Enregistrer au format PDF

Le Volume Résiduel, reflet des variations d’exposition allergénique

par Dr Dominique Boz

publié le  13 juin 2002

Les auteurs, pédiatres italiens, mettent en évidence la sensibilité de la mesure du Volume Résiduel (VR) en tant que marqueur de l’asthme et ses variations avec l’exposition allergénique, ainsi que la diminution durable de l’inflammation bronchique (mesurée par le taux de NO expiré) après éviction allergénique de 3 mois.

L’éviction des acariens peut réduire le trappage d’air et l’inflammation des voies aériennes chez les enfants allergiques. : Peroni DG, Piacentini GL, Costella S, Pietrobelli A, Bodini A, Loiacono A, Aralla R, Boner AL dans Clin Exp Allergy 2002 Jun ;32(6):850-5

Les auteurs ont testé les effets d’une éviction allergénique prolongée chez 18 enfants asthmatiques, allergiques aux acariens communs, pendant un séjour de longue durée en altitude.
- Méthode : le VR et le NO expiré (eNO) ont été mesurés :
à l’arrivée en septembre, en décembre après 3 mois de séjour, en janvier après 15 jours passés dans la maison habituellement source d’exposition allergénique et en juin soit après 9 mois de séjour en altitude
- Résultats :Durant la période étudiée le VR a significativement diminué en décembre (passant de 117,5 +/- 7,7% à 96,5 +/- 3,2%)(P< 0,02) pour réaugmenter en janvier (126,2 +/- 17,2%)(P< 0,03) après la réexposition allergénique (P< 0,02).
Le VR mesuré en juin (fin de l’étude) a chuté de nouveau : 91,1 +/- 6% (P=0,001).
Le VEMS, le DEMM 25-75 et la CVF n’ont pas présenté de variations significatives
Le taux d’eNO a significativement diminué après 3 mois de séjour en altitude (passant de 21,3 +/- 3,9 ppm à 11,9 +/- 1,7 ppm)(P=0,03) mais sans autre modification au delà.
Aucune corrélation n’a été trouvé entre les volumes pulmonaires et le taux d’eNO, ces valeurs reflétant probablement des facettes différentes de la maladie asthmatique.
- Conclusions :Ces résultats suggèrent que le VR pourrait être plus sensible que les autres paramètres fonctionnels respiratoires en identifiant les enfants ayant un trappage d’air et qu’il est influencé, comme les marqueurs de l’inflammation, par l’éviction ou l’exposition aux allergènes.

 Dr Dominique Boz

Commentaire de l'auteur :

On remarquera que dans cet abstract les chiffres initiaux des débits ne sont pas documentés, en effet on peut être confronté à 3 situations différentes :
Il y a suspicion clinique d’asthme alors que les débits et les résistances mesurés sont normaux : le VR est effectivement un marqueur très utile, il indique l’existence de bronchospasmes intermittents, la vidange de l’air « trappé » se faisant moins vite que le relâchement musculaire bronchique.
Les débits sont abaissés et variables : habituellement le VR varie dans le même sens
L’asthme est sévère, les débits sont fortement amputés, l’obstruction est fixée ; le VR peut alors varier assez faiblement traduisant une amélioration ou aggravation de la maladie sans que les débits ne varient significativement
En ce qui concerne la mesure du eNO, ce n’est pas un examen de pratique courante, à fortiori en exercice libéral. Il est augmenté et corrélé avec le pourcentage d’éosinophiles et l’ECP retrouvés dans le lavage alvéolaire des sujets asthmatiques, il s’agit donc d’un marqueur de l’inflammation et il n’est pas étonnant que les auteurs ne retrouvent aucun lien avec les variations du VR qui sont essentiellement un phénomène mécanique. On retiendra de cette étude que l’éviction allergénique entraîne une diminution de l’inflammation qui se maintient malgré une réexposition courte mais que les phénomènes inflammatoires ne cèdent jamais totalement malgré l’amélioration de la maladie.
En conclusion : Notons l’intérêt de la mesure des volumes non mobilisables chez l’asthmatique allergique dont les débits sont normaux en cas de signes cliniques évoquant des bronchospasmes intermittents.
Enfin ce travail confirme ce que nous savons tous et que nous constatons dans notre exercice quotidien, c’est à dire que l’éviction allergénique est utile et efficace…

référence :

http://www.allergique.org/article110.html


Dans la même rubrique

Bien fait pour eux : il faut piquer tous les petits qui n’aiment pas les céphalosporines !, Dr Stéphane Guez
Chez 148 enfants, une exploration allergologique complète après une réaction aux céphalosporines a été réalisée. Si la réaction est retardée les tests sont négatifs et la (...)
Le test d’activation des basophiles n’a pas complètement agonisé., Dr Philippe Carré
Parmi les techniques diagnostiques disponibles dans le cadre du bilan des allergies médicamenteuses, les plus sensibles et les plus spécifiques sont les tests cutanés (TC) et le (...)
Questionnaires de qualité de vie dans l’asthme : qui voit juste ?, Dr Isabelle Bossé
Les enfants malades et leurs familles ont un avis qui parfois se rejoint, mais de façon non significative, quant au médecin il semble à côté de la plaque. L’enfant souffre plus ou (...)
Alternative au TPO : la quête du Graal de l’allergologue... , Dr Geneviève DEMONET
385 enfants, âgés en moyenne de 22 mois et présentant pour la plupart (85%) une dermatite atopique, ont été inclus dans cette étude. Ils ont tous eu des prick-tests cutanés. 735 (...)
Eh Papy, pourquoi utiliser des RAST chez les enfants en première intention ?, Dr Alain Thillay
Cette étude néerlandaise paraît dater un peu. En effet, de longue date, la place du PHADIATOP est bien établie dans la démarche diagnostic d’un terrain atopique du jeune enfant. (...)