Allergie de contact au parfum : il faut s’y mettre... au parfum !

dimanche 9 novembre 2003 par Dr Alain Thillay23021 visites

Accueil du site > Allergènes > Contact > Allergie de contact au parfum : il faut s’y mettre... au parfum (...)

Allergie de contact au parfum : il faut s’y mettre... au parfum !

Allergie de contact au parfum : il faut s’y mettre... au parfum !

dimanche 9 novembre 2003, par Dr Alain Thillay

Dans la population générale, 1,7 à 4,1% des sujets sont allergiques aux cosmétiques parfumés. Le test diagnostic utilisé dans ce domaine est le « fragrance mix ». Ce test est-il suffisamment performant pour diagnostiquer une allergie à un des 100 composants de parfum régulièrement utilisés et potentiellement allergisants ?

Allergie de contact au parfum : une revue clinique. : Johansen J.

Department of Dermatology, The National Allergy Research Centre, Gentofte Hospital, University of Copenhagen, Copenhagen, Denmark.

dans Am J Clin Dermatol. 2003 ;4(11):789-98

Nombre de personnes dans les sociétés modernes sont exposées tous les jours aux composants des parfums provenant de diverses sources.

Les composants des parfums représentent aussi une des causes fréquentes de réactions allergiques de contact.

Le diagnostic est fait par test épicutané à l’aide d’un mélange de composants de parfums, « fragrance mix ».

Ce test est positif chez environ 10% des patients testés souffrant d’eczéma, alors que des estimations récentes montrent que 1,7 à 4,1% de la population générale sont sensibilisés à fragrance mix.

L’allergie au parfum est surtout prédominante chez les femmes présentant un eczéma de la face ou des mains. Typiquement ces femmes ont des antécédents de rash cutané à leur parfum ou à leur déodorant parfumé.

Des analyses chimiques ont révélé que les allergènes bien connus de fragrance mix sont présents dans 15 à 100% des cosmétiques, incluant les déodorants et les parfums ou eaux de toilette, et le plus souvent en mélange de 3 à 4 allergènes dans le même produit.

Il est difficile de faire l’éviction des parfums, d’autant plus que les produits marqués « sans parfum » peuvent aussi en contenir du fait de leur utilisation en tant que conservateur ou pour masquer l’odeur de certains produits ou par l’usage de produits végétaux.

Il existe environ 2500 composants de parfums différents couramment utilisés dans la composition des parfums et au moins 100 sont connus pour provoquer des allergies de contact.

Pour cette raison, il est intéressant d’ajouter à la batterie standard des tests épicutanés pratiqués, les propres produits cosmétiques du patient et le parfum dont la formule chimique est hydroxyisohexyl-3-cyclohexane carboxaldehyde qui donne des réactions chez 1 à 3% des patients testés.

L’intérêt ces dernières années pour la composition du test fragrance mix résulte probablement du fait que l’industrie du parfum a modifié la composition de leurs parfums, ce qui peut provoquer un défaut de diagnostic.

De nouveaux tests diagnostiques devront être développés pour identifier l’allergie de contact à ces nouveaux allergènes, reflétant les développements permanents et la tendance à leur exposition.


Cette étude sous forme de revue est très enrichissante sur le plan clinique.

Elle montre clairement que le fameux « fragrance mix » est largement dépassé par les évènements.

L’industrie cosmétique utilise 2500 composants différents de parfum dont 100 sont capables de provoquer une allergie de contact.

Comme conseillé par les auteurs, il faut ajouter à la batterie standard européenne, des tests pratiqués à l’aide des cosmétiques personnels du patient.

Les auteurs rappellent qu’il faut aussi se méfier des cosmétiques labellisés « fragrance free » qui peuvent en contenir tout de même et des cosmétiques à base de plantes qui peuvent contenir des parfums natifs.