Prêts à intervenir ?

lundi 10 juillet 2006 par Dr Annie-Claire FEDIERE-PLISSONNEAU4233 visites

Accueil du site > Pratique > Malades > Prêts à intervenir ?

Prêts à intervenir ?

Prêts à intervenir ?

lundi 10 juillet 2006, par Dr Annie-Claire FEDIERE-PLISSONNEAU

L’auto-injecteur est censé simplifier, du fait de sa présentation, la technique de l’injection et ne pas mettre dans l’embarras celui ou celle qui sans formation médicale particulière, mais devant une situation urgente, sera amené dans des situations extrêmes (à la maison, à l’école .....) à pratiquer l’injection d’Adrénaline sans attendre l’arrivée des « urgentistes ». Il était important de vérifier comment se font les prescriptions, quelles sont les informations données et comment elles sont comprises et retenues par toutes les personnes susceptibles d’avoir à utiliser l’autoinjecteur.

L’information des parents et l’utilisation de l’autoinjecteur d’épinéphrine pour les enfants présentant une allergie alimentaire. : G. Pouessel1, A. Deschildre1, C. Castelain2, A. Sardet3, S. Sagot-Bevenot1, A. de Sauve-Boeuf4, C. Thumerelle1 and C. Santos1

1Unité de pneumologie-allergologie pédiatrique, Clinique de Pédiatrie, Hôpital Jeanne de Flandre, CHRU de Lille, France, 2Service de pédiatrie, Hôpital Saint Vincent, Lille, France, 3Service de pédiatrie, Hôpital Schaffner, Lens, France, 4Pharmacie centrale, CHRU de Lille, France

dans Pediatric Allergy and Immunology 17 (3), 221-226

L’épinéphrine pourrait être prescrite pour des patients présentant un risque d’anaphylaxie.

- Notre but était d’étudier l’utilisation d’Anapen prescrit pour l’allergie alimentaire des enfants ,d’évaluer la connaissance des parents vis-à-vis de l’Anapen et d’évaluer les modalités d’utilisation pour les kits d’urgences et les projets de soins personnalisés dans la vie de tous les jours.

- Une étude prospective était faite avec un questionnaire envoyé aux familles ayant un enfant présentant une allergie alimentaire et ayant au préalable une prescription d’Anapen.

- Cent cinquante deux familles ont été contactées et finalement 111 enfants ont été inclus (moyenne d’âge de 6 ans et demi).
- Les allergènes alimentaires principaux étaient l’arachide (n=89), l’œuf (n=39) et le lait de vache (n=10).
- L’utilisation de l’Anapen a été montrée à 90% des parents (par le médecin prescripteur dans 69% des cas ; le pharmacien dans 25% des cas ; le médecin généraliste dans 5% ; et l’infirmière dans 1% avec un schéma de formation (76%) et des instructions écrites (49%).
- Quand on demande de faire une liste de symptômes exigeant une injection ,48% des parents citaient plus d’une réponse :

  • difficultés respiratoires seulement (23%),
  • ou avec un angiœdème (41%),
  • collapsus ou faiblesse(38%) ,
  • choc anaphylactique(48%).

- Des 107 enfants allant à l’école ,54% ont un projet personnalisé de soins,72 % un Anapen,et 60% un kit complet d’urgences(épinéphrine, β-agoniste inhalé,corticostéroïdes ,et un anti-H1)
- Les β-agonistes étaient oubliés à l’école par 34 enfants (13 asthmatiques).
- L’Anapen était utilisé par un enfant pour angiœdème et dyspnée après ingestion accidentelle d’œuf à la maison.

- Dans notre population, les auto-injecteurs d’épinéphrine et les kits d’urgences n’étaient pas suffisamment disponibles à l’école et dans la vie de tous les jours.
- La démonstration de l’utilisation des autoinjecteurs n’était pas suffisante.
- La prescription de l’épinéphrine pour les enfants ayant une allergie alimentaire et présentant un risque d’anaphylaxie requiert un diagnostic exact, des programmes d’éducation, une information et un suivi.


L’étude montre que la prescription d’autoinjecteur doit être accompagnée d’une information, d’une formation et que nous médecins, nous devrions à chaque renouvellement d’autoinjecteur reprendre le temps de redonner tous les renseignements d’utilisation de ce médicament comme s’il s’agissait d’une nouvelle prescription.

Il faut donner une information raisonnée permettant de prendre conscience de la gravité de la situation sans dramatiser à outrance et s’assurer que les symptômes sont bien compris ainsi que les gestes d’urgences correspondants.

Il existe un stylo de démonstration, Anapen trainer, qu’il ne faut pas hésiter à confier aussi bien aux parents qu’aux enseignants et au personnel de cantine afin qu’ils se familiarisent avec sa manipulation et ne pas hésiter à le refaire circuler plusieurs fois pendant l’année scolaire.