Enregistrer au format PDF

Immunoglobulines IV à fortes doses : une voie thérapeutique de la dermatite atopique sévère.

par Dr Alain Thillay

publié le  12 avril 2002

Cette équipe anglaise a fait une revue de cas de dermatite atopique traités par de fortes doses d’immunoglobulines par voie intra-veineuse. Il s’agit de formes graves de cette pathologie résistantes aux traitements classiques.

Revue concernant le traitement de la dermatite atopique par de fortes doses d’immunoglobulines par voie intra-veineuse.
S. Jolles dans Clinical and Experimental Dermatology Volume 27 Issue 1 Page 3 - January 2002

La dermatite atopique répond généralement bien aux topiques cutanés, cependant, un petit nombre de patients ne sont pas soulagés malgré des traitements plus efficaces. De fortes doses d’immunoglobulines IV, qui sont utilisées dans un nombre croissant d’indications dermatologiques, ont été proposées avec succès dans un petits nombres d’études non contrôlées et de cas. Le mode d’action se fait au travers de mécanismes immunomodulateurs sans les effets secondaires des corticostéroïdes et des immunosuppresseurs.
Nous avons collecté trente-deux patients traités par de fortes doses d’immunoglobulines IV, le but de cette revue est de pratiquer une évaluation critique des données actuelles. Les données ont été collectées à partir d’une recherche Medline sur la littérature anglaise publiée de 1996 à 2001 concernant la dermatite atopique et les immunoglobulines IV.
Pris dans leur ensemble, une amélioration a été observée chez 61% des patients atteints de dermatite atopique traités par de fortes doses d’immunoglobulines IV. Les adultes répondent moins bien (48%) que les enfants (90%) et la réponse dure plus longtemps chez ces derniers. Les thérapies conjuguées sont plus efficaces chez l’adulte que la monothérapie (59% vs 0 %), sachant que la monothérapie est efficace chez 90% des enfants.
Les fortes doses d’immunoglobulines IV apparaissent représenter une voie thérapeutique potentielle sûre pour les cas réfractaires de dermatite atopique, particulièrement chez l’enfant, mais devraient faire l’objet d’évaluations plus poussées dans le cadre d’essais contrôlés en double-aveugle contre placebo.

 Dr Alain Thillay

Commentaire de l'auteur :

Cette revue est intéressante dans la mesure où elle insiste sur une voie thérapeutique dénuée d’effets secondaires pour traiter les formes graves réfractaires de dermatite atopique. Par contre, nous ne disposons pas d’élément concernant le bilan que ces patients avaient pu subir : recherche d’une allergie alimentaire par exemple. Nous restons là très symptomatiques.

référence :

http://www.allergique.org/article47.html


Dans la même rubrique

Des médicaments dans le vent pour ceux qui manquent de souffle…, Dr Hervé Couteaux
Sur une période de 12 mois, les antibiotiques et les antitussifs sont utilisés par plus de la moitié des clients asthmatiques d’une pharmacie. Les mucolytiques, eux, sont tout de (...)
Passer de la maman à la vache : qui va lentement va sûrement !!, Dr Stéphane Guez
Dans ce travail de recherche clinique, les auteurs proposent un nouveau protocole d’induction de tolérance au lait de vache pour les nourrissons réellement allergiques. En (...)
De quoi !? pas d’antibiotiques pour un rhume ? Assassins !!, lisez cet article !!, Dr Stéphane Guez
Dans cette revue de la littérature les auteurs font le point sur un ensemble de données actuelles qui confirment que les AB macrolides ont un effet anti-inflammatoire (...)
TPODA : un étalon-or à la réputation ternie !, Dr Alain Thillay
L’allergologie moléculaire a révolutionné le diagnostic de l’allergie alimentaire. Pourtant, surtout dans le domaine de la recherche, le test de provocation orale en double aveugle (...)
Corticoïdes inhalés : y’a un os !!, Dr Stéphane Guez
Dans ce travail, une méta analyse répondant à des critères méthodologiques très stricts, démontre que les corticoïdes inhalés augmentent le risque fracturaire au delà d’une certaine (...)