TPN : le basophile signe dans le sang.

lundi 24 novembre 2014 par Dr Alain Thillay910 visites

Accueil du site > Sciences > Immunologie > TPN : le basophile signe dans le sang.

TPN : le basophile signe dans le sang.

TPN : le basophile signe dans le sang.

lundi 24 novembre 2014, par Dr Alain Thillay

Signature des cellules effectrices du sang périphérique après test de provocation nasale allergénique chez des sujets allergiques aux pollens de graminées. : M H. Shamji1, V Bellido2, G W. Scadding2, J A. Layhadi1,2, D K. M. Cheung1,2, M A. Calderon2, A Asare3, Z Gao3, L A. Turka3,4, N Tchao3, A Togias5, D Phippard3 andS R. Durham1,2,*
DOI : 10.1111/all.12543

dans Vol. 69 Issue 12
Allergy

- Contexte :

  • Plusieurs études ont démontré l’évolution temporelle des médiateurs de l’inflammation dans les fluides nasaux après provocation allergénique nasale (PAN), alors que les effets de celle-ci sur les cellules de la périphérie ne sont pas connus.

- Objectifs :

  • Nous avons examiné l’évolution temporelle des marqueurs des cellules effectrices (basophiles, cellules dendritiques et cellules T dans le sang périphérique) après la provocation nasale aux pollens de graminées.

- Méthodes :

  • Douze participants atteints de rhinite allergique saisonnière ont subi un test de provocation nasale de contrôle (diluant) suivie, 14 jours plus tard, d’une PAN.
  • Les symptômes nasaux et le débit de pointe inspiratoire nasal (DPIN) ont été enregistrés ainsi que les basophiles périphériques, les cellules T, les réponses des cellules dendritiques (cytométrie en flux), la prolifération des lymphocytes T (incorporation de thymidine) et l’expression des cytokines (Test FluoroSpot).

- Résultats :

  • Les auteurs ont pu observer de fortes hausses des symptômes nasaux et de fortes diminutions du DPIN lors de la réponse précoce (0-1h) et des modifications modestes au cours de la réponse tardive (1-24h).
  • Des pics séquentielles des marqueurs d’activation des basophiles du sang périphérique ont été observés (CD107a à 3h, CD63 à 6h et CD203c à 24h.
  • Le rapport cellules T effectrices/cellules T mémoire (CD4+CD25lo) augmentait à 6h et s’accompagnait d’une augmentation des cellules dendritiques plasmocytoïdes CD80+ et CD86+.
  • Il a été constaté une augmentation significative de la prolifération des cellules T induite par les pollens de graminées en ex vivo et de la fréquence des cellules T
    IL-4+CD4+ 6h après la provocation allergénique nasale par rapport au jour de contrôle.

- Conclusion :

  • Les basophiles, les cellules T, l’activation des cellules dendritiques, la fréquence accrue des cellules T IL-4+CD4+ induites par les allergènes et les réponses prolifératives des lymphocytes T sont détectables à la périphérie après provocation allergénique nasale.
  • Ces données confirment l’activation cellulaire systémique suite à une provocation nasale locale.

De nombreuses études ont déjà pu démontrer l’évolution dans le temps des marqueurs de l’allergie dans les fluides nasaux survenant après test de provocation nasale spécifique. Ce fait permet donc de confirmer ou non la réalité de l’IgE réactivité surtout si ces marqueurs sont mis en parallèle avec l’évolution de la clinique (scores symptomatiques et débits nasaux).

Toutefois, il pourrait être plus facile de mesurer ces marqueurs biologiques au niveau du sang périphérique.

Le professeur Stephen R. Durham et son équipe se sont donc attelés à chercher si le test de provocation nasale était susceptible de créer des modifications des marqueurs phénotypiques de l’allergie dans le sang périphérique.

De façon claire, les données de l’étude supportent le concept que la rhinite allergique est à la fois une maladie locale mais aussi systémique.

Lors du test de provocation l’apparition des signes cliniques et la chute du DPIN étaient suivies par l’activation des basophiles du sang périphérique et l’initiation et l’activation des cellules dendritiques plasmocytoïdes et des cellules T mémoire (CD4+CD25lo).

Finalement, cela suggère qu’il est possible de surveiller la clinique et de contrôler les effets thérapeutiques sur la rhinite allergique saisonnière.