Enregistrer au format PDF

Le Volume Résiduel, reflet des variations d’exposition allergénique

par Dr Dominique Boz

publié le  13 juin 2002

Les auteurs, pédiatres italiens, mettent en évidence la sensibilité de la mesure du Volume Résiduel (VR) en tant que marqueur de l’asthme et ses variations avec l’exposition allergénique, ainsi que la diminution durable de l’inflammation bronchique (mesurée par le taux de NO expiré) après éviction allergénique de 3 mois.

L’éviction des acariens peut réduire le trappage d’air et l’inflammation des voies aériennes chez les enfants allergiques. : Peroni DG, Piacentini GL, Costella S, Pietrobelli A, Bodini A, Loiacono A, Aralla R, Boner AL dans Clin Exp Allergy 2002 Jun ;32(6):850-5

Les auteurs ont testé les effets d’une éviction allergénique prolongée chez 18 enfants asthmatiques, allergiques aux acariens communs, pendant un séjour de longue durée en altitude.
- Méthode : le VR et le NO expiré (eNO) ont été mesurés :
à l’arrivée en septembre, en décembre après 3 mois de séjour, en janvier après 15 jours passés dans la maison habituellement source d’exposition allergénique et en juin soit après 9 mois de séjour en altitude
- Résultats :Durant la période étudiée le VR a significativement diminué en décembre (passant de 117,5 +/- 7,7% à 96,5 +/- 3,2%)(P< 0,02) pour réaugmenter en janvier (126,2 +/- 17,2%)(P< 0,03) après la réexposition allergénique (P< 0,02).
Le VR mesuré en juin (fin de l’étude) a chuté de nouveau : 91,1 +/- 6% (P=0,001).
Le VEMS, le DEMM 25-75 et la CVF n’ont pas présenté de variations significatives
Le taux d’eNO a significativement diminué après 3 mois de séjour en altitude (passant de 21,3 +/- 3,9 ppm à 11,9 +/- 1,7 ppm)(P=0,03) mais sans autre modification au delà.
Aucune corrélation n’a été trouvé entre les volumes pulmonaires et le taux d’eNO, ces valeurs reflétant probablement des facettes différentes de la maladie asthmatique.
- Conclusions :Ces résultats suggèrent que le VR pourrait être plus sensible que les autres paramètres fonctionnels respiratoires en identifiant les enfants ayant un trappage d’air et qu’il est influencé, comme les marqueurs de l’inflammation, par l’éviction ou l’exposition aux allergènes.

 Dr Dominique Boz

Commentaire de l'auteur :

On remarquera que dans cet abstract les chiffres initiaux des débits ne sont pas documentés, en effet on peut être confronté à 3 situations différentes :
Il y a suspicion clinique d’asthme alors que les débits et les résistances mesurés sont normaux : le VR est effectivement un marqueur très utile, il indique l’existence de bronchospasmes intermittents, la vidange de l’air « trappé » se faisant moins vite que le relâchement musculaire bronchique.
Les débits sont abaissés et variables : habituellement le VR varie dans le même sens
L’asthme est sévère, les débits sont fortement amputés, l’obstruction est fixée ; le VR peut alors varier assez faiblement traduisant une amélioration ou aggravation de la maladie sans que les débits ne varient significativement
En ce qui concerne la mesure du eNO, ce n’est pas un examen de pratique courante, à fortiori en exercice libéral. Il est augmenté et corrélé avec le pourcentage d’éosinophiles et l’ECP retrouvés dans le lavage alvéolaire des sujets asthmatiques, il s’agit donc d’un marqueur de l’inflammation et il n’est pas étonnant que les auteurs ne retrouvent aucun lien avec les variations du VR qui sont essentiellement un phénomène mécanique. On retiendra de cette étude que l’éviction allergénique entraîne une diminution de l’inflammation qui se maintient malgré une réexposition courte mais que les phénomènes inflammatoires ne cèdent jamais totalement malgré l’amélioration de la maladie.
En conclusion : Notons l’intérêt de la mesure des volumes non mobilisables chez l’asthmatique allergique dont les débits sont normaux en cas de signes cliniques évoquant des bronchospasmes intermittents.
Enfin ce travail confirme ce que nous savons tous et que nous constatons dans notre exercice quotidien, c’est à dire que l’éviction allergénique est utile et efficace…

référence :

http://www.allergique.org/article110.html


Dans la même rubrique

Risque des tests de provocation par voie orale : tous les aliments dans le même panier, Pr Christophe Dupont
Cette étude de confirme le risque potentiel des réintroductions alimentaires. Le nombre de réactions semble élevé et la décision de réintroduire n’est manifestement pas basée sur (...)
Tout ce qui siffle n’est pas de l’asthme ! J’en reste sans voix, Dr Hervé Couteaux
Confirmant l’adage qui veut que, du moins chez l’adulte, tout ce qui siffle n’est pas de l’asthme...les auteurs ont réalisé un travail original, pointant un diagnostic différentiel (...)
Quelle misère : le boulanger trompé par sa femme et trahit pas son allergologue !!, Dr Stéphane Guez
Dans ce travail les auteurs démontrent que les tests cutanés à la farine de blé et de seigle n’ont pas une bonne sensibilité ni une bonne spécificité lorsqu’ils sont comparés au (...)
Faut-il croire les puces ?, Dr Cécilia Nocent
Cette étude paraclinique s’intéresse à la validité des résultats obtenus pour poser le diagnostic d’allergie au latex avec des techniques modernes comme la puce ISAC et la technique (...)
Quel est l’intérêt des taux d’IgE spécifiques ? , Dr Céline Palussière
Le diagnostic d’allergie repose avant tout sur l’interrogatoire du patient et la clinique, puis sur les tests cutanés. Les tests sanguins de dosage des IgE spécifiques viennent (...)