Un nouveau facteur de risque d’allergie chez l’enfant : le bain chimique.

mercredi 17 novembre 2010 par Dr Stéphane Guez1323 visites

Accueil du site > Sciences > Environnement > Un nouveau facteur de risque d’allergie chez l’enfant : le bain (...)

Un nouveau facteur de risque d’allergie chez l’enfant : le bain chimique.

Un nouveau facteur de risque d’allergie chez l’enfant : le bain chimique.

mercredi 17 novembre 2010, par Dr Stéphane Guez

Les produits chimiques intérieurs habituels et les risque d’allergie chez les enfants d’âge préscolaire. : Choi H, Schmidbauer N, Sundell J, Hasselgren M, Spengler J, Bornehag CG.

Department of Environmental Health, Harvard School of Public Health, Boston, Massachusetts, United States of America.

dans PLoS One. 2010 Oct 18 ;5(10):e13423.

- Introduction :

  • Les risques de l’exposition aux composés organiques volatiles (VOCs) à l’intérieur de l’habitat sur les allergies des voies respiratoires de l’enfant sont mal connus.

- Objectif de l’étude :

  • Les auteurs ont étudié les relations entre :
    • les concentrations de VOC émises par les matériaux de construction des immeubles, peintures, fournitures et autres produits liés au style de vie
    • et les risques de multiples maladies allergiques ainsi que la sensibilisation IgE chez des enfants d’âge préscolaire en Suède.

- Matériel et méthode :

  • Il s’agit d’une étude cas/témoins (198 enfants asthmatiques et allergiques et 202 enfants témoins en bonne santé).
  • Les échantillons d’air ont été collectés dans la chambre où dort l’enfant.
  • Les échantillons ont été analysés en fonction de 8 niveaux de VOCs.

- Résultats :

  • Il existe une relation statistique entre le niveau d’exposition au propylene glycol et glycols éthers (PGEs) de 3.43 à 15.65 microg.m3 dans la chambre à coucher, et la probabilité :
    • d’être atteint avec un risque multiplié par 1,5 (CI95% : 1.1-2.1)
    • d’avoir de l’asthme multiplié par 1,5 (CI95% : 1-2.3)
    • d’avoir une rhinite multipliée par 2.8 (1.6-4.7)
    • d’avoir de l’eczéma multiplié par 1.6 (1.1-2.3)
  • en tenant compte de la fratrie, du tabagisme passif, des antécédents allergiques chez les 2 parents, du nettoyage de la maison avec des produits chimiques, de la période de construction de l’immeuble, de la présence d’une chat et d’un chien, du butyl benzyl phtalate et du di(2-ethylhexyl)phtalate.
  • Lorsque l’étude est restreinte aux seuls enfants atteints, la même concentration est associée à une probabilité 1.8 fois plus importante d’avoir une sensibilisation IgE (IC95% : 1.1-2.8) par rapport aux autres enfants non sensibilisés IgE.
  • Aucune autre association n’a été notée pour les autres niveaux de VOCs.

- Conclusion :

  • Les auteurs proposent une nouvelle hypothèse selon laquelle l’exposition aux PGEs dans l’habitat peut exacerber et/ou induire des symptômes multiples d’allergies telles qu’asthme, rhinite et eczéma aussi bien qu’une sensibilisation IgE.

L’exposition aux composés organiques volatils en particulier aux PGEs chez les jeunes enfants est associée à un risque plus élevé de développer des affections respiratoires comme rhinite asthme, ainsi que de l’eczéma et une sensibilisation IgE, en prenant en compte tous les autres facteurs confondants d’environnement.

Cela fait plusieurs années maintenant que de nombreux auteurs insistent sur les risques pour la santé de la pollution du milieu intérieur.

Chez les enfants, en particulier jeunes, le temps passé dans l’habitat est très supérieur à celui passé à l’extérieur, et donc la pollution intérieure est plus à même d’entrainer des effets délétères sur la santé.

Les auteurs ont étudié l’exposition aux composés organiques volatils, et ont mis en évidence une relation avec des composés particuliers, les PGEs, qui sont les seuls à être associé à une atteinte plus élevée des voies respiratoires, de l’eczéma et à une sensibilisation IgE.

Ainsi, une des explications de l’augmentation des affections allergiques chez l’enfant pourrait être une exposition continue à des produits chimiques liés à l’environnement émanant aussi bien du matériel de construction de la chambre que des fournitures meublant la chambre à coucher.

Vos commentaires

  • Le 14 août 2015 à 09:16, par Caroline Maréchal En réponse à : Un nouveau facteur de risque d’allergie chez l’enfant : le bain chimique.

    "Cela rejoint les résultats d’autres travaux qui semblent aller vers une nouvelle conception du développement des maladies allergiques : celles-ci ne sont pas induites par une plus grande exposition aux allergènes" ou au contraire à une insuffisance de contact allergénique, mais plutôt à une exposition à des substances chimiques dans des concentrations spécifiques aux environnements des pays industrialisés.
    Exposition en particulier à l’air intérieur de nos bâtiments, composant environnemental majeur dont la spécificité fait l’objet en France d’investigations depuis plus de 10 ans avec l’Observatoire de la Qualité de l’air Intérieur : www.oqai.fr