Désensibilisation spécifique : évolution nécessaire.

jeudi 1er décembre 2005 par la rédaction

Accueil du site > Editorial > Désensibilisation spécifique : évolution nécessaire.

Désensibilisation spécifique : évolution nécessaire.

Désensibilisation spécifique : évolution nécessaire.

jeudi 1er décembre 2005

Le monde médical de ce début de siècle vit un tournant indispensable. Il est temps de dépoussiérer les pratiques et les thérapeutiques.

Finie l’époque où les médecins pouvaient utiliser des techniques nées de leur simple expérience : il existe maintenant des guides de bonne pratique basés sur des études scientifiques qui s’imposent à tous. Le charlatanisme doit disparaître pour laisser la place à la médecine basée sur les preuves.

En voie d’extinction aussi les médicaments « poudre de perlinpinpin » que nos anciens avaient inventé à une époque où les malades exigeaient un comprimé pour chaque bobo.

Toutes les techniques et tous les produits utilisés dans le monde médical sont ou vont passer au crible de l’évaluation scientifique sérieuse.

C’est le cas de la désensibilisation spécifique depuis février 2004.

La rencontre des instances de l’allergologie et de l’AFSSAPS (Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé) dont vous trouverez le compte-rendu ici est à ce titre très édifiante.

Les outils diagnostiques et thérapeutiques des allergologues sont reconnus dans leur spécificité.

En dehors des allergènes très fréquents qui pourront obtenir la classique AMM (Autorisation de mise sur le marché) comme un produit pharmaceutique normal, l’allergologue gardera à sa disposition la possibilité de prescrire des APSI (Allergène préparé spécialement pour un individu) et même, dans les cas particuliers de l’apparition de nouveaux allergènes, l’opportunité de demander aux laboratoires fabricants une préparation spéciale.

Bien évidemment, la lecture de l’intégralité du compte-rendu vous révèlera des restrictions, des incertitudes… Il est indéniable qu’à l’avenir il va falloir que le monde des allergologues devienne encore plus scientifique mais reste vigilant quant à la défense de sa spécificité.

Mais cette démarche des instances médicales prouve désormais à ceux qui en doutaient encore que la désensibilisation spécifique est et restera le seul traitement étiologique reconnu de l’allergie.


Voir en ligne : Dr Hervé Masson

Portfolio