Une allergie aux anti-IgE ? Oh ma l’y zumab ou quoi ?

mercredi 21 février 2007 par la rédaction

Accueil du site > Maladies > Une allergie aux anti-IgE ? Oh ma l’y zumab ou quoi ?

Une allergie aux anti-IgE ? Oh ma l’y zumab ou quoi ?

Une allergie aux anti-IgE ? Oh ma l’y zumab ou quoi ?

mercredi 21 février 2007

La Food And Drug Administration vient de publier une recommandation concernant le Xolair° (Omalizumab) qui est l’anti-IgE utilisé dans le traitement des asthmes sévères.

Le communiqué indique qu’il existe un risque de réaction anaphylactique avec engagement du pronostic vital (life-threatening) chez les patients sous Xolair°. Ces réactions arrivent habituellement dans les deux heures qui suivent l’administration sous cutanée.

Toutefois, des nouveaux cas rapportés concernent des patients qui ont pu réagir de deux à 24 heures après l’administration du Xolair. La réaction anaphylactique peut survenir pour n’importe quelle dose et même si le patient n’en a pas eu lors de la première injection.

Il convient de garder les patients auxquels ont été injecté du Xolair jusqu’à deux heures après l’injection et les malades doivent être informés des signes à rechercher en faveur d’une anaphylaxie.

La FDA a demandé à Gentech (la firme Américaine qui commercialise le Xolair° là-bas) de rajouter une mention sur la boite.

Évidemment tout ceci ne concerne que les Américains et il n’y a aucune recommandation de ce type en France : oui, c’est ironique.

Les médecins Allergologues sont informés et habitués à gérer ces risques (qui existent pour les injections sous cutanées lors des désensibilisations) mais ce n’est peut-être pas le cas des pédiatres ou des pneumologues moins accoutumés à ces usages. Pourtant : les allergologues n’ont pas le droit de prescription de cet anti-IgE.

Qui a dit que l’on faisait n’importe quoi dans ce pays en matière de santé ?


Voir en ligne : Précaution d’emploi pour le Xolair : risque d’anaphylaxie

Portfolio