Croire au Père Noël, c’est la saison.

mercredi 15 décembre 2004 par la rédaction

Accueil du site > Editorial > Croire au Père Noël, c’est la saison.

Croire au Père Noël, c’est la saison.

Croire au Père Noël, c’est la saison.

mercredi 15 décembre 2004

L’allergie touche un nombre de plus en plus important de personnes. On peut estimer qu’en France il y a environ 12 millions d’allergiques. Voila une population considérable qui souffre souvent au quotidien.

La médecine ne peut parfois pas tout résoudre d’autant que l’allergie est parfois incriminée sans qu’une preuve réelle de son existence ait été faite. Une frange d’allergiques a alors recours à certaines techniques miracles, révolutionnaires selon leurs auteurs. À cette population, il faut ajouter les anti médicaments-qui-rendent-plus-malades-qu’ils-ne-soignent.

Alors, une fois n’est pas coutume, nous allons aider ces "Pères Noël" à combler les désirs de leurs futurs admirateurs.

Pour les fêtes de fin d’année, nous leur offrons ici quelques conseils pour qu’ils puissent profiter de la crédulité de ceux qui souffrent et ainsi s’octroyer un bon Noël :

  • Utiliser une technique naturelle : pas de médicaments ou alors juste des plantes. Manipulations, magnétisme, apposition des mains, dosage de fluides seront du meilleur effet.
  • Avoir toujours à disposition une explication scientifique de l’efficacité de la technique : utiliser des termes complexes, des planches anatomiques ou autres documents incompréhensibles du malade de base. Affirmer haut et fort que vous agissez grâce à un mécanisme jusque là inconnu que vous avez personnellement découvert là où tous les autres, ces gros nuls, étaient passés à coté.
  • Étaler la liste des nombreux succès de votre technique : "Grâce à la technique Bidule, j’ai été guéri de mon asthme en 2 séances !" clame Monsieur Dupont. Cela rappelle beaucoup le télé-achat où l’on voit la ménagère dont la vie a été révolutionnée par le robot trancheur-suceur-coupeur. Mais faute d’arguments réellement valides, ça devrait marcher : donc à faire.
  • Trouver le célèbre médecin serbo-croate inconnu qui a testé votre technique et qui en fait les louanges. Il est vrai que la caution de certains pays sonnent mieux : la Suisse fait propre, les États-unis novateurs, les pays Européens pas mal, l’Asie a eu son heure de gloire. Éviter les pays Africains, ça fait trop marabou et cela passe mal dans notre culture, (allez savoir pourquoi d’ailleurs ?).
  • Éventuellement, si vous pouvez trouver un laboratoire d’analyses médicales à l’étranger qui va faire le diagnostic de votre maladie à prix d’or parce qu’en France, on ne sait pas faire ; vous marquerez encore des points.
  • Pour vous faire connaître, si vous êtes un peu bricoleur : Internet. Contrairement à la presse papier, on peut y dire quasiment n’importe quoi et c’est là que les malades déçus de la médecine traditionnelle viennent chercher la solution inespérée.
  • Enfin, déplorer que le monde médical - qui comme tout le monde le sait, est à la botte de l’abominable mercantile industrie pharmaceutique qui ne pense qu’à s’engraisser sur la misère du pauvre monde - n’ait pas daigné reconnaître le caractère révolutionnaire de votre technique.

Moyennant le suivi d’un ou de plusieurs de ses conseils, vous devriez pouvoir remplir votre hotte de Noël.


Voir en ligne : Dr Hervé Masson

Portfolio