Probiotiques chez le nourrisson à risque atopique : peut mieux faire !

jeudi 1er février 2007 par Dr Geneviève DEMONET2211 visites

Accueil du site > Maladies > Atopie > Probiotiques chez le nourrisson à risque atopique : peut mieux faire (...)

Probiotiques chez le nourrisson à risque atopique : peut mieux faire !

Probiotiques chez le nourrisson à risque atopique : peut mieux faire !

jeudi 1er février 2007, par Dr Geneviève DEMONET

L’intérêt des probiotiques dans la dermatite atopique reste controversé. Une étude australienne vient de publier ses résultats sur la supplémentation en probiotiques dans la prévention de la dermatite atopique chez l’enfant à risque d’allergie...

La supplémentation en probiotiques dans les 6 premiers mois de la vie ne permet pas de réduire le risque de dermatite atopique et augmente le risque de sensibilisation allergénique chez les enfants à haut risque : un essai contrôlé randomisé. : Angie L. Taylor, BSc Hons, Janet A. Dunstan, BAplSc, PhD, Susan L. Prescott, MBBS, PhD, FRACP

From the School of Paediatrics and Child Health, University of Western Australia

dans JACI Volume 119, Issue 1, Pages 184-191 (January 2007)

- Contexte :

  • Le rôle des probiotiques dans l’allergie n’est pas clair, malgré des preuves préliminaires.

- Objectif :

  • Déterminer si la supplémentation précoce en probiotiques prévient la maladie allergique chez les nourrissons à haut risque.

- Méthodes :

  • Des nouveaux-nés de femmes allergiques (n = 231) ont reçu quotidiennement, soit du Lactobacilles acidophilus (LAVRI-A1), soit du placebo, pendant les 6 premiers mois de vie.
  • On a recherché une dermatite atopique (DA) et tout autre symptôme à l’âge de 6 et 12 mois ; on a réalisé des prick-tests cutanés (PTC) à l’âge de 12 mois.

- Résultats :

  • Un total de 178 nourrissons a terminé la période de supplémentation.
  • Ceux du groupe probiotiques avaient des taux significativement plus élevés de colonisation par le lactobacillus (p = 0.039).
  • A 6 mois, les taux de DA étaient similaires dans le groupe probiotiques (n = 23/89 ; 25.8%) et le groupe placebo (n = 20/88 ; 22.7%) (P = 0.629).
  • Il n’y a pas eu non plus de différence à l’âge de 12 mois quoique la proportion d’enfants avec DA+PTC était significativement plus grande dans le groupe probiotiques (P = 0.045).
  • A 12 mois, le taux de sensibilisation était significativement plus élevé dans le groupe probiotiques (P = 0.030).
  • La présence de Lactobacilli ou de Bifidobacterium dans les selles dans le premier mois de vie n’était pas associée avec le risque d’une sensibilisation ou d’une maladie ultérieure ; cependant, la présence de Lactobacillus à l’âge de 6 mois était associée avec un risque augmenté de sensibilisation ultérieure au lait de vache (p = 0.012).

- Conclusion :

  • Une supplémentation précoce en probiotiques avec L acidophilus n’a pas réduit le risque de DA chez les nourrissons à haut risque et a été associée avec une sensibilisation allergénique augmentée chez les nourrissons recevant ces suppléments.
  • La signification à long terme de l’augmentation du taux de sensibilisation doit être explorée par des études ultérieures.

- Implication Clinique :

  • Ces résultats remettent en question le rôle des probiotiques dans la prévention de l’allergie.

Un essai randomisé contrôlé a été mené chez 178 nourrissons à risque d’allergie (mère allergique) : ils ont reçu quotidiennement, soit des Lactobacilles acidophilus, soit du placebo.

La supplémentation en L. acidophilus n’a pas réduit le risque de dermatite atopique chez les enfants.

Une sensibilisation allergénique plus fréquente a même été notée dans le groupe recevant les probiotiques. L’implication clinique de ces sensibilisations reste cependant à préciser.

Les études sur les probiotiques se suivent et... ne se ressemblent pas.

Les probiotiques administrés ne sont pas toujours les mêmes. L’effet étudié peut être thérapeutique, en cas de dermatite atopique avérée, ou préventif comme ici.

La cible est également différente : la mère pendant la grossesse, le nourrisson issu d’une population sélectionnée ou non. D’où probablement des résultats différents voire discordants...

Pour l’instant, aucun consensus ne se dégageant, les probiotiques ne peuvent être conseillés dans ces indications...