Vive les économies : pas de « blé » pour ceux qui ont une dermatite atopique.

mercredi 17 octobre 2007 par Dr Stéphane Guez942 visites

Accueil du site > Maladies > Eczéma > Vive les économies : pas de « blé » pour ceux qui ont une dermatite (...)

Vive les économies : pas de « blé » pour ceux qui ont une dermatite atopique.

Vive les économies : pas de « blé » pour ceux qui ont une dermatite atopique.

mercredi 17 octobre 2007, par Dr Stéphane Guez

De plus en plus de produits cutanés hydratants ou émollients contiennent du blé. Cependant, l’application de cet allergène potentiel n‘est certainement pas anodin chez les enfants ayant une dermatite atopique. Mais qu’elle est la prévalence réelle de cette sensibilisation au blé dans cette population et qu’elle est sa signification ?

Sensibilisation au blé chez des enfants ayant une dermatite atopique : prévalence, risques et facteurs associés. : P. Boussault, C. Léauté-Labrèze, E. Saubusse, S. Maurice-Tison, M. Perromat, S. Roul, A. Sarrat, A. Taïeb, F. Boralevi

Pediatric Dermatology Unit, Hôpital Pellegrin-Enfants, Bordeaux, France ; INSERM U 330, University Victor Segalen, rue Léo Saignat, Bordeaux, France ; Laboratory of Immunology, CHU de Bordeaux, place Amélie Raba-Léon, Bordeaux, France

dans Allergy
Volume 62 Issue 11 Page 1251-1256, November 2007

- Introduction :

  • Les traitements topiques dans la dermatite atopique (DA) peuvent être responsables d’allergies cutanées.
  • La sensibilisation percutanée au blé utilisé dans les émollients et les hydratants a déjà été rapportée.

- Objectif de l’étude :

  • L’objectif de ce travail a été de mesurer la prévalence de la sensibilisation au blé chez des enfants ayant une DA, pour évaluer sa pertinence et étudier les facteurs associés.

- Matériel et Méthodes :

  • Les auteurs ont recruté de façon prospective les enfants ayant une DA et adressés pour des tests cutanés entre juin 2001 et décembre 2004.
  • Des patch-tests atopiques et des prick-tests aux protéines de blé (1%, 3% et 5%) et aux batteries standards européennes ont été réalisés et suivis :
    • d’un test de provocation alimentaire oral
    • et par des tests cutanés en ouverts appliqués de façon répétée dans le groupe des sensibilisés au blé.

- Résultats :

  • 302 enfants ont été inclus.
  • Les patch-tests au blé et les prick-tests ont été positifs respectivement chez 14.6% et 19.2% des enfants.
  • Les enfants de moins de 2 ans ont plus souvent des patch-tests positifs.
  • Chez les enfants sensibilisés au blé, le test de provocation oral et les tests cutanés en ouvert sont positifs dans respectivement 15.6% (5 sur 32) et 28% (7 sur 25) des cas.
  • 32% des utilisateurs de crème contenant du blé ont des patch-tests atopiques positifs versus 0% dans le groupe non utilisateurs.

- Conclusion :

  • La sensibilisation au blé chez les enfants ayant une DA et adressés pour des tests cutanés allergiques est plus importante que prévue.
  • Cela peut être dû à des applications répétées de cosmétiques contenant du blé sur une anomalie prédisposée de la barrière cutanée.
  • Les auteurs suggèrent l’élimination des topiques contenant du blé chez les enfants ayant une dermatite atopique.

Les auteurs ont étudié la prévalence de la sensibilisation au blé chez les enfants ayant une dermatite atopique.

Celle-ci est élevée (14.6 à 19.2%), avec une bonne pertinence clinique comme le montrent les tests cutanés en ouvert et les tests de provocation par voie orale.

Les conséquences cliniques de cette étude sont importantes puisqu’il semble maintenant totalement logique d’inclure des tests au blé dans les batteries utilisées lors du testing des enfants ayant une dermatite atopique.

Ces tests doivent être réalisés sous forme de prick-test et de patch-test.

Par ailleurs dans une objectif de prévention, ces résultats rendent licite l’éviction des crèmes et de tout topique cutané pouvant contenir du blé chez les enfants ayant une dermatite atopique.