Ouah, voilà un article qui fera saliver les allergiques au chien !

vendredi 22 mars 2013 par Dr Stéphane Guez3074 visites

Accueil du site > Allergènes > Aériens > Animaux > Ouah, voilà un article qui fera saliver les allergiques au chien (...)

Ouah, voilà un article qui fera saliver les allergiques au chien !

Ouah, voilà un article qui fera saliver les allergiques au chien !

vendredi 22 mars 2013, par Dr Stéphane Guez

La salive du chien : une importante sources d’allergènes canins. : Polovic N, Wadén K, Binnmyr J, Hamsten C, Grönneberg R, Palmberg C, Milcic-Matic N, Bergman T, Grönlund H, vanHage M. 

Dog saliva – an important source of dog allergens

dans . Allergy 2013 ; DOI : 10.1111/all.12130.

- Introduction :

  • L’allergie au chien (canis familiaris) est une cause commune, de par le monde, d’asthme et de rhinite allergiques.
  • Cependant, les extraits de squames pour le diagnostic de routine ne sont pas performants pour prédire une allergie au chien IgE médiée.

- Objectif de l’étude :

  • Il a été d’évaluer la salive comme source allergénique afin d’améliorer le diagnostic d’allergie au chien.

- Matériel et Méthode :

  • La fixation des IgE aux protéines de la salive du chien et aux extraits de squames a été analysée par immunoblot et spectrométrie de masse en utilisant :
    • des sérums poolés
    • ou individuels
  • provenant de patients allergiques au chien (n = 13).
  • Les sérums de :
    • 59 patients IgE positifs aux squames
    • et 55 patients IgE négatifs aux squames, mais ayant une symptomatologie allergique au chien
  • ont été analysés à la recherche d’IgE vis-à-vis de la salive et des squames par ELISA.
  • La stimulation des basophiles par la salive du chien et par les extraits de squames a été mesurée par Cytométrie de flux chez 3 patients allergiques au chien.
  • Enfin, le profil de fixation aux protéines de la salive vis-à-vis de différentes races de chien a été étudié par immunoblot.

- Résultats :

  • Un plus grand nombre et une plus grande diversité de fixation des IgE aux protéines a été trouvé dans la salive par rapport aux extraits de squames, avec des variations selon les races.
  • Dans la salive, Can f 1, 2, 3 et 6 sont identifiés mais aussi 4 nouveaux candidats allergéniques.
  • La majorité des 59 sérums positifs aux extraits de squames (n = 44) sont également IgE positifs à la salive de chien.
  • Parmi les patients IgE négatifs vis-à-vis des extraits de squames, mais ayant des symptômes d’allergie au chien, 20% ont des IgE vis-à-vis de la salive de chien.
  • L’activité biologique de la salive a été confirmée par le test de dégranulation des basophiles.

- Conclusion :

  • La salive du chien est une source d’allergènes qui peuvent améliorer le diagnostic d’allergie au chien.
  • Le profil de fixation des IgE aux protéines de la salive est variable selon les espèces de chien.

Dans ce travail, les auteurs ont étudié l’intérêt d’utiliser la salive du chien plutôt que les extraits de squames comme source allergénique.

Il existe ainsi 4 nouveaux allergènes potentiels dans la salive du chien, avec par ailleurs une positivité des IgE chez des patients allergiques au chien et négatifs avec les extraits classiques.

Cet article est très intéressant car il va sans doute enfin permettre d’améliorer nos tests diagnostiques chez les patients suspects d’allergie au chien. En effet, les allergènes des extraits de squames ne sont pas performants avec une grande variabilité selon les extraits.

La salive est probablement un moyen plus sûr comme source allergénique et semble contenir beaucoup plus d’allergènes. Cependant, il y a des variations selon les races, et il y en aura aussi probablement selon l’âge de l’animal, selon son état sexuel (mâle ou femelle, castré ou non).

Il y aura donc des profils allergéniques probablement assez différents selon les patients et la race du chien en cause, à moins que l’on trouve un panallergène majeur commun à toutes les espèces quel que soit l’état physiologique du chien.

Décidément l’allergologie se complique, et dans les années à venir le nombre des composants allergéniques va probablement croître d’une façon très importante.