Mastocytose et immunothérapie au venin d’hyménoptère : même pas peur !!

mercredi 23 janvier 2008 par Dr Stéphane Guez2377 visites

Accueil du site > Allergènes > Venins > Mastocytose et immunothérapie au venin d’hyménoptère : même pas peur (...)

Mastocytose et immunothérapie au venin d’hyménoptère : même pas peur !!

Mastocytose et immunothérapie au venin d’hyménoptère : même pas peur !!

mercredi 23 janvier 2008, par Dr Stéphane Guez

L’efficacité de l’immunothérapie dans le traitement de l’anaphylaxie au venin d’hyménoptère est largement prouvée. Par contre sur certain terrain à risque, le clinicien peut hésiter à proposer ce traitement. Que faut-il faire par exemple chez un patient allergique ayant une mastocytose systémique ?

Bonne tolérance et efficacité de l’immunothérapie chez des patients ayant une mastocytose systémique et une anaphylaxie au venin d’hyménoptère. : de Olano DG, Twose IA, Esteban López MI, Muñoz LS, Alonso Díaz de Durana MD, Castro AV, Montero AG, González-Mancebo E, González TB, Herrero Gil MD, Fernández-Rivas M, Orfao A, de la Hoz Caballer B, Castells MC, Mora LE.

Allergy Unit, Hospital de Fuenlabrada, Madrid, Spain ; Red Española de Mastocitosis, Hospital Virgen del Valle, Toledo, Spain.

dans J Allergy Clin Immunol. 2008 Jan 2

- Introduction :

  • L’anaphylaxie après piqûre d’hyménoptère a été décrite chez des patients ayant une mastocytose.
  • L’immunothérapie au venin d’hyménoptère (VIT) est efficace et sans risque chez les patients ayant une anaphylaxie au venin d’hyménoptère, mais peu d’études l’ont étudiée chez des patients ayant une mastocytose systémique.

- Objectif de l’étude :

  • Etudier l’efficacité et la tolérance d’une VIT chez des patients ayant une mastocytose systémique et une anaphylaxie après piqûre d’hyménoptère.

- Matériel et méthode :

  • Un total de 21 patients ayant :
    • une mastocytose (4 femmes (19%) et 17 hommes (81%)) avec un âge moyen de 50 ans (29 à 74 ans)
    • et une anaphylaxie au venin d’hyménoptère qui a été traité par immunothérapie et suivi pendant en moyenne 52 mois (2 à 250)
  • ont été inclus.

- Résultats :

  • Chez 18 des 21 patients, 16 d’entre eux n’ayant pas de manifestions cutanées, l’anaphylaxie était la manifestation clinique de présentation.
  • 6 patients (29%) ont présenté des réactions indésirables pendant la VIT, 3 pendant l’initiation et 3 pendant le traitement d’entretien.
  • 12 patients (57%) ont été repiqués pendant la VIT : 9 ont présenté des réactions locales (75%), et 3 (25%) des réactions systémiques, un patient nécessitant une intubation.
  • Les IgE spécifiques au venin diminuent de 4.15 kU/L (moyenne : 0.44-1,00) avant immunothérapie à 1.2 kU/L (moyenne : 0.34 – 69.4) après 4 ans (p<0.003).

- Conclusion :

  • La désensibilisation au venin est efficace pour traiter l’anaphylaxie IgE médiée chez des patients ayant une mastocytose.
  • Ce traitement est recommandé malgré les risques élevés d’effets indésirables durant la phase d’initiation de l’immunothérapie car ce traitement permet de mettre en place une protection efficace vis-à-vis de l’anaphylaxie chez 3 patients sur 4.

Dans ce travail, les auteurs ont conduit une désensibilisation au venin d’hyménoptère chez des patients allergiques mais ayant un facteur de risque majeur : une mastocytose.

L’immunothérapie a été efficace et a protégé 3 patients sur 4 avec cependant des risques non négligeables durant le traitement.

Les auteurs ont réuni des patients ayant une mastocytose systémique prouvée après un bilan complet, patients ayant également des antécédents de réactions anaphylactiques après piqure d’hyménoptère.

Le bilan allergologique a confirmé qu’il y avait bien une sensibilisation au venin d’hyménoptère et que la réaction anaphylactique était donc bien secondaire à cette allergie, avec certainement un facteur aggravant lié à la mastocytose.

Le traitement par immunothérapie a été proposé. Comme on pouvait s’y attendre il y a eu des effets indésirables lors de ce traitement qui habituellement est bien toléré. En particulier un patient a du être intubé.

Cependant la plupart des patients ont pu être traités avec une bonne efficacité clinique comme le prouve l’absence d’anaphylaxie lors d’une nouvelle piqûre par le même hyménoptère.

Il est donc possible de faire un bilan allergologique et de proposer une immunothérapie à ces patients, tout en sachant qu’il faudra redoubler de vigilance lors de l’initiation et de la phase d’entretien en raison du risque de réaction systémique sévère lié à cette mastocytose.