensibilisation.

 Dr Stéphane Guez

Commentaire de l'auteur :

Les auteurs démontrent que les enfants de Singapour ayant une rhinite allergique sont surtout des garçons, avec une sensibilisation aux allergènes intérieurs. L’air conditionné est une facteur de protection alors que son absence est liée à une sensibilisation plus fréquente à ces allergènes avec plus de polysensibilisation.

L’air conditionné est souvent accusé de provoquer toute sortes de maladies respiratoires dont des affections allergiques.

D’autre part « l’ancien », caractérisé par le retour en force des mouvements « bio », semble représenter le meilleur en terme de prévention des maladies allergiques (nos grands parents étaient moins allergiques que nous !).

Ce travail prouve qu’il n’en est rien, et qu’au contraire un habitat ancien sans air conditionné augmente de façon significative la prévalence de la rhinite allergique, avec sensibilisation aux allergènes intérieurs dont les moisissures ainsi que la polysensibilisation.

Il faudrait donc équiper toutes les maisons d’air conditionné pour diminuer la prévalence de la rhinite allergique chez les enfants.

Ces résultats sont en réalité logiques, puisque le développement des acariens est lié à une température intérieure élevée avec un fort taux d’humidité.

Le développement des moisissures, surtout en zone tropicale, est également lié à ce type d’atmosphère.

L’air conditionné permet d’assécher l’air et de réduire la température donc de limiter le développement des acariens et des moisissures.

Bien entendu cela sous entend un nettoyage régulier des gaines de ventilation. Il faut donc prendre un hôtel avec air conditionné lorsqu’on est allergique et que l’on voyage à Singapour.

référence :

http://www.allergique.org/article2305.html


Dans la même rubrique

Nouvelle mesure d’éviction des acariens = vivre dans un igloo., Dr Clément FOURNIER
Cette étude confirme que certaines conditions climatiques sont non seulement peu favorables aux acariens, mais diminuent leur développement. Dans cette étude, les conditions (...)
Les housses sont inefficaces dans la dermatite atopique., Dr Alain Thillay
Une étude de plus qui remet en cause l’efficacité des housses chez les allergiques. Déjà, vous aviez lu fin août une étude démontrant que l’amélioration chez les asthmatiques n’était (...)
Les acariens à la chaise électrique, Dr Alain Thillay
Je ne connais pas par quel mécanisme l’ionisation de l’air agit sur la dénaturation de l’allergène Der p 1 de l’acarien, mais, si effectivement, l’efficacité se confirmait in-vivo, (...)
Une relation entre myopie et allergie : faut voir…, Dr Geneviève DEMONET
Une étude a été menée au Japon pour comparer les défauts de réfraction de 60 patients allergiques (conjonctivite) à ceux de 60 sujets non allergiques. On a étudié la réfraction de (...)
Exposition aux acariens et asthme : les protéases accusées publiquement !, Dr Hervé Couteaux
Cette étude est une démonstration de l’activité directe des allergènes majeurs des acariens, hors mécanismes immunologiques, favorisant la survenue d’un asthme par des mécanismes (...)