Bientôt une désensibilisation en comprimés par allergènes recombinants ?

mercredi 14 mai 2003 par la rédaction

Accueil du site > Allergènes > Bientôt une désensibilisation en comprimés par allergènes recombinants (...)

Bientôt une désensibilisation en comprimés par allergènes recombinants ?

Bientôt une désensibilisation en comprimés par allergènes recombinants ?

mercredi 14 mai 2003

La désensibilisation spécifique est le seul traitement étiologique de l’allergie. Elle est efficace et son seul reproche est d’être parfois mal tolérée : réaction locale voire rarement générale.

Nous connaissons de mieux en mieux les protéines responsables de l’allergie et l’idée de les fabriquer par génie génétique est ancienne. L’avantage serait alors de n’utiliser que la protéine responsable de l’allergie et d’obtenir ainsi une meilleure efficacité et une meilleure tolérance.

C’est dans cet esprit que le laboratoire Stallergènes, fabriquant des allergènes en France, vient de signer un accord de licence avec l’autrichien Biomay. Cet accord porte sur le gène codant pour l’allergène majeur du pollen de bouleau, Bet v 1a.

Biomay fut la première société au monde à produire un large éventail d’allergènes majeurs recombinants de graminées, d’arbres et de moisissures. Il dispose donc d’une avancée technologique dans ce domaine.

Le but de cet accord est de commercialiser à l’horizon 2007-2008 une désensibilisation par comprimés de Bet V1 recombinant.

Pour valider cliniquement ce concept, une étude multicentrique a démarré en Autriche, Danemark, France, Italie et Suède avec l’objectif de comparer l’efficacité et la tolérance de l’immunothérapie menée avec l’allergène recombinant Bet v 1a et avec l’extrait commercial de pollen de bouleau.

Il existait déjà une immunothérapie par voie sublinguale avec des allergènes classiques.

L’idée d’utiliser des allergènes recombinants en lieu et place des allergènes naturels flotte dans l’air depuis quelques années. Il semble d’après les dernières études que cela permette une meilleure efficacité et une meilleure tolérance.

La forme comprimé sera-t-elle mieux acceptée que la forme gouttes ?

L’adaptation individuelle de la posologie à la sensibilité de chaque patient existera-t-elle encore ?

Que gagnera-t-on réellement en pratique par une forme comprimé : meilleure observance ? meilleure tolérance ?

Voici les quelques questions qui restent en suspens…


Voir en ligne : Edubourse

Portfolio