Mesure du Monoxyde d’azote exhalé (eNO) versus nasal (nNO), aide au diagnostic chez l’enfant

dimanche 7 juillet 2002 par Dr Dominique Marchand3312 visites

Accueil du site > Maladies > Diagnostic > Mesure du Monoxyde d’azote exhalé (eNO) versus nasal (nNO), aide au (...)

Mesure du Monoxyde d’azote  exhalé (eNO) versus nasal (nNO), aide au diagnostic chez l’enfant

Mesure du Monoxyde d’azote exhalé (eNO) versus nasal (nNO), aide au diagnostic chez l’enfant

dimanche 7 juillet 2002, par Dr Dominique Marchand

L’équipe du Dr A Bush , département de pédiatrie , hôpital Royal Brompton , a tenté de mettre au point un système expert dans l’aide au diagnostic de la pathologie pulmonaire inflammatoire : dyskinésie ciliaire primitive , bronchectasies avec ou sans mucoviscidose , asthme.

Mesure du Monoxyde d’azote dans la pathologie inflammatoire chronique des voies aériennes chez l’enfant : outil diagnostic et intérêt dans la compréhension physiopathologique . : I Narang, R Ersu, N M Wilson and A Bush dans Thorax 2002 ;57:586-589

- Contexte :les taux de NO exhalé(eNO) et de NO d’origine nasale (nNO) dans divers groupes de patients porteurs d’une maladie inflammatoire pulmonaire sont bien documentés mais l’utilisation diagnostic à titre individuel de ces mesures peu exploitée par méconnaissance .
- Méthodes :les taux de eNO et nNO ont été comparés chez 31 enfants porteurs d’ une dyskinésie ciliaire primitive (PCD), 21 de bronchectasies sans mucoviscidose (Bx) et 17 avec mucoviscidose (CF), 35 asthmatiques(A) et 53 contrôles sains (C) à l’aide d’un analyseur fonctionnant par chimiluminescence .Un système expert diagnostic basé la courbe du NO a été mis au point.
- Résultats :La médiane des taux du nNO en ppb était respectivement chez les PCD , Bx ,CF et contrôles sains C, de 60.3(3.3-920), 533.6(80-2053),491.3(31-1140), et 716 (398-1437) ; les taux de nNO étaient significativement plus bas dans le groupe des dyskinésies ciliaires primitives (PCD) par rapport aux autres groupes (p<0,05). La médiane des taux du eNO en ppb était respectivement chez les PCD, Bx, CF ,A et contrôles sains C de 2.0(0.2-5.2), 5.4(1.0-22,1), 2.6(0.8-12.9), 10.7(1.6-46,7) et 4.85(2.5-18.3).Il existait une différence significative (p<0,05) du taux de eNO entre le groupe des dyskinésies ciliaires primitives et les groupes bronchectasies Bx , asthme A et contrôles C mais pas avec le groupe des patients mucoviscidosiques (CF). Le système expert basé sur le nNO montrait une sensibilité de 97% et un spécificité de 90% pour le diagnostic de PCD à partir du seuil de 250ppb.
- Conclusions :le eNO et le nNO ne peuvent être utilisés pour le diagnostic différentiel de la plupart des maladies respiratoires . Toutefois le taux du nNO est d’obtention rapide et est un marqueur diagnostic qui peut être utilisé pour le tri des patients avec une suspicion de dyskinésie ciliaire primitive PCD.


Ni l’age des patients ni la méthode de recueil du NO ne sont précisés dans l’abstract. Les prélèvements le long de l’arbre respiratoire (de la carène aux fosses nasales )par méthode per-fibroscopique faits chez des enfants de moins de 5 ans (en majorité nourrissons) lors d’un travail bordelais récent publié lors du V° CIPP en février 2002 (Dr M.Fayon, Dr D.Marchand) ont plutôt démontré une homogénéité entre bas appareil et haut appareil respiratoire (absence de cavités sinusiennes probablement) validant le recueil du eNO par la méthode des gaz expirés dans un ballon sans pince-nez à l’aide d’un masque facial avec emprise nasale et buccale.