Test de bronchodilatation chez les rhinitiques allergiques, ça gonfle les asthmatiques !

jeudi 24 février 2011 par Dr Alain Thillay1280 visites

Accueil du site > Maladies > Rhinites > Test de bronchodilatation chez les rhinitiques allergiques, ça gonfle les (...)

Test de bronchodilatation chez les rhinitiques allergiques, ça gonfle les asthmatiques !

Test de bronchodilatation chez les rhinitiques allergiques, ça gonfle les asthmatiques !

jeudi 24 février 2011, par Dr Alain Thillay

Test de bronchodilatation chez des patients atteints de rhinite allergique. : Ciprandi, G., Signori, A., Tosca, M. A. and Cirillo, I. ,

Bronchodilation test in patients with allergic rhinitis

dans . Allergy, no. doi : 10.1111/j.1398-9995.2011.02544.x

- Contexte :

  • La rhinite allergique (RA) peut être considérée comme un facteur de risque de l’apparition de l’asthme.
  • Récemment, il a été rapporté que le débit expiratoire forcé entre 25% et 75% de la capacité vitale (DEM 25-75) peut prédire une réponse positive au test de bronchodilatation chez les enfants asthmatiques.

- Objectif :

  • Le but de cette étude était d’étudier un groupe important de patients adultes souffrant d’une RA pour évaluer la fréquence de réponse à un test de bronchodilatation et les valeurs du DEM 25-75.

- Méthodes :

  • Mille quatre cent soixante neuf patients consécutifs atteints de RA persistante ont été évalués.
  • L’examen clinique, la spirométrie et le test de bronchodilatation ont été effectués chez tous les patients.

- Résultats :

  • Dans cette étude, 62,9% des patients avaient une réversibilité au test de bronchodilatation et 17,8% avaient une diminution des valeurs du DEM 25-75 (≤ 65% de la valeur prédite).
  • La diminution des valeurs du DEM 25-75 associée à une plus longue durée de la rhinite pourraient être prédictive de la réversibilité lors du test de bronchodilatation (OR=11,3, p <0,001).
  • En outre, une valeur seuil du DEM 25-75 ≤ 71% de la valeur prédite pourrait déjà permettre de distinguer les patients susceptibles d’être l’objet d’une réversibilité.

- Conclusions :

  • Cette étude souligne que près des deux-tiers des patients atteints de rhinite allergique persistante peuvent être considérés comme à risque de devenir asthmatiques.
  • Ce résultat doit être suffisamment considéré du fait qu’une spirométrie pratiquée tôt dans son évolution peut permettre la détection précoce des patients susceptibles de développer de l’asthme et par conséquent de les traiter.

C’est un fait avéré, la rhinite allergique persistante constitue un facteur de risque d’apparition de l’asthme.

Les auteurs italiens de ce travail ont sélectionné un grand nombre de patients atteints de rhinite allergique persistante, 1469 sujets adultes pour être exact, chez qui ils ont pratiqué un examen clinique, une spirométrie et un test de bronchodilatation.

L’objectif était de mesurer les valeurs du DEM 25-75 et d’évaluer le nombre de patients répondant positivement au test de bronchodilatation.

Les résultats sont clairs, près de 63% des sujets ont eu un test de réversibilité positif améliorant les débits distaux, ce qui signifie que près des 2/3 de ces rhinitiques allergiques persistants sont des asthmatiques en puissance !

Et même si peu ou pas symptomatiques, des asthmatiques tout de même.

Près de 18% de ces patients avaient un DEM 25-75 très diminué (≤ 65% de la valeur prédite).

En outre, plus la rhinite évolue avec le temps, plus la diminution du DEM 25-75 est prédictive d’un test de réversibilité positif.

La valeur seuil du DEM 25-75 ≤ 71% de la valeur prédite serait significative d’une réversibilité.

Ainsi, ce test de réversibilité bronchique concernant les DEM 25-75 permettant de dépister les patients rhinitiques à fort risque d’asthme devrait être intégré systématiquement lors de tout bilan d’une rhinite allergique d’autant plus si celle-ci évolue depuis longtemps.

Il permettra ainsi une prise en charge précoce et de poser l’indication de l’immunothérapie spécifique de façon encore plus drastique sachant l’effet bénéfique de ce traitement sur la diminution de l’apparition de l’asthme.

Je crois que déjà nombre d’allergologues procèdent ainsi, ce travail ne fera que renforcer leur conviction née de l’expérience de terrain.