Le tabac détruit vos poumons et vous rend allergique !

lundi 19 janvier 2004 par Dr Hervé Couteaux22728 visites

Accueil du site > Allergènes > Toxiques > Le tabac détruit vos poumons et vous rend allergique !

Le tabac détruit vos poumons et vous rend allergique !

Le tabac détruit vos poumons et vous rend allergique !

lundi 19 janvier 2004, par Dr Hervé Couteaux

En matière de maladie respiratoire obstructive chronique, le tabac est le facteur de risque principal. Après des années d’évolution, les ex-fumeurs asthmatiques ou BPCO rejoignent-ils les cohortes de non-fumeur pour ce qui est des dégâts causés par l’inflammation broncho-pulmonaire ? Leur production d’IgE est-elle modifiée ?

Influence du tabagisme à long terme sur l’allergie IgE-médiée, la fonction pulmonaire, et la tomodensitométrie pulmonaire à haute résolution chez les patients asthmatiques âgés. : Mitsunobu F, Ashida K, Hosaki Y, Tsugeno H, Okamoto M, Nishida N, Nagata T, Tanizaki Y, Tanimoto M.

Department of Medicine, Misasa Medical Center Second Department of Internal Medicine, Okayama University Medical School, Yamada, Misasa, Tottori, Japan.

dans Clin Exp Allergy. 2004 Jan ; 34(1) : 59-64

- contexte :

  • fumer est la cause la plus importante de maladie pulmonaire obstructive chronique.
  • Cependant, l’influence de la fumée de cigarettes sur la pathogénèse de l’asthme chez les seniors reste discutée.
  • Cette étude a tenté d’éclaircir l’influence de la fumée de cigarettes chez les asthmatiques âgés.

- Méthode :

  • 48 asthmatiques âgés de plus de 70 ans (25 ex-fumeurs et 23 non-fumeurs) et 20 patients atteint de maladie pulmonaire obstructive chronique âgés de plus de 70 ans (tous ex-fumeurs) ont été étudiés pour déterminer l’influence de la fumée de cigarettes sur l’allergie IgE médiée (IgE totales, anticorps IgE dirigés contre les allergènes inhalés, hyperréactivité bronchique,synthèse de leukotriènes B4 et C4), la fonction pulmonaire, et le pourcentage de poumon avec une diminution supérieure à 950 unités Hounsfield (RA950) en tomodensitométrie à haute résolution.

- Résultats :

  • l’incidence de la positivité des anticorps contre les allergènes inhalés,l’hyperréactivité bronchique, et la synthèse de leucotriènes B4 (LTB4) des leucocytes étaient significativement augmentées chez les patients avec des antécédents de tabagisme comparés à ceux qui n’en avaient pas.
  • Le volume résiduel était significativement augmenté, et la capacité de diffusion du monoxyde de carbone était significativement diminuée chez les ex fumeurs avec asthme et maladie obstructive chronique, par rapport aux asthmatiques qui n’avaient jamais fumé.
  • Le RA950 inspiratoire et le rapport RA950 expiratoire sur RA950 inspiratoire étaient significativement plus grands chez les asthmatiques avec des antécédents de tabagisme par rapport aux non-fumeurs, et chez les patients atteints de maladie pulmonaire obstructive chronique par rapport aux asthmatiques.

- Conclusion :

  • le tabagisme augmente la production d’anticorps IgE, l’hyperréactivité bronchique, et la synthèse des LTB4 par les leucocytes chez les asthmatiques âgés.
  • Des augmentations de l’hyperinflation ou une évolution emphysémateuse des poumons exprimée par l’augmentation du RA950, étroitement liée au volume résiduel ont été plus fréquemment observées chez les ex-fumeurs par rapport au non-fumeurs.

Une partie des résultats de cette étude nous confirme que la consommation de tabac, agent pro-inflammatoire connu, aboutit à une augmentation de paramètres directement ou indirectement reliés aux conséquences de l’inflammation au niveau pulmonaire.

Ce qui est plus original, c’est la notion d’augmentation de production des IgE spécifiques d’aéroallergènes après 70 ans. Classiquement, en effet, l’allergie diminue avec l’âge : on a l’âge de ses lymphocytes !

Il faudrait évidemment savoir si cette augmentation, pour significative qu’elle ait été, restait un simple résultat biologique ou traduisait une véritable promotion de l’allergie.

Il n’est d’ailleurs pas fait mention de la proportion de patients (encore) allergiques à l’inclusion de l’étude, ni s’il s’agit d’asthme d’apparition tardive (en règle non-allergiques) ou pas...