Et maintenant les allergologues trafiquent les peptides de moisissure ! Qu’est ce qu’il faut pas faire...

mercredi 11 avril 2012 par Dr Céline Palussière1004 visites

Accueil du site > Allergènes > Aériens > Moisissures > Et maintenant les allergologues trafiquent les peptides de moisissure ! (...)

Et maintenant les allergologues trafiquent les peptides de moisissure ! Qu’est ce qu’il faut pas faire...

Et maintenant les allergologues trafiquent les peptides de moisissure ! Qu’est ce qu’il faut pas faire...

mercredi 11 avril 2012, par Dr Céline Palussière

Des peptides porteurs liés à Alt a 1 sans activité allergénique pour la vaccination dans l’allergie à Alternaria alternats. : Teresa E Twaroch1, Margit Focke1, Karin Fleischmann1, Nadja Balic2, Christian Lupinek3, Katharina Blatt4, Rosetta Ferrara5, Adriano Mari5, Christoph Ebner6, Peter Valent4, Susanne Spitzauer2, Ines Swoboda1, Rudolf Valenta1
DOI : 10.1111/j.1365-2222.2012.03996.x

dans Clinical & Experimental Allergy

- Contexte :

  • La moisissure Alternaria alternata est un facteur majeur d’asthme allergique.
  • Le diagnostic et l’immunothérapie spécifique (ITS) pour l’allergie à Alternaria sont souvent limités par la qualité insuffisante des extraits naturels de moisissure.

- Objectifs :

  • Il s’agissait de vérifier si le recombinant Alt a 1 peut être utilisé pour un diagnostic fiable de l’allergie à Alternaria alternata, et de développer un vaccin sûr, non allergénique, pour l’ITS dans l’allergie à Alternaria.

- Méthodes :

  • Le profil de sensibilisation qualitatif de 80 patients allergiques à Alternaria autrichiens et italiens a été défini grâce à une puce multi-allergénique, et le taux d’IgE spécifique vis-à-vis de rAlt a 1 était mesuré par technique ImmunoCAP.
  • Des peptides enjambant les régions présupposées de forte accessibilité en surface de Alt a 1 ont été synthétisés et testés sur l’IgE réactivité et l’activité allergénique, en utilisant les séra et les basophiles de patients allergiques.
  • Des peptides porteurs étaient étudiés pour leur capacité à induire des anticorps IgG chez des lapins reconnaissant Alt a 1 et inhibant l’IgE réactivité des patients allergiques à Alt a 1.

- Résultats :

  • rAlt a 1 a permis un diagnostic d’allergie à Alternaria alternata chez tous les patients testés, liant la plus grande majorité (i.e >95%) des IgE spécifiques d’Alternaria, et créant une activation des basophiles dès la concentration de 0.1ng/ml.
  • Quatre peptides non allergéniques ont été synthétisés, après avoir été couplés à la protéine porteuse hémocyanine de la patelle. Ils ont induit des IgG spécifiques d’Alt a 1 et inhibé la liaison des IgE des patients allergiques à Alt a 1.

- Conclusion et pertinence clinique :

  • rAlt a 1 est une molécule hautement allergique permettant un diagnostic sensible de l’allergie à Alternaria.
  • Les peptides transporteurs d’Alt a 1 non allergéniques sont des candidats pour une ITS sûre dans l’allergie à Alternaria.

Le diagnostic de l’allergie aux moisissures réalisé avec les extraits allergéniques manque parfois de sensibilité et de spécificité.

Cet article envisage les utilisations les plus prometteuses de l’allergologie moléculaire : l’amélioration du diagnostic et la sécurité des traitements spécifiques.

Les auteurs de l’étude ont ainsi évalué les performances diagnostiques de la recherche d’IgE spécifiques vis à vis du recombinant de l’allergène majeur de Alt a 1.

Cet allergène avait, chez 80 patients allergiques à Alternaria alternata, une bonne sensibilité, puisqu’il était mis en évidence chez tous les patients.

Cette IgE réactivité pour rAlt a 1 était associée à des tests d’activation des basophiles positifs pour de faibles concentrations.

Ces données confirment les connaissances actuelles sur les bonnes performances diagnostiques de rAlt a 1.

Plus originaux sont les travaux menés sur certains peptides de cette protéine. Les auteurs ont ainsi identifié certains peptides de surface et supposé que les IgE spécifiques s’y liaient préférentiellement.

Ils ont synthétisé des peptides enjambant ces épitopes, afin de bloquer la liaison des IgE et induire la production d’IgG spécifiques.

L’hypothèse des auteurs est que cette molécule non IgE réactive est bonne candidate pour l’induction d’une tolérance.

Ces néo-peptides sont certes capables d’induire des IgG spécifiques, mais les derniers travaux portant sur les mécanismes d’action de l’ITS montrent que les phénomènes induits sont bien plus complexes, et font notamment intervenir l’immunité à médiation cellulaire.

D’autres études ont récemment été menées, sur les pollens de bouleau notamment, visant également à diminuer le pouvoir IgE réactif des allergènes pour permettre des désensibilisations sans risque d’effet secondaires graves.

Il s’agit vraisemblablement d’une voie d’avenir important dans le traitement des allergies.

Ces travaux sont donc tout à fait prometteurs dans les progrès thérapeutiques qu’ils laissent envisager. Les conclusions sont toutefois un peu vite tirées, et des études complémentaires devront être menées avant de confirmer l’efficacité de ces peptides transformés.