Enregistrer au format PDF

Immunoglobulines IV à fortes doses : une voie thérapeutique de la dermatite atopique sévère.

par Dr Alain Thillay

publié le  12 avril 2002

Cette équipe anglaise a fait une revue de cas de dermatite atopique traités par de fortes doses d’immunoglobulines par voie intra-veineuse. Il s’agit de formes graves de cette pathologie résistantes aux traitements classiques.

Revue concernant le traitement de la dermatite atopique par de fortes doses d’immunoglobulines par voie intra-veineuse.
S. Jolles dans Clinical and Experimental Dermatology Volume 27 Issue 1 Page 3 - January 2002

La dermatite atopique répond généralement bien aux topiques cutanés, cependant, un petit nombre de patients ne sont pas soulagés malgré des traitements plus efficaces. De fortes doses d’immunoglobulines IV, qui sont utilisées dans un nombre croissant d’indications dermatologiques, ont été proposées avec succès dans un petits nombres d’études non contrôlées et de cas. Le mode d’action se fait au travers de mécanismes immunomodulateurs sans les effets secondaires des corticostéroïdes et des immunosuppresseurs.
Nous avons collecté trente-deux patients traités par de fortes doses d’immunoglobulines IV, le but de cette revue est de pratiquer une évaluation critique des données actuelles. Les données ont été collectées à partir d’une recherche Medline sur la littérature anglaise publiée de 1996 à 2001 concernant la dermatite atopique et les immunoglobulines IV.
Pris dans leur ensemble, une amélioration a été observée chez 61% des patients atteints de dermatite atopique traités par de fortes doses d’immunoglobulines IV. Les adultes répondent moins bien (48%) que les enfants (90%) et la réponse dure plus longtemps chez ces derniers. Les thérapies conjuguées sont plus efficaces chez l’adulte que la monothérapie (59% vs 0 %), sachant que la monothérapie est efficace chez 90% des enfants.
Les fortes doses d’immunoglobulines IV apparaissent représenter une voie thérapeutique potentielle sûre pour les cas réfractaires de dermatite atopique, particulièrement chez l’enfant, mais devraient faire l’objet d’évaluations plus poussées dans le cadre d’essais contrôlés en double-aveugle contre placebo.

 Dr Alain Thillay

Commentaire de l'auteur :

Cette revue est intéressante dans la mesure où elle insiste sur une voie thérapeutique dénuée d’effets secondaires pour traiter les formes graves réfractaires de dermatite atopique. Par contre, nous ne disposons pas d’élément concernant le bilan que ces patients avaient pu subir : recherche d’une allergie alimentaire par exemple. Nous restons là très symptomatiques.

référence :

http://www.allergique.org/article47.html


Dans la même rubrique

Immunothérapie orale au lait de vache : prédire le risque de réaction !, Dr Alain Thillay
Depuis quelques années, l’immunothérapie allergénique a fait son entrée dans le domaine de l’allergie alimentaire. Il est vrai que jusqu’alors la seule thérapeutique approuvée était (...)
Une nouvelle méthode de désensibilisation : les allergènes micro-encapsulés., Dr Isabelle Bossé
Jusqu’à présent l’efficacité des immunothérapies sublinguales est bien documentée, et la pénétration des allergènes par voie sublinguale était la base de cette voie thérapeutique. Cela (...)
L’anti-IgE : la nouvelle arme de guerre dans l’asthme allergique ?, Dr Philippe Carré
Dans cette étude ouverte chez 312 patients asthmatiques allergiques, comparativement à un traitement standard recommandé, l’omalizumab (anti-IgE) diminue les effets délétères (...)
Scoop : Mr Gluco-corticoïde encore vu au bras de Mlle Béta2, mariage pour la vie ?, Dr Stéphane Guez
Dans cet article, les auteurs proposent une hypothèse physiopathologique pouvant expliquer une action synergique de l’association entre corticoïdes et béta2 mimétiques dans (...)
L’immunothérapie par ADN « souris » aux audacieux !!, Dr Stéphane Guez
Les auteurs ont mis au point un modèle d’asthme murin qui se comporte de la même façon que l’asthme allergique de l’homme avec en particulier les mêmes effets histologiques et (...)