Les bons voeux de l’affsaps fin 2004

lundi 20 décembre 2004 par la rédaction

Accueil du site > Pratique > Les bons voeux de l’affsaps fin 2004

Les bons voeux de l’affsaps fin 2004

Les bons voeux de l’affsaps fin 2004

lundi 20 décembre 2004

Chaque mois l’Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé publie un bulletin appelé "Vigilances", ce bulletin concis et agréable donne les grandes lignes de ce qui interpelle cette agence et dans ce numéro il convient de retenir deux points en particulier :

Pharmacovigilance

- SONOVUE° : produit de contraste pour échographie-doppler (solution d’hexafluorure de soufre qui augmente l’échogénicité du sang) donne parfois des problèmes d’allergie (pas plus détaillé que ça sur leur bulletin désolé !)
- Médicaments sous surveillance :
"

  • Les anti-inflammatoires non stéroïdiens de la famille des "COX-2"(NDR : je ne sais pas pourquoi "les" alors qu’il ny en a plus qu’un) : complications digestives, cutanées, rénales et accidents cardio-vasculaires
  • Les anti-TNF : infections opportunistes et risque de lymphome
  • La fluorescéine injectable (AK-Fluor®) : réactions allergiques graves en particulier chez les patients traités par un bétabloquant
  • L’isotrétinoïne : risque tératogêne, troubles psychiatriques
  • Le linezolide (Zyvoxide®) : atteintes hématologiques et neurologiques (neuropathie)
  • La mitoxantrone (Elsep®) : atteintes cardiaques et hématologiques (leucémie)
  • Le pergolide (Celance®) : valvulopathies cardiaques
  • La rosuvastatine (Crestor®) : rhabdomyolyse, atteintes rénales
  • Les vaccins : mauvais usage / mauvaise lecture entraînant confusion entre les étiquetages de 2 produits différents ; calcul incorrect des posologies (présentation en%, unités, en mg ...) ; erreur de voies d’administration ; utilisation hors indication autoriseé..."

Visiblement, il y a du souci à se faire pour certains médicaments...

Cosmétovigilance

"Le 4-Methyl-Benzylidène Camphre (4MBC, Colipa S60) est utilisé comme filtre solaire [...] à la concentration maximale de 4%." Le "Scientific Committee on Cosmetic Products and Non Food Products (SCCNFP) a émis des réserves avec un risque toxique sur la thyroîde sur des études animales. Des études complémentaires ont été demandées.

Un troisième point mérite d’être relevé même s’il n’est pas directement présent dans à l’esprit des allergologues lors de leurs prescriptions : l’usage détourné des anti-histaminiques pour la "soumission chimique" dans les actes criminels (viols, pédophilie etc.).

Je cite : "Les différentes enquêtes réalisées (1998, 2001 et 2003) ont permis de révéler l’émergence de molécules telles que les antihistaminiques et le GBH (gamma hydroxybutyrate alors qu’auparavant seuls les benzodiazpéines, et en particulier le flunitrozepam étaient incriminés". Attention aux renouvellements systématiques pour les personnalités pathologiques


Voir en ligne : Bulletin des vigilances n°24 (pdf,112ko)

Portfolio