Une téléconférence porteuse d’espoir sur l’allergie à l’arachide.

mercredi 16 juillet 2003 par Mme Jacqueline Stockli5941 visites

Accueil du site > Pratique > Malades > Une téléconférence porteuse d’espoir sur l’allergie à l’arachide.

Une téléconférence porteuse d’espoir sur l’allergie à l’arachide.

Une téléconférence porteuse d’espoir sur l’allergie à l’arachide.

mercredi 16 juillet 2003, par Mme Jacqueline Stockli

Mme Jacqueline Stockli vit au Canada. Ce pays en grande majorité anglophone est aussi habité par des francophones qui sont le plus souvent bilingues. Ils ont donc accès à la puissante information nord-américaine et ses moyens qui n’ont rien à voir avec ceux utilisés dans la vieille Europe. Ainsi, voici le compte-rendu d’une téléconférence sur l’allergie à l’arachide. Le principe : vous appelez un numéro de téléphone et vous entendez les conférenciers de chez vous, comme à la radio. Nous avons volontairement conservé l’adorable accent Québécois de notre amie Jacqueline...

Jeudi dernier le 10 juillet , il y a eu une téléconférence sur l’allergie à l’arachide. Cette conférence a été donnée par l’AAAAI (American Academy of Allergy , Asthma and Immunology en collaraboration avec le JACI (Journal of Allergy and Clinical Immunology).

Le titre de cette conférence était « Peanut Allergy : Major Advances in Treatment and Education » (L’allergie à l’arachide : Avancées majeures en matière de traitement et d’éducation). Pour accéder au résumé en anglais de cette téléconférence, cliquez ici.

J’ai participé à cette téléconférence afin de pouvoir vous en donner les grandes lignes.

Ce fût une grande conférence de presse donnée au téléphone par l’AAAAI et je dois dire que ce fût assez intéressant de constater que maintenant la technologie nous permet d’assister à ce type d’événement.

C’est confortablement installée à mon bureau que j’ai écouté les discours de : Donald Y. M. Leung, MD, PhD, FAAAAI, National Jewish Medical and Research Center, Denver ; Editor of the Journal of Allergy and Clinical Immunology , Hugh A. Sampson, MD, FAAAAI, Mt. Sinai School of Medicine et Anne Munoz-Furlong, Founder/CEO, The Food Allergy & Anaphylaxis Network

La conférence a débutée avec une brève introduction de Donald Y. M. Leung.

Il a mentionné que l’incidence de l’allergie à l’arachide augmente dramatiquement et que maintenant cette allergie ne peut plus passer sous silence. Elle est maintenant une issue de santé et sécurité publique. Après son allocution , il a ensuite passé la parole au Dr. Hugh A. Sampson de l’École de Médecine Mt-Sinaï.

Le Dr. Hugh A. Sampson a présenté dans à cette conférence les 7 articles sur l’allergie à l’arachide qui sont dans l’édition du mois de Juillet 2003 du JACI. Voici le lien pour voir ces articles en ligne dans le JACI

Il a dit qu’il était rare de voir dans une seule édition d’un journal médical sept articles sur le même sujet, d’ailleurs il a mentionné que lorsqu’il a débuté sa carrière il y a 20 ans c’est à peu près 7 articles par année qu’il y avait sur l’allergie à l’arachide. C’est intéressant de constater à quel point on parle de plus en plus de cette allergie.

La première étude dont il a parlé fût celle-ci :

- "Food allergy as a risk factor for life-threatening asthma in childhood : A case-controlled study" (L’allergie alimentaire comme facteur de risque chez l’enfant sévèrement asthmatique). Voir sur www.allergique.org
* Ce qui a été démontré avec cette étude c’est que des enfants qui avaient un diagnostic unique d’asthme sévère avaient également une ou des allergies alimentaires.
* Certains enfants avaient été mal diagnostiqués au départ.
* Cette étude démontre l’importance de faire passer des tests d’allergies afin d’obtenir un diagnostique exact.

La deuxième étude de son allocution fût celle sur :

- « Progression of food allergies » (La progression des allergies alimentaires). Voir sur www.allergique.org
* Il a été déterminé dans le passé qu’environ 20% des enfants allergiques à l’arachide vont perdre leur allergie en vieillissant. Il reste maintenant à déterminer quels enfants vont la perdre.
* Selon cette étude les enfants avec des taux d’IgE de moins de 5 k/ul ont 50% de chance d’avoir un test de provocation négatif , ceux de moins 2 k/ul ont 63% de chance d’avoir perdu l’allergie à l’arachide et dans le cas d’un taux indétectable de 0.35 k/ul ces enfants ont 73% de chance de ne plus être allergiques.
* Donc les enfants avec des taux d’IgE de 5 k/ul ou moins ont au moins 50% de chance d’avoir perdu leur allergie à l’arachide.
* Le Dr. Sampson a aussi parlé de la réintroduction des arachides dans l’alimentation quotidienne des enfants anciennement allergiques à l’arachide ; 30% des parents ont réintroduit régulièrement les arachides dans la diète de leur enfant , un autre 1/3 des parents ont réintroduit les arachides dans la diète mais de façon occasionnelle 1 à 2 fois par mois et l’autre 34% des parents ont décidé de ne pas réintroduire les arachides dans la diète de leur enfant (ou sinon ils leurs en donnent que très rarement).
* Du 20% des enfants qui perdent l’allergie à l’arachide , l’étude démontre que seulement un petit groupe vont redevenir allergique à nouveau. Les chiffres sont de 4 à 10% de ce nombre.

La troisième étude présentée fût ensuite celle-ci :

- "Measurement of peptide-specific IgE as an additional tool in identifying patients with clinical reactivity to peanuts". Voir sur www.allergique.org
* Le but de cette étude est de développer plus de tests pour savoir qui exactement va perdre l’allergie à l’arachide.
* Il s’agit de réussir à déterminer par ce test qui va réagir positivement à un test de provocation orale à l’arachide.
* Des 20% avec des IgE à un bas niveau (low-level) le test devrait être capable de déterminer 90% des personnes dans ce groupe qui ne devraient pas passer un test de provocation orale parce qu’elles vont réagir positivement.
* Avec ce test , il devrait être en mesure de déterminer qu’environ seulement 10% auraient un test de provocation orale négatif.
* Ce test devrait être développé d’ici quelques années.

La quatrième étude fût celle-ci :

- "The major peanut allergen , Ara h 2 , functions as a trypsin inhibitor , and roasting enhances this fonction ". (L’allergène majeure l’Ara h 2 , fonctionne comme un inhibiteur de la trypsine et le rôtissage augmenterait cette fonction). Voir sur www.allergique.org
* Ce que cette étude démontre c’est que la façon dont on traite les arachides joue un grand rôle en matière d’allergie.
* Les arachides rôties ou cuites augmentent considérablement l’allergénicité. Le traitement thermique est un élément clé qui est considéré.

La cinquième étude fût ensuite :

- "Relevance of casual contact with peanut butter in children with peanut allergy" (La signification du contact occassionnel avec le beurre d’arachides chez les enfants allergiques à l’arachide).Voir sur www.allergique.org
* Le but de cette étude était de déterminer si un contact occasionnel cutané ou par inhalation de beurre d’arachides allait affecter les enfants très allergiques à l’arachide.
* L’étude a démontré que ça ne provoquait pas de réactions systémiques majeures. Les réactions étaient plus de type cutané.
* Cette étude a été critiquée par certains parents d’enfants allergiques parce que certains médias ont mentionné suite à la téléconférence que les enfants allergiques pouvaient manger sans problèmes à l’école ou au service de garde à côté de d’autres enfants qui mangent du beurre d’arachides.
* Voici entre autre ce que CNN a dit au sujet de cette étude

La sixième étude fût :

- "Activated charcoal forms non-IgE binding complexes with peanut proteins" Voir sur www.allergique.org
* Une étude du Dr. Peter Vadas et de ses collègues révèle qu’administrer du charbon liquide (activé) , en supplément à l’épinephrine , peu de temps après l’ingestion accidentelle d’arachide peut aider à réduire la sévérité et la progression de la réaction allergique sévère.
* Rappelons que le charbon liquide est souvent utilisé dans des cas d’ingestion accidentelle de poison.
* Celui-ci étant administré par voie orale tend à limiter l’absorption et augmente l’élimination d’une variété de poisons et de drogues dans l’estomac.
* L’étude a démontré que le charbon activé va limiter l’absorption des allergènes majeurs de l’arachide et ainsi aider à prévenir une réaction allergique sévère.
* Cette approche pour prévenir les réactions fatales pourrait être aussi utilisée pour des réactions allergiques à d’autres aliments.
* Cette étude a été mal interprétée par la presse. Certains journalistes ont mentionné dans leurs écrits qu’il serait bons que les parents d’enfants allergiques possèdent du charbon liquide à la maison. L’AAAAI et le FAAN ont affiché sur leur site Internet que le charbon activé ne devait pas remplacer l’épinephrine dans le traitement de l’allergie à l’arachide ou de d’autres allergies alimentaires. Le FAAN a même affiché une série de questions et de réponses sur le charbon activé.
* Activated charcoal should not replace epinephrine in treating reactions to peanut or other food allergies
* Voici maintenant l’avis du FAAN
* Également les questions et réponses sur le charbon liquide du FAAN

La septième et dernière étude fût :

- « Persistent protective effect of heat-killer Escherichia coli producing "engineered,"recombinant peanut proteins in a murine model of peanut allergy ». Cette étude vise à évaluer les effects protecteurs d’un vaccin à long-terme. Cette étude a été faite chez la souris. Voir en ligne sur www.allergique.org

L’allocution du Dr. Sampson a duré un bon 30 minutes et ensuite ce fût au tour d’Anne Munoz-Furlong de parler.

Elle a mentionné vouloir présenter la perspective du patient allergique et l’impact de l’allergie alimentaire au quotidien.

Elle a dit que les études présentées sont porteuses d’espoir. L’espoir que les scientifiques vont un jour trouver un traitement pour l’allergie à l’arachide. Et basé sur ces recherches le futur s’illumine pour les millions de patients et leurs familles qui vivent chaque jour dans la peur qu’une bouchée de nourriture contenant des arachides puisse causer une réaction allergique mortelle.

Les meilleures pratiques sont encore l’éviction de l’aliment allergène et la disponibilité immédiate de l’épinéphrine. Et le plus important , nous devons de continuer à éduquer les patients , les professionnels de la santé , le personnel d’école , les entreprises et la population en générale sur les dangers des réactions allergiques alimentaires.

Nous avons encore du chemin à parcourir. La plupart des gens se demandent « Quelle est la grosse affaire ? Pourquoi est-ce que ces personnes allergiques n’évitent pas simplement le beurre d’arachides et prennent soin d’eux même ? » « Croyez-moi , ces personnes espèrent bien qu’elles pourraient faire ça ».

Quand une personne est diagnostiquée avec une allergie alimentaire , elle ne peut pas simplement s’en aller chez elle et éviter le lait , les œufs ou encore les arachides. Pour éviter une réaction allergique cette personne doit apprendre les mot-clés de ces aliments , elle doit apprendre à lire les étiquettes sur les emballages d’aliments et l’enseigner à d’autre -aux employés de restaurants , aux éducateurs , aux gardiennes d’enfants , aux entraîneurs - elle doit apprendre à reconnaître et à traiter des réactions quand elles surviennent.

Malgré tous les efforts pour éviter les aliments allergènes, des réactions allergiques vont quand même survenir. La plupart des réactions se produisent quand la personne allergique n’est pas chez elle , habituellement dans des restaurants et quelques fois dans les écoles.

Si un serveur ou un cuisinier dans un restaurant ne prend pas les allergies alimentaires sérieusement , leur erreur peut envoyer une personne à l’hôpital et même pire.

Par exemple , une femme est morte bien qu’elle ait informé le serveur du restaurant qu’elle était allergique à l’arachide. La cause ? Les morceaux d’agneaux qu’elle avait commandés avaient été marinées dans du beurre d’arachides.

Un autre exemple , le FAAN vient juste d’apprendre que les omelettes de certains types de restaurants contiennent du blé afin de faire que celles-ci se tiennent ensemble. La plupart des personnes allergiques au blé ne vont certainement pas penser de demander , « Est-ce qu’il y a du blé dans mes œufs ? »

Et finalement , pendant que les personnes allergiques rapportent des améliorations dans la gestion des allergies alimentaires à l’école , des réactions inattendues continuent d’être une issue majeure quand la nourriture est utilisée dans les projets de bricolage et quand la nourriture est apportée de la maison pour des événements spéciaux en classe.

Comme vous pouvez vous en être rendu compte , l’éviction d’un allergène alimentaire n’est pas une chose facile.

Les cas de réactions allergiques continuent d’augmenter particulièrement pour l’allergie à l’arachide. L’allergie à l’arachide est devenue une véritable issue de sécurité et de santé publique.

Ces études nous démontrent qu’il y a de l’espoir mais nous ne devons pas laisser tomber notre vigilance.

Le FAAN (Food Allergy and Anaphylaxis Network) va continuer à miser sur l’éducation , la sensibilisation , la conscientisation et la recherche. Jusqu’à ce qu’il y ait un traitement , l’amélioration continue en matière d’éducation est la clé. Anne Munoz-Furlong a ensuite remercié les auditeurs.


Merci à Jacqueline Stockli de cette excellente contribution.