Enregistrer au format PDF

Immunoglobulines IV à fortes doses : une voie thérapeutique de la dermatite atopique sévère.

par Dr Alain Thillay

publié le  12 avril 2002

Cette équipe anglaise a fait une revue de cas de dermatite atopique traités par de fortes doses d’immunoglobulines par voie intra-veineuse. Il s’agit de formes graves de cette pathologie résistantes aux traitements classiques.

Revue concernant le traitement de la dermatite atopique par de fortes doses d’immunoglobulines par voie intra-veineuse.
S. Jolles dans Clinical and Experimental Dermatology Volume 27 Issue 1 Page 3 - January 2002

La dermatite atopique répond généralement bien aux topiques cutanés, cependant, un petit nombre de patients ne sont pas soulagés malgré des traitements plus efficaces. De fortes doses d’immunoglobulines IV, qui sont utilisées dans un nombre croissant d’indications dermatologiques, ont été proposées avec succès dans un petits nombres d’études non contrôlées et de cas. Le mode d’action se fait au travers de mécanismes immunomodulateurs sans les effets secondaires des corticostéroïdes et des immunosuppresseurs.
Nous avons collecté trente-deux patients traités par de fortes doses d’immunoglobulines IV, le but de cette revue est de pratiquer une évaluation critique des données actuelles. Les données ont été collectées à partir d’une recherche Medline sur la littérature anglaise publiée de 1996 à 2001 concernant la dermatite atopique et les immunoglobulines IV.
Pris dans leur ensemble, une amélioration a été observée chez 61% des patients atteints de dermatite atopique traités par de fortes doses d’immunoglobulines IV. Les adultes répondent moins bien (48%) que les enfants (90%) et la réponse dure plus longtemps chez ces derniers. Les thérapies conjuguées sont plus efficaces chez l’adulte que la monothérapie (59% vs 0 %), sachant que la monothérapie est efficace chez 90% des enfants.
Les fortes doses d’immunoglobulines IV apparaissent représenter une voie thérapeutique potentielle sûre pour les cas réfractaires de dermatite atopique, particulièrement chez l’enfant, mais devraient faire l’objet d’évaluations plus poussées dans le cadre d’essais contrôlés en double-aveugle contre placebo.

 Dr Alain Thillay

Commentaire de l'auteur :

Cette revue est intéressante dans la mesure où elle insiste sur une voie thérapeutique dénuée d’effets secondaires pour traiter les formes graves réfractaires de dermatite atopique. Par contre, nous ne disposons pas d’élément concernant le bilan que ces patients avaient pu subir : recherche d’une allergie alimentaire par exemple. Nous restons là très symptomatiques.

référence :

http://www.allergique.org/article47.html


Dans la même rubrique

Peut-on débuter une ITSL pendant la grossesse ?, Dr Geneviève DEMONET
Il est d’usage de poursuivre une désensibilisation chez une femme enceinte mais de ne pas débuter le traitement en cas de grossesse. Les seules données sur l’innocuité de (...)
Le Mepozilumab : pour un peu ça ferait le kéké pour un rikiki effet !!, Dr Stéphane Guez
Dans ce travail, les auteurs ont étudié les effets d’un anticorps anti-IL5 dans la dermatite atopique. Il y a effectivement une diminution significative du taux des éosinophiles (...)
Corticoides et bêta2-agonistes inhalés : une union heureuse., Dr Clément FOURNIER
Plusieurs résultats sont à retenir : La béclométasone augmente bien l’expression du récepteur bêta² au niveau des cellules bronchiques Une association béclométasone / bêta²-agoniste (...)
Avec les corticostéroïdes inhalés, on ne l’a pas dans l’os !, Dr Philippe Carré
Les auteurs ont évalué, avec un modèle de simulation mathématique, l’efficacité et les coûts des CSI dans l’asthme léger à modéré, en tenant compte des effets osseux. Ils ont pris (...)
Les yaourts au bifidus au secours des allergiques., Dr Isabelle Bossé
La modification de la flore intestinale aurait donc une action directe sur l’inflammation allergique et l’apport de bifidus une solution partielle à ces allergies sévères au (...)